Menu
Derniers tweets
(وأج) - صرح الوزير الأول, السيد عبد العزيز جراد, اليوم الاثنين في ختام زيارة العمل لولاية سيدي بلعباس, أن "بعض المو… https://t.co/XF9CxDMSgE

Bulletin de Veille

              
7 Mai 2019 - Par Ilham ABERRHAZE

Veille - Agriculture et pêche du 29 Avril au 03 Mai 2019




Veille Maraacid
Agriculture et pêche du 29 Avril au 03 Mai 2019

La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture 2018 : Atteindre les objectifs du développement durable

L’alimentation et l’agriculture sont essentielles à la réalisation de l’ensemble des ODD, et nombre d’entre eux intéressent directement la pêche et l’aquaculture, en particulier l’ODD 14 (Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable). En juin 2017, l’Organisation des Nations Unies (ONU), encouragée par l’intérêt grandissant du public et des responsables politiques, a tenu à New York la Conférence sur les océans, une manifestation de haut niveau destinée à appuyer la mise en œuvre de l’ODD 14.

Ferticap : un dispositif expérimental sur la reproduction caprine pour favoriser des systèmes d’élevage caprin durables

À Lusignan, Ferticap contribue – avec le dispositif Patuchev – aux recherches du centre Inra Nouvelle-Aquitaine-Poitiers sur la durabilité des systèmes caprins laitiers. Patuchev, inauguré en 2013, se consacre à l’alimentation des chèvres à base d’associations graminées – légumineuses fourragères. Ferticap développe et apporte aux éleveurs des outils et techniques innovants en matière de reproduction.

Elevage : les leviers techniques qui permettent d’améliorer votre rentabilité

Dans son étude annuelle réalisée en 2016/2017, Xpertia constate un écart de 68€ d'excédent brut d’exploitation (EBE) aux 1 000 litres entre le quart des élevages les plus performants et le quart des élevages les moins performants. Pour une exploitation livrant 500 000 litres, cela représente une différence de 34 000 €. S’il est vrai que les charges de structures justifient en grande partie ces écarts, il faudra également pointer du doigt une efficacité technique moins importante de 38 € (20 € sont liés à l’alimentation, 11 € au coût du renouvellement et 7 € aux frais d’élevage).

Accompagnement de la filière biologique : partenariat entre le CAM et la FIMABIO

Le Président du Directoire du Crédit Agricole du Maroc (CAM), Monsieur Tariq Sijilmassi, et le Président de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de la Filière Biologique (FIMABIO), Monsieur Abdelhamid Aboulkassim, ont signé le 19 avril 2019, en marge de la 14ème édition du Salon International de l'Agriculture du Maroc, une convention de partenariat pour un accompagnement optimisé de toute la chaine de valeur de l'agriculture biologique.

Festival de la Rose à parfum de Kelaât M’Gouna : Une occasion pour mettre en exergue le travail des coopératives

La coopérative Hiba des fruits (Kelaât M’Gouna) spécialisée dans les fruits secs, représente un modèle de ces coopératives, dont la vocation consiste en l’acquisition des fruits cueillis par les agriculteurs pour les valoriser et les commercialiser dans plusieurs villes du Royaume, ce qui contribue à augmenter les revenus des familles vivant de la culture et de la cueillette des récoltes agricoles.

Glyphosate Pour en sortir, les céréaliers demandent un « accompagnement financier »

Toutes ces évolutions, tous ces investissements, toutes ces réductions potentielles (d'utilisation de produits phytosanitaires), ça a des conséquences importantes, puisque derrière on a chiffré, pour notre secteur grandes cultures, un coût de 950 millions d'euros. C'est colossal », a déclaré Éric Thirouin, président de l'AGPB, devant une mission d'information parlementaire sur la sortie du glyphosate.

Des tomates cultivées sans eau et sans pesticides

Il débroussaille quelques parcelles puis, un mois plus tard, plante les semis. La première année, les tomates, non traitées et non arrosées, sont toutes petites. Il en conserve les graines et les replante. L’année suivante, il obtient de beaux fruits. « les plantes transmettent à leurs graines ce qu’elles apprennent dans leur vie. Année après année, elles s’améliorent » explique Poot.

OCP : la caravane agricole met le cap sur le Rwanda

Le lancement de la caravane s’est déroulé en présence de la ministre rwandaise de l’Agriculture et des ressources animales, Gerardine Mukeshimana, de l’ambassadeur du Maroc à Kigali, Youssef Imani ainsi que de la délégation de la fondation OCP et des membres du parlement rwandais.

«Développement de modèles agricoles durables et résilients»

La réunion à mi-parcours du mégaprojet «Développement de modèles agricoles durables et résilients» se tient ce lundi 15 avril 2019 au CRRA Meknès sous la présidence du Dr Faouzi Bekkaoui, Directeur de l’INRA. La réunion organisée en présence de touTEs les chercheurSEs INRA imliquéEs, enregistre aussi la participation du Chef de la Division Scientifique de l’INRA, de plusieurs Chefs de départements scientifiques et des Chefs des Centres régionaux de la recherche agronomique concernés.

Comment la valorisation de la rose à parfum peut contribuer au développement local

Les participants à une conférence organisée samedi, à Kelâat M’Gouna (province de Tinghir) dans le cadre de la 57e édition du Festival international de la rose à parfum, ont souligné que la valorisation de la rose à parfum est de nature à contribuer à promouvoir le secteur, qui peut représenter un véritable levier de développement local. Lors de cette rencontre, les différents intervenants ont mis l’accent sur les moyens à même de développer la production de la rose à parfum dans cette région du Royaume.

Tinghir : focus sur les activités réalisées par l’ANDZOA

Selon des données de l’ANDZOA publiées à l’occasion de la 57è édition du Festival international de la rose à parfum (Kelaât M’gouna 24-28 avril), les activités de l’agence ont ciblé 21 communes de cette province, soit 288.025 bénéficiaires, pour une enveloppe budgétaire de 214 millions DH (MDH), dont 83 MDH comme contribution de l’agence (38,8%).

Filière sucrière : une production record attendue dans le Gharb

La campagne sucrière 2018-2019 dans la région du Gharb devrait atteindre une production prévisionnelle record de plus de 1,6 million de tonnes de betterave et de canne à sucre, a indiqué, lundi, le chef du service de la multiplication de la canne à sucre et des expérimentations à l’Office régional de mise en valeur agricole du Gharb (ORMVAG), Mostafa Zehauf.

Agriculture : la Guinée obtient un financement pour appuyer 65 mille exploitants agricoles

En vue d’augmenter les revenus de 65 000 exploitations agricoles familiales, renforcer leur résilience aux chocs extérieurs dont les changements climatiques et améliorer leur situation nutritionnelle ainsi que leur accès aux marchés locaux, urbains et régionaux ; le gouvernement a obtenu un prêt auprès de la BADEA d’un montant de 15.000.000 de dollars, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

L’agriculture et la ruralité, les grandes absentes de la campagne électorale en Espagne

L’Espagne est un pays très fortement urbanisé : plus de 80 % de la population est répartie sur moins de 20 % du territoire et quatre Espagnols sur cinq habitent dans des communes de plus de 30 000 habitants. Mais les espaces ruraux n’en restent pas moins très importants : la densité démographique moyenne y est de 18,4 habitants au km2 sur 80 % de son territoire. Plus de la moitié des communes sont en voie de désertification avancée.

Un nouvel herbicide d'origine naturelle

Des chercheurs du CNRS, de l'École polytechnique et de Sorbonne Université viennent de mettre en évidence le caractère phytotoxique d'une molécule naturelle, la radulanine A. Ce composé est produit par les hépatiques, des plantes (mousses) qui pourraient l'utiliser dans leur compétition vis-à-vis des autres espèces végétales. Pour la suite de leurs travaux, les scientifiques envisagent d'étudier les mécanismes de l'effet herbicide de la radulanine A et de mieux cerner les espèces végétales qui en seraient la cible.Chemistry A European Journal le 29 avril 2019.

Avec l'agroécologie, ce qui est bon pour la biodiversité l'est pour le climat

Est-il possible de nourrir tous les Européens avec une agriculture qui ne dénaturerait pas la nature et qui en même temps prendrait sa part de la lutte contre le réchauffement climatique ? Les études que nous avons menées ces dernières années sur l’agroécologie, dont le premier volet a été publié en septembre 2018, permettent d’apporter des éléments de réponse positifs. Ils sont à cet égard porteurs d’une vision crédible, et de ce fait pleinement entrés dans le débat public.

Didier Bazile : « Nous avons besoin de biodiversité dans nos champs et dans nos assiettes »

Parce que la biodiversité et les services écosystémiques sont indispensables à la production agricole, le Cirad œuvre pour développer des agricultures s’appuyant sur la diversité biologique et favorables à son maintien. La biodiversité est l’un des 6 champs thématiques stratégiques de l’établissement. Le point sur cet enjeu fondamental avec Didier Bazile, chercheur au Cirad et membre du comité français de l’IPBES* à l'occasion de l'ouverture aujourd'hui à Paris de sa 7e réunion plénière et à quelques jours de la parution du premier rapport d’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques.

[Sondage] Protéagineux Augmenter les surfaces dédiées ? 15,2 % des agriculteurs disent oui !

Pois, féverole, soja, lupin, pois chiche, lentille ... la liste des cultures protéagineuses est longue. (©Terre-net Média)D'après un sondage publié sur Terre-net entre le 17 et le 23 avril 2019 (900 votants), 15,2 % des agriculteurs prévoient d'augmenter leur sole consacrée aux cultures protéagineuses dans les années à venir. 38,4 % l'envisagent également, mais restent plus hésitants en fonction des prix. Ils sont 46,3 % à ne pas le vouloir.

Sécurité alimentaire Lancement d'une mission gouvernementale

La commission d'enquête de l'affaire Lactalis, avait, dans un rapport rendu public en juillet 2018, demandé à ce que l'État mette fin à la « guerre des polices » en matière de contrôle de la sécurité alimentaire relevant de plusieurs ministères et crée une autorité unique, transférée au ministère de l'agriculture, parmi ses recommandations. La commission d'enquête parlementaire avait dénoncé une « armée mexicaine » avec trois ministères impliqués : la santé, Bercy et l'agriculture.

Qualité nutritionnelle de la viande : effets du régime riche en herbe

L’Association française de production fourragère (AFPF) organise des journées de printemps, pendant lesquelles a été présentée par l’Institut de l’élevage une synthèse des connaissances sur l’influence d’une alimentation à base d’herbe sur la qualité de la viande de gros bovins.

Quels critères pour bien choisir sa charrue ?

La charrue est un équipement agricole utilisé pour labourer les champs, pour en retourner la terre et l’aérer. Elle permet de réduire la pénibilité du travail des agriculteurs. En retournant le sol, la charrue permet aussi l’enfouissement des résidus des précédentes cultures et l’élimination d’un grand nombre d’éléments pathogènes.

Apiculture A : la saison des pommiers en fleurs, les abeilles-ouvrières sont reines

Un bourdonnement sourd entre les rangs de pommiers en fleurs. Chut ! les ouvrières travaillent. Dans un immense verger de Chèvreville, au nord-est de Paris, des milliers d'abeilles s'activent pour polliniser des millions de fleurs en à peine trois semaines.

Coopération agroalimentaire UE-Afrique : La Commission européenne lance une consultation publique

Le programme de coopération Afrique-UE dans le secteur agroalimentaire et rural fait l'objet d'une nouvelle consultation publique lancée par la Commission européenne. Dévoilé en mars 2019 par la Task force pour l'Afrique rurale, le programme pour la nouvelle « Alliance Afrique-Europe pour des emplois et des investissements durables » formule des propositions pour renforcer le partenariat Afrique-Europe dans les domaines de l'alimentation et de l'agriculture.

Fève et Fèverole : Nouvelles créations variétales INRA

Il s’agit, pour les légumineuses alimentaires, des variétés «Hiba» (fève) et «Zina» (féverole), hautement productives avec des rendements moyens respectifs de 30 et 29 quintaux à l’hectare. Elles se caractérisent aussi par leur résistance à plusieurs fléaux dont essentiellement le botrytis et l’anthracnose. «Hiba» et «Zina» sont destinées à la production en sec et sont recommandées aux différentes zones agro-écologiques marocaines de par leur fort potentiel d’adaptation (voir fiches ci-dessous).

Malveillance envers les agriculteurs Didier Guillaume lance un « observatoire de l'agribashing »

Le ministre a indiqué que des « chartes » prévoyant des zones « de non-traitement » allaient être mises en place parallèlement, pour faciliter la cohabitation des agriculteurs en zone habitée, « le long d'un Ephad, d'une maison de retraite ou d'une école », en concertation avec « le maire, les associations, les agriculteurs ». « D'ores et déjà quand il y a du vent, il est interdit de traiter. La transition agroécologique, elle est irréversible », a-t-il ajouté.

Union européenne : 1 milliard d'euros pour faciliter l'accès au crédit des jeunes agriculteurs

Ce programme, entièrement financé par la BEI, devrait être complété par les banques participantes au sein de chaque État membre, portant potentiellement le montant total disponible à 2 milliards d'euros. Un peu plus d'un quart des demandes de prêt déposées par les jeunes agriculteurs dans l'UE est rejetée (27 %), contre un taux de 9 % pour les agriculteurs, déplore la Commission qui s'inquiète plus généralement du renouvellement des générations dans le monde agricole.

Le Maroc, au 3ème rang des producteurs mondiaux de roses parfumées

La 57ème édition du Festival de la Rose de Kelaât M’Gouna s’est ouverte avec l’annonce que le Maroc s’est placé, en 2018, au troisième rang des producteurs mondiaux de roses parfumées, derrière la Bulgarie et la Turquie, avec une production moyenne de 3.200 tonnes de roses fraîches par an, indique le360.ma.

Sécheresse : alerte au manque de fourrages

Alors que les effets de la sécheresse de 2018 se font toujours sentir sur les exploitations, le manque d’eau et les gelées tardives de ce début d’année impactent la productivité des pâtures. La pousse de l’herbe étant particulièrement ralentie dans plusieurs secteurs, certains éleveurs doivent d’ores et déjà puiser dans des stocks de fourrages déjà réduits.

Revue des réseaux : La récolte de l'herbe bat son plein partout en France

Cela fait maintenant un mois que la saison 2019 de fauche d'herbe est lancée. Quelques privilégiés ont même réussi à ensiler de l'herbe début mars tandis que dans d'autres régions, il était impensable de sortir ne serait-ce que quelques bêtes dehors. Maintenant ça y est, les éleveurs refont du stock et ils sont nombreux à nous partager ces moments sur les réseaux sociaux.

Un nouveau rapport appelle à une action urgente pour éviter une crise liée à la résistance aux antimicrobiens

Le Groupe de coordination ad-hoc inter-institutions des Nations Unies sur la résistance aux antimicrobiens - qui a publié le rapport - a averti que si aucune mesure n’était prise, les maladies pharmaco-résistantes pourraient causer 10 millions de décès par an d’ici à 2050 et des dommages économiques aussi graves que ceux provoqués par la crise financière mondiale de 2008-2009. La résistance aux antimicrobiens pourrait plonger dans l’extrême pauvreté jusqu’à 24 millions de personnes à l’horizon 2030.

Les gaz à effet de serre émis par l’élevage des bovins : 18 % ou 3 % ?

Pour une grande part de l’élevage bovin, la production de viande est un sous-produit de la production de lait. Si on inclut dans les GES produits par les bovins le transport de leur alimentation et la déforestation dont elle serait indirectement responsable, le trajet de la vache à l’abattoir, etc. et qu’on veut comparer les GES produits à ceux émis par le transport par exemple, il est clair qu’il faudrait inclure les GES émis par les voitures, les avions, les cargos… non seulement leur consommation de carburant, mais aussi le coût en GES de la production de ces carburants, et comme dans le cas de la vache, les GES émis au cours du cycle de vie de ces moyens de transport.

Environnement : Le gouvernement lance le label bas-carbone

Le ministère de l'agriculture et celui de la transition écologique ont annoncé le lancement d'un label bas-carbone pour encourager et récompenser les actions locales en faveur du climat. Le label vise à garantir la qualité environnementale et la transparence de projets de terrain. Il offre par ailleurs des perspectives de rémunération de ces actions par des acteurs publics ou privés engagés, tout en contribuant à l’atteinte des objectifs climatiques de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC).

Des chercheurs bangladais à la découverte des potentialités agricoles de la région du Nord

Celle-ci est considérée comme une plate-forme nationale leader en matière d’utilisation des techniques nucléaires en agriculture. «Des informations ont été apportées sur le rôle de cette station dans les domaines de la création de nouvelles variétés, la conservation des aliments et la lutte contre les ravageurs des cultures», selon les responsables de l’INRA de Tanger.

Quel avenir pour le marché des bio-pesticides et bio-stimulants au Maroc ?

Selon LEconomiste, La croissance de ce marché est la résultante d’un ensemble de facteurs tels la sensibilisation des autorités compétentes aux propriétés fonctionnelles des biopesticides, leur impact écologique, ainsi que leur utilisation dans la lutte intégrée et l’augmentation de la production de cultures biologiques.

Semences certifiées : Plusieurs projets de production de semences lancés en France

La France est le premier exportateur mondial de semences agricoles, avec 1,6 milliard d'euros annuels de produits exportés, selon le Gnis. (©Terre-net Média)Soufflet agriculture, branche collecte de céréales du groupe familial, associé à Actura, alliance qui regroupe des distributeurs et vendeurs d'intrants agricoles (produits phytosanitaires, semences, engrais), annoncent la création d'une « société commune dont l'objectif est de développer l'activité de production de semences certifiées conventionnelles et bio de blé, d'orge et de protéagineux ».

La FAO compte sur le Maroc pour partager son expertise agricole avec le continent africain

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) compte considérablement sur le Maroc pour partager son expertise et sa « belle » réussite dans le domaine agricole avec le continent africain, a affirmé, mercredi à Rabat, la candidate de la France et de l’Union européenne au poste de Directeur général de l’organisation onusienne, Catherine Geslain-Lanéelle.

Le secteur de l’Agriculture parmi les gros bénéficiaires des prêts APD japonais

Tel est le bilan dressé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) lors d’une rencontre avec la presse jeudi soir à Rabat, centrée sur les projets initiés et les perspectives qui s’ouvrent, surtout en Afrique par voie de coopération triangulaire.

Prévisions d’une bonne campagne agricole, moyenne pour les céréales

La campagne en cours a été caractérisée par une mauvaise répartition temporelle. Près de ¾ des précipitations ont eu lieu durant les trois mois de démarrage avec de fortes précipitations ayant duré jusqu’au mois de janvier. La très faible pluviométrie, voire l’absence de précipitations dans plusieurs régions durant les mois qui ont suivi a engendré un retard de croissance des céréales et une baisse des rendements plus ou moins importante selon les régions.

1 milliard d'euros pour faciliter l'accès au crédit des jeunes agriculteurs

Un peu plus d'un quart des demandes de prêt déposées par les jeunes agriculteurs dans l'UE est rejetée (27%), contre un taux de 9% pour les agriculteurs, déplore la Commission qui s'inquiète plus généralement du renouvellement des générations dans le monde agricole. Les jeunes agriculteurs (moins de 40 ans) représentaient 11% des 10,3 millions d'agriculteurs en 2016, selon les chiffres d'Eurostat (et 32% avaient plus de 65 ans).

Renforcer la résilience des éleveurs est essentiel pour parvenir à la paix au Sahel

Les conflits, l’insécurité alimentaire, la malnutrition, les déplacements de population, les catastrophes naturelles et les épidémies font toujours rage au Sahel, et des millions de personnes continueront d’avoir besoin d’une aide urgente chaque année, à moins que nous traitions les causes profondes de ces crises, a déclaré aujourd’hui le Directeur général de la FAO, José Graziano Da Silva.



Source : https://cnd.hcp.ma/Agriculture-et-peche-du-29-Avri...




Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!

Twitter
Facebook
Mobile
Rss