eMouaten : Bulletin de Veille


MAP le Mercredi 27 Mars 2019

Vernissage à Oslo de l'exposition "Maroc/S"




Oslo - L'exposition photographique "Maroc/S" du Français Philippe Picquart a été inaugurée mardi soir au Centre culturel africain à Oslo, en présence de diplomates et de personnalités du monde de la culture et de l'art.

Cette exposition, installée dans le cadre du Festival de la Francophonie (19-29 mars), regroupe une vingtaine de clichés où prédominent le noir et le blanc avec un travail graphique jaune, par lesquels l'artiste cherche tout d'abord à montrer sa vision d'un Maroc peu connu du public, parfois des Marocains eux-mêmes, un Maroc fait de sites oubliés, de bâtiments abandonnés...

Un patrimoine naturel ou architectural témoin du passé des régions du Royaume, de leur histoire, de leur rayonnement culturel, parfois d'une présence étrangère. Car il s'agit aussi au travers de ce travail de parler "de rencontres étonnantes ou bouleversantes, d’échanges singuliers ou extraordinaires". Le voyageur sait, pour peu qu’il sorte des villes et des circuits touristiques et qu’il empreinte les chemins de traverses, qu’au Maroc il n’est jamais seul.

"Mon parti pris est de donner à voir des photos, en noir et blanc, d'un Maroc très coloré auquel le public est habitué et qu'on aime tous autant", a confié dans une déclaration à la MAP Philippe Picquart, qui est installé à Rabat depuis le milieu des années 2000.

Il a expliqué que "l'idée n'est surtout pas de montrer un Maroc délabré" mais qu'il s'agit de son approche artistique surtout lorsqu'on sait que l'artiste a "un gout particulier" pour ces endroits abandonnés, ces vieilles usines.. à deux doigts de la démolition, à l'instar de cet ancien sanatorium antituberculeux de Ben-Smim, près d'Azrou, qui a été construit sous le protectorat français mais qui a fini par être abandonné.

Le photographe français intègre la couleur dans son travail et donne une dimension plus graphique à l'image d'origine. Ces différentes traces jaunes en fonction de leur forme et de leur positionnement apportent lumière, énergie et modernité à la photographie. Elles orientent le regard du spectateur en lui ouvrant d'autres horizons, suggèrent la force des personnages et révèlent la beauté ascétique des lieux.

"Ces photographies peuvent paraitre très tristes pour certains, car elles représentent des endroits un peu délaissés, mais sur lesquelles j'ai incorporé un fragment d'une seconde photographie, dans un jaune fluo, pour donner une puissance à la photographie, un aspect très graphique, de l'espoir, de la lumière", a-t-il expliqué.

D'après l'ambassadeur du Maroc en Norvège, Lamia Radi, cette exposition qui a déjà été présentée en Afrique et en Europe s'invite pour la première fois en Scandinavie à l'occasion du festival de la Francophonie en vue de célébrer la diversité culturelle et le vivre ensemble, compte tenu du partenariat "stratégique et exceptionnel" entre le Maroc et la France.

S'agissant du travail du photographe, elle a indiqué que Philippe Picquart se focalise "sur le contraste entre la nature, les grands espaces et l'être humain, ce qui l'a d'ailleurs le plus fasciné au Maroc", précisant que l'artiste a essentiellement travaillé sur ce paradoxe dans les régions du sud du Maroc.

A travers cette exposition, selon la diplomate, il est aussi question "de montrer aux Norvégiens que nous avons les mêmes notions de l'espace (...) sauf que le désert marocain est fait de sables et de pierres, et le désert norvégien est fait de glaces".

"Au delà de nos différences culturelles, nous avons des points en commun. Nous sommes deux peuples qui avons grandi dans des espaces géographiques et naturels, aussi gigantesques et immenses, hors du commun", a-t-elle poursuivi.

Le travail photographique de Phillippe Picquart est né de ses déambulations au coeur des villes. Paris, New York, Berlin, Riga, Belfast, Manille, Hanoï, Dakar ou Bamako, les murs sont les sources de son inspiration. Son regard souligne la poésie de murs condamnés à la démolition en même temps qu'il fixe les traces d'histoires humaines.

Cet artiste nomade est également l'auteur du livre de photographies "Autour des Ftours - chroniques de la rupture du jeûne", paru en 2014.

Organisée par l'ambassade du Maroc en Norvège en collaboration avec le Centre culturel africain, l'exposition "Maroc/S" se poursuit jusqu'au 13 avril à Oslo. Elle sera présentée en avril en Grande-Bretagne avant de s'installer de nouveau au Maroc en juin avec d'autres photos de la même série.