eMouaten : Bulletin de Veille


le360.ma le Lundi 10 Février 2020

Terrorisme: à Marrakech, des experts prônent la création d’une «centrale» africaine du renseignement




Kiosque360. Des participants au forum de la sécurité en Afrique ont appelé à la création d’une agence de renseignement africain. L’expert Abou Jazar propose que le siège de cette agence soit abrité par le Maroc, qui dispose d’une grande expertise dans le démantèlement des cellules terroristes.
Le directeur du Centre international de recherche et des droits de l'Homme de Bruxelles (BIC), Ramadan Abou Jazar, a appelé à la création d’une agence centrale de renseignement africain chargée de lutter contre les menaces sécuritaires multiformes. En marge de sa participation au forum sur la sécurité en Afrique, tenue samedi dernier à Marrakech, Abou Jazar a souligné qu’il était temps pour l’Afrique de se doter de cette agence de renseignement pour garantir l’échange des informations entre les pays du continent, notamment en matière de lutte contre le terrorisme, et le démantèlement des cellules terroristes.
 
L’expert international a ajouté que «la création de cette agence imposerait le respect de la communauté internationale à l’égard de l’Afrique». Et d’ajouter que le Maroc, qui joue un rôle d’avant-garde sur la scène africaine, a les possibilités d’héberger cette agence, eu égard aux bonnes relations qu’il entretient avec la majorité des pays africains. D’autant, poursuit le même intervenant, que le Maroc dispose d’énormes potentialités et d’une grande expertise dans le démantèlement de cellules terroristes et l’interpellation proactive d’éléments terroristes.

Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du lundi 10 février, que le directeur du centre international de recherche et des droits de l'Homme de Bruxelles s’est arrêté sur plusieurs indicateurs révélateurs de ces potentialités. Il évoque notamment le nombre d’étudiants africains qui poursuivent leurs études universitaires au Maroc. Sans oublier, ajoute-t-il, que la jeunesse marocaine maîtrise plusieurs langues internationales, contrairement à la plupart des pays africains. Abou Jazar indique, par ailleurs, que le Maroc est considéré, actuellement, comme la porte d’entrée de l’Afrique vers l’Union européenne et qu'il entretient d’excellentes relations avec l’Est et l’Ouest. Et de rappeler que le Maroc a, à de nombreuses occasions, fourni des aides précieuses à des pays européens comme la Belgique, la France et l’Allemagne, notamment dans le domaine de la surveillance, la traque et le démantèlement des cellules terroristes.
 
Le directeur du BIC souligne que la création d’une agence africaine de renseignement nécessite plusieurs mesures. Il cite, en premier lieu, le recrutement de compétences aussi bien au Maroc que dans les pays africains influents afin de nouer les contacts préliminaires. La deuxième étape consiste à appeler à la tenue d’un congrès constitutif et à élaborer son code de conduite. Ce faisant, ajoute Abou Jazar, les informations traitées au sein de l’agence seront à la portée de tous les pays membres sans exception, nonobstant les divergences qui pourraient exister entre certains d’entre eux.


Source : https://fr.le360.ma/politique/terrorisme-a-marrake...