Menu
eMouaten : [Bulletin] : Finale CAN-2019  Finale CAN-2019 : 28 avions pour transporter les supporters algériens  Les autorités… https://t.co/xqNI8kRIHj

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Newsletter
Rss



              
MAP | Reproduit ici le Mardi 25 Juin 2019 à 16:16

Revue de presse quotidienne




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

Aujourd'hui Le Maroc : 

• «Il faut inciter les jeunes à préparer leur retraite et à y voir un moyen pour se protéger dans l'avenir avec des projets de vie stimulants», a indiqué Abdellatif Zaghnoun, directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). «Les jeunes ne savent pas à quel âge préparer leur retraite», a-t-il dit lors d’une rencontre à Rabat. La population de 18-24 ans sera de 4 millions en 2050, soit une baisse de 10% par rapport à son niveau en 2014, précise Zaghnoun. «Le risque de vieillissement est inéluctable», précise-t-il, rappelant que l'espérance de vie sera de 80 ans en 2050. Selon lui, la prise en charge du vieillissement est un défi sociétal.

• Après 9 mois de la première circulaire relative au respect des délais de paiement contractuels, Mohamed Benchaaboun, ministre de l'économie et des finance, s'adresse de nouveau aux présidents des directoires, directeurs généraux et directeurs des établissements et entreprises publics (EEP) les incitant à consolider et accélérer les mesures visant à améliorer les délais de paiement. Et pour cause, certaines entités n'ont toujours pas pris de mesures concrètes pour améliorer les procédures et les délais de traitement des dossiers relatifs au règlement des fournisseurs. Le ministre observe à cet effet la non- publication des informations et des données relatives aux délais de paiement de ces établissements et entreprises publics. A cet effet, de nouvelles directives sont émises en vue d'activer ce chantier et régler la problématique des délais de paiement. 

Le Matin :

• La réforme du Conseil de paix et de sécurité (CPS) doit être participative, cohérente et intégrée, tout en tenant compte de la globalité du processus de réforme de l’Union africaine (UA). C’est la vision que le Maroc a prônée hier à Skhirate à l’occasion de la douzième retraite du CPS de l’UA. Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, chargé de la Coopération africaine, Mohcine Jazouli a ainsi souligné que la restitution du Conseil de paix et de sécurité à l’appropriation de ses États membres constitue la «clé de voûte» du succès de sa réforme. Pour le ministre délégué, la clarification de la relation entre la Commission de l’UA et le CPS apporterait une «précision nécessaire sur le rôle de la Commission, en étant au service des États membres du CPS, et permettrait ainsi d’éviter toute confusion ou équivoque inutile».

• Nouvelle initiative pour le renforcement du partenariat entre le Maroc et Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Une délégation de hauts responsables du Conseil d’administration de la BERD a entamé lundi une visite de quatre jours au Maroc. L’objectif étant «d’acquérir une expérience directe du développement économique et politique du pays», indique le top management de la banque européenne. Au programme, des rencontres avec des membres du gouvernement, des milieux d’affaires et de la diplomatie, ainsi que des partenaires internationaux et des organismes de la société civile. Les membres du Conseil d’administration de la BERD iront également visiter des projets privés et publics financés par la Banque, à Kénitra et à Tanger. 

L’Economiste :

• La couverture médicale et la retraite des auto-entrepreneurs sont toujours en discussion. Les auto-entrepreneurs exerçant les activités industrielles, commerciales et artisanales et dont le chiffre d'affaires est inférieur ou égal à 500.000 DH sont soumis à un taux d'imposition de 0,5%. La CNSS qui se base sur une étude réalisée par Maroc PME, estime qu'ils dégagent une marge de 15% et un bénéfice forfaitaire maximum de 75.000 DH. A cette catégorie, la Caisse propose un revenu mensuel forfaitaire de 6.425 DH, soit deux fois et demie le smig. Aux auto-entrepreneurs prestataires de services, imposés à 1% pour un chiffre d'affaires de moins de 200.000 DH, l'assiette de cotisation mensuelle correspondante serait équivalente à 5.140, soit deux fois le smig. Sauf que les auto-entrepreneurs avec lesquels les concertations sont menées rejettent ces propositions. 

• Après la controverse relative aux conditions de licenciement des salariés étrangers, le ministère du Travail vient de rendre public un nouveau modèle de contrat de travail dédié à cette population. Le nouvel arrêté ministériel vise donc à lever la confusion concernant les salariés étrangers, pénalisés en cas de licenciement abusif. En effet, ces derniers ne recevaient pratiquement jamais les indemnités de licenciement comme c'est le cas de leurs collègues nationaux. Ces indemnités étaient limitées à la durée restante de leur contrat de travail abstraction faite de leur ancienneté qui pouvait atteindre plusieurs années. 

Libération :

• Les enseignants du supérieur poursuivent leur mouvement de protestation. Après le débrayage des 29 et 30 mai dernier, le SNESup a appelé à une nouvelle grève nationale pendant trois jours à commencer de ce mardi dans tous les établissements universitaires du Royaume «pour dénoncer la politique gouvernementale hasardeuse consistant à la privatisation des services publics et visant à porter atteinte au pouvoir d’achat des enseignants-chercheurs», selon un communiqué du bureau national du SNESup. 

• Le dirham s'est apprécié de 1,4% par rapport à l’euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar lors de la période allant du 13 au 19 juin 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Au cours de cette période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché des changes. Au 14 juin, les réserves internationales nettes sont restées quasiment inchangées, d'une semaine à l'autre, à 234,5 milliards de dirhams (MMDH). En glissement annuel, elles se sont accrues de 2,8%. Concernant les interventions sur le marché monétaire, Bank Al-Maghrib a injecté un total de 78,4 MMDH, dont 75,7 MMDH sous forme d’avances à 7 jours sur appel d’offres et 2,7 MMDH accordés dans le cadre du programme de soutien au financement de la TPME. 

L’Opinion :

• Un total de 212.169 candidats scolarisés de l'enseignement public et privé ont été admis lors de la session ordinaire de l'examen national unifié du baccalauréat au titre de la session ordinaire de juin 2019, soit un taux de réussite de 65,55%, a annoncé le ministère de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique-département de l'Éducation nationale. Ainsi, le nombre des candidats scolarisés ayant passé l'examen de la session de juin a atteint 323.668, soit un taux de 65,55 %, contre 57,36 % en 2018 (hausse de 8,19 %), indique le ministère dans un communiqué. Chez les filles, elles étaient 121.673 candidates scolarisées à réussir les examens, soit un taux de réussite de 57,35 pc. • L'accord sur la Zone de libre-échange continentale pour l’Afrique (ZLECAF) dont le texte d'adoption vient de passer avec succès le cap de la chambre des représentants avant d'être soumis à celles des conseillers, est un modèle de coopération économique responsable pour les uns, une fuite en avant irresponsable pour les autres. Au Maroc, comme ailleurs, les défenseurs de ce texte le présentent comme l'archétype d'un accord commercial moderne digne du nouveau "paysage économique de l'Afrique", qui va ouvrir des opportunités aux entreprises africaines sur le marché continental. Devant les députés, la secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mounia Boucetta, a défendu, outre les "dimensions politiques et stratégiques" de la ZLECAF, les objectifs ultimes de cet accord qui ambitionne de créer une Communauté Économique Africaine à l’horizon 2028, comme prévu par le Traité d'Abuja de 1991, qui devrait aboutir à un marché basé sur quatre libertés: libres circulation des hommes, des marchandises, des services et des investissements.

Al Bayane :

• Le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a effectué une visite à différentes dépendances de l’hôpital "20 août" à Goulmima (province d’Errachidia), où il s’est enquis de la qualité des prestations médicales offertes aux patients. Le ministre et la délégation l’accompagnant ont également visité le Centre d’hémodialyse relevant de cette infrastructure hospitalière, où des explications leur ont été fournies sur cette structure médicale qui dispose de 25 appareils d’hémodialyse et offre ses prestations à plus de 50 bénéficiaires atteints d’insuffisance rénale totale. Par la même occasion, le ministre a procédé à la remise d’une ambulance au profit de l’hôpital, équipée de matériels des plus modernes pour apporter aide et assistance aux patients.

• La RAM a inauguré sa nouvelle desserte non-stop Casablanca-Boston, capitale du Massachusetts (nord-est), consolidant ainsi son réseau au niveau de l’important marché américain. Le premier vol de la compagnie nationale sur cette ligne au départ de l’aéroport de Mohammed V de Casablanca, a atterri sur le tarmac de l'aéroport international Logan de Boston. Une importante cérémonie a été organisée à cette occasion en présence des autorités aéroportuaires, des responsables de la RAM, ainsi que de représentants de l’ambassade du Royaume aux États-Unis et des médias des deux pays. Cette nouvelle ligne sera opérationnelle à raison de trois fréquences par semaine : lundi, jeudi et samedi. 

Al Ahdat Al Maghribia :

• Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a exprimé les remerciements du Maroc au gouvernement de la Barbade pour sa décision de retirer la reconnaissance de la pseudo "rasd" et de rejoindre les pays qui soutiennent l'initiative marocaine d'autonomie en vue de résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain. Lors d'un entretien avec la Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, qui a effectué une visite d'amitié et de travail au Maroc, El Otmani a souligné la convergence de vues concernant plusieurs questions entre les deux pays qui constituent une porte d'entrée pour l'Afrique et le Moyen-Orient, ainsi que pour l'Amérique latine et les Caraïbes, indique un communiqué du département du chef du gouvernement. Il a aussi relevé que les deux pays, qui sont attachés au renforcement de la coopération sud-sud, partagent les mêmes défis relatifs à la promotion des secteurs de la santé, de l'éducation et la formation et du développement économique, outre la nécessité de faire face aux effets du changement climatique.

• Le réseau marocain pour la défense du droit à la santé et du droit à la vie a appelé Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, et les deux chambres du Parlement à auditer le système du médicament national en vue de le réorganiser et de remédier aux défaillances. Dans un communiqué, le réseau souligne Le réseau insiste sur le contrôle strict du secteur des médicaments au Royaume en créant une institution indépendante habilitée à gérer et contrôler ce secteur, à l’instar d’une Agence nationale des médicaments, indépendante du ministère de la Santé, pour assurer la sécurité médicale . Un diagnostic complet est nécessaire pour identifier les différents aspects du système du médicament, apprécier la qualité des médicaments fabriqués localement et ceux importés (princeps et génériques) qui circulent sur le marché national.

Akbar Al Yaoum :

• Un total de 212.169 candidats scolarisés de l'enseignement public et privé ont été admis lors de la session ordinaire de l'examen national unifié du baccalauréat au titre de la session ordinaire de juin 2019, soit un taux de réussite de 65,55%. Ainsi, le nombre des candidats scolarisés ayant passé l'examen de la session de juin a atteint 323.668, soit un taux de 65,55 %, contre 57,36 % en 2018 (hausse de 8,19 %), indique le ministère de l'Éducation nationale dans un communiqué. Chez les filles, elles étaient 121.673 candidates scolarisées à réussir les examens, soit un taux de réussite de 57,35 %. Le ministère fait savoir que 109.187 candidats ont obtenu leur BAC avec mention, soit 51,46% de l'ensemble des bacheliers.

• Le taux de conformité des eaux de baignade des plages marocaines aux normes de qualité microbiologique a atteint 98,43%, selon les résultats du rapport national sur la surveillance de la qualité des eaux de baignade des plages du Royaume (édition 2019). Présenté par le Secrétariat d’État chargé du Développement durable, ce rapport indique que sur les 451 stations de prélèvements, 445 ont fait l'objet d’un nombre suffisant de prélèvements pour le classement, dont 438 (soit 98,43%) ont été déclarées de qualité microbiologique conforme aux exigences des normes, contre 7 stations (soit 1,57%) déclarées non conformes pour la baignade.

Al Alam :

• La Fédération marocaine des associations des droits de consommateurs (FMDC) a dénoncé la décision du gouvernement d’augmenter les prix de 14 médicaments. Une «nouvelle violation du pouvoir d’achat des Marocains», a-t-elle indiqué dans un communiqué. L’exécutif s'est soumis au lobby de l’industrie pharmaceutique, souligne la Fédération, notant qu’il préfère «augmenter les prix pour contenir la disparition de plusieurs médicaments en pharmacie.

• Un total de 157 mosquées ont été fermées suite aux missions de contrôle et d’inspection menées par les services compétents du ministère des Habous et des affaires islamiques, et ce, en raison des menaces techniques qu’elles présentent. Depuis 2015, 4661 expertises techniques ont conduit à la fermeture de 3007 mosquées, dont 910 ont été rouvertes après réaménagement pour un coût global de 473 millions de dirhams.

Bayane Al Yaoum : 

• L’Institution du Médiateur du Royaume organise mardi à Rabat, en collaboration avec la Délégation de l’Union européenne au Maroc, un séminaire national pour la présentation du projet de refonte de son système d’information. Financé dans le cadre de l’assistance technique de l’Union européenne avec l'appui du ministère de l’économie et des finances, ce projet présente des données sur les aspects fonctionnels de la nouvelle application informatique, par rapport à des perspectives liées à la gestion, aux services et à la communication, outre les chantiers d’accompagnement visant le renforcement des capacités des ressources humaines de l’institution et la conduite du changement, indique un communiqué de l’Institution.

• Les hôtels classés de Tanger ont enregistré 422.812 nuitées entre janvier et avril 2019, contre 386.086 pendant la même période de 2018, soit une progression de 10%, d’après les chiffres de la délégation provinciale du Tourisme de Tanger-Asilah. Le nombre d’arrivées a également progressé de 9% pour s’établir à 224.288 touristes, contre 205.832 de janvier à avril 2018, selon les statistiques de la délégation. Ces chiffres relèvent que les touristes résidents viennent en tête des visiteurs avec 131.970 personnes au cours des quatre premiers mois de cette année, contre 102.049 une année auparavant. 

Al Massae :

• En 2017, 6.553 jugements ont été prononcés contre l'État, selon les derniers chiffres de l’Agence judiciaire du royaume, représentant plus de 2,7 milliards de dirhams. Devant la justice, les demandeurs ont réclamé 4 milliards de dirhams, mais grâce à l’intervention de l’Agence du Royaume, chargée d'assurer la défense judiciaire de l'État et de ses démembrements, ce montant a été réduit de 38%, ce qui a permis de gagner 1,7 milliard de dirhams au budget de l’État.

• Le ministre d’État chargé des droits de l’homme, Mustapha Ramid, a affirmé que l’interrogatoire des personnes placées en garde à vue, impliquées dans des crimes ou délits, doit être obligatoirement enregistré audio et vidéo. L’enregistrement doit être joint au PV de la police judiciaire pour qu’il soit produit devant la justice en cas de contestation. Le ministre, qui s’exprimait lors d’une rencontre à Casablanca, a souligné que la personne placée en garde à vue a le droit de bénéficier d’une assistance juridique et d’un avocat.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le ministre de la Réforme de l'Administration et de la Fonction publique, Mohammed Benabdelkader a souligné, à Nairobi, que le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration, et ce en considération de son rôle de leadership managérial dans la mise en œuvre des politiques publiques. Intervenant lors d'un panel ministériel sur la thématique "Interface du politique et de l’administratif du service public", le ministre a estimé que la complexité des relations entre le politique et l’administratif constitue une problématique de première importance tout en soulignant qu'aussi bien l’efficacité de l’action publique que la qualité de la démocratie, nécessitent que le rôle et les pouvoirs des politiques, d’une part et des responsables administratifs de l’autre, soient aussi clairs et cohérents que possible.

• La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion a indiqué que 181 détenus, sur les 779 ayant passé les épreuves du baccalauréat, ont réussi l’examen national, répartis sur différents établissements pénitentiaires. C’est une hausse de 7,74% par rapport à 2018. Le taux de réussite s’élève donc à 23,3% et dépasse même celui relatif aux candidats au bac libre, au niveau national, lequel avoisine les 21,9%, selon un communiqué du Ministère de tutelle.

Rissalat Al Oumma :

• Le ministère en charge de l’éducation nationale reprend mardi le dialogue sectoriel avec les syndicats les plus représentatifs pour régler les questions en souffrance. Les syndicats avaient programmé une série d’actions durant l’été pour dénoncer la négligence de leurs revendications par les parties concernées. Le secrétaire général du syndicat national de l’enseignement, affilié à la CDT, Abdelghani Arraki, a souligné que la réunion de mardi permettra aux syndicats de présenter leurs propositions et leurs interrogations sur les questions réglées unilatéralement, en l’absence des syndicats.

• Le président de la fédération marocaine des droits du consommateur, Bouazza Kharrati, a affirmé que la consommation du pesticide chlorpyrifos, produit toxique, est encore utilisé au Maroc. Le danger de ce pesticide, dont l’utilisation a été interdite dans plusieurs pays européens, et qui fait débat en France, est scientifiquement validé. Selon les études scientifiques, cet insecticide augmenterait chez les enfants exposés in utero la fréquence de l’autisme et entraînerait des retards mentaux et des déficits de QI.