Menu
              
MAP | Reproduit ici le Mercredi 12 Juin 2019 à 11:51

Revue de presse quotidienne




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

 Le Matin :

 • La cession de 8% de la participation de l'Etat dans le capital de Maroc Telecom se précise. Le ministère des Finances a dévoilé hier, via un communiqué, plus de détails sur cette opération qui a été prévue par la loi de Finances 2019. Ainsi, le ministère indique que cette cession se fera en deux parties. La première consistera en des cessions, avant la fin de ce mois de juin, de blocs de 52.745.700 actions représentant 6% du capital de Maroc Telecom au prix de 127 DH auprès d’investisseurs institutionnels de droit marocain. Il s’agit de caisses de retraite, compagnies d’assurances et banques. Le deuxième volet de l’opération sera une offre de vente au public sur le marché boursier marocain de 17.581.900 actions représentant 2% du capital de l’opérateur télécom.

 • L’exploitation des carrières dans l’Oriental sera régie par un schéma régional de gestion. Le département de l’Équipement a lancé un appel d’offres pour la réalisation de l’étude d’élaboration de ce schéma. Ce dernier devra constituer une vision stratégique globale en vue d’assurer une «bonne» gestion d’exploitation des carrières afin d’alimenter le marché en matériaux de carrières et de maîtriser l’offre et la demande ainsi que le coût des matériaux extraits. Le futur schéma délimitera, par ailleurs, la zone ou les zones où l’exploitation de carrières est interdite tout en fixant les objectifs à atteindre dans le réaménagement des sites des carrières en fin de leur exploitation.

 L’Economiste :

 • Après la première émission des sukuks, le Maroc vient d'introduire un nouvel outil financier. Les Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) seront opérationnels dans quelques semaines. C'est ce qu'a annoncé Mohamed Benchaâboun, ministre des Finances. Ce nouveau mécanisme s'inscrit dans la logique d'innovation, «indispensable pour la dynamisation du marché des capitaux», comme l'a rappelé Nezha Hayat, présidente de l'Autorité marocaine des marchés des capitaux (AMMC). «Des études menées par des opérateurs de la place estiment le potentiel des OPCI à environ 200 milliards de DH, uniquement pour le segment marché des bureaux», a fait savoir Benchaâboun. Le dernier instrument à mettre en place avant le démarrage effectif est actuellement en phase de validation au niveau du Secrétariat général du Gouvernement, selon la présidente de l'AMMC. 

 • Les sociétés anonymes ont jusqu’à fin août pour déposer leurs états de synthèse et le rapport du commissariat aux comptes au Registre du commerce au niveau des tribunaux. Depuis deux ans, la procédure est dématérialisée, mais pas encore obligatoire. Des améliorations ont été introduites au dispositif par le ministère de la Justice. La principale concerne la suppression de la certification électronique qui était obligatoire et qui retardait le déploiement de la solution électronique. Le dépôt des états de synthèse et des rapports du commissaire aux comptes est une obligation réglementaire. Le fait de ne pas s'y soumettre dans les délais entraîne une amende de 40.000 à 400.000. En réalité, très peu d'entreprises s'y conforment. Et dans beaucoup de cas, les documents sont toujours en retard d'une année, voire plus. 

Aujourd’hui le Maroc :

 • Des perspectives prometteuses se tracent pour le marché de la dette privée. Les besoins de financement des différents acteurs devraient s’accentuer. C'est du moins ce que prévoit CDG Capital dans son dernier flash économique. A travers cette analyse, CDG Capital a tenu à contextualiser l'évolution du marché de la dette privée appréhender les perspectives pour les deux prochaines années. Pour ce qui est des prévisions de CDG Capital, les tombées de la dette privée devraient reprendre en 2019. Elles devraient s'améliorer de 15% au titre de cette année contre un repli de 24% une année plus tôt. Elles passeraient ainsi de 44 milliards de dirhams à 51 milliards de dirhams fin 2019. Une tendance qui devrait être tirée par une hausse de 32% des tombées de titres de créances négociables. 

 • Coup d'envoi de la 2ème Consultation nationale sur la mise en œuvre et le suivi des Objectifs de développement durable (ODD). La séance inaugurale se tiendra ce mercredi à Rabat au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale. Cette consultation, co-organisée par le département des affaires étrangères, le HCP et le système des nations Unies au Maroc intervient 3 ans après celle de 2016. Elle sera consacrée à l'examen de l'état de mise en œuvre des ODD par le Maroc et du niveau de réalisation de ses engagements internationaux dans ce cadre. Les travaux de cette consultation qui s'inscrivent dans le cadre de l'élaboration du Rapport national sur les ODD bénéficieront de la contribution de l'ensemble des départements ministériels et autres institutions nationales, des collectivités territoriales, des représentants du secteur privé, de la société civile et des agences, fonds et pro-grammes des Nations Unies.

 Al Bayane : 

 • Le Maroc a clairement exprimé son choix stratégique et sa dynamique réformiste d'envergure, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans le but de consolider les droits et les libertés et de lutter contre l'impunité, a affirmé le premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustapha Farès. Le pouvoir judiciaire du Royaume est ouvert à toutes les initiatives servant les causes liées à la justice dans le monde et concrétise les valeurs communes "en lesquelles nous croyons et que nous défendons tous de manière impartiale, transparente et humaine", a-t-il ajouté lors d’un séminaire à Rabat sur la Cour pénale internationale.

 • Une forte délégation marocaine composée d'une quinzaine de dirigeants d'entreprises et d'organisations professionnelles issues de divers secteurs économiques, participe, cette semaine à Washington, au sommet annuel sur l'investissement "SelectUSA", l’une des plus importantes manifestations dédiées à la promotion des investissements directs étrangers aux Etats-Unis. Le vice-président de l'Association marocaine des exportateurs (ASMEX), Amine Laghidi, a souligné que cette participation constitue une occasion idoine pour mettre l'accent sur les points forts qu'offre aujourd'hui le Maroc en tant que hub stratégique des échanges pour le commerce et l'investissement. Évoquant les domaines prioritaires ciblés, il a cité le "secteur stratégique des chaînes logistiques", étant donné qu'il "ne peut y avoir d'export entre le Maroc et le plus grand marché de consommation au monde sans une solution logistique efficace".

L’Opinion :

 • Malgré la situation économique difficile au Maroc, le tourisme arrive quand même à résister. L'observatoire du tourisme fait savoir que 3,5 millions de touristes ont visité le Maroc à fin avril soit une hausse de6% par rapport à la même période en 2018 (+5,3% pour les TES et +7,8% pour les MRE). Les principaux marchés émetteurs ont connu une hausse en termes d'arrivées en cette période. Il s'agit des arrivées de touristes américains qui se sont améliorées de 14% à fin avril, soit 125.457 visiteurs américains sur ladite période. Autres marchés émetteurs ayant connu une hausse en termes d'arrivées Italie (+13%), France (+9%), Espagne (+9%) et Allemagne (+8%). Les autres marchés ont également affiché des progressions.

 • Le Fonds mondial de la nature (WWF) indique que plus de 5% des déchets sont livrés par le Maroc en Méditerranée. Le Royaume ne recycle que 10% des déchets, précise le Fonds. Le rapport du WWF note par ailleurs que le Maroc contribue à hauteur de 1,9% du total de la production de plastique dans la région (27,81 millions de tonnes), et 2,3% de déchets de plastique (environ 24 millions de tonnes). En outre, les déchets en plastique contrôlés en provenance du Maroc représentent 1,2% des 17,45 millions de tonnes produites.

Libération :

 • « Par l’organisation de cette journée d’étude, nous voulons instaurer une tradition au sein de l’administration marocaine, celle d’interagir positivement avec les rapports de la Cour des comptes et les autres institutions constitutionnelles, de prendre en compte leurs recommandations et d’œuvrer à les mettre en application ». C’est ainsi que s’est exprimé le ministre délégué chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, Mohammed Benabdelkader, lors d’une journée d’étude consacrée à la discussion de la teneur du dernier rapport de la Cour des comptes sur « L’évaluation des services publics en ligne ». Bien que le ministre délégué ait souligné que les services publics en ligne ont évolué au Maroc au cours des dernières années, il a, cependant, relevé l’insuffisance des études concernant l’impact de cette évolution sur la qualité des services et les usagers. 

 • Le Groupe Renault a clôturé les cinq premiers mois de l'année 2019 à la tête du podium du marché marocain, en réalisant au cumul 28.709 livraisons. Au terme des cinq premiers mois de l’année 2019, le groupe a réalisé une part de marché de 43,3% et de 42,9% pour le seul mois de mai. Avec ses 3.555 livraisons, Dacia s'octroie une part de marché de 26,8% durant mai et maintient sa position de leader du marché des voitures particulières et utilitaires (VP-VU) au Maroc. Au cumul, ce sont 18.698 véhicules qui ont trouvé preneur et que la part de marché au cumul s’établit à 28,2%. 

Akhbar Al Yaoum :

 • Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, a évoqué encore une fois le plafonnement des prix des carburants, pointant du doigt les sociétés de distribution des carburants. Selon lui, le plafonnement des prix « ne tardera pas à entrer en vigueur », notant que le gouvernement peut uniquement jouer sur la marge bénéficiaire de ces sociétés alors qu'une partie du prix des carburants est intimement lié au marché international. Si le prix du pétrole grimpe sur les marchés mondiaux, l’Etat devra supporter ce coût. Dès lors, l’exécutif envisagera des mesures pour protéger les ménages, assure Daoudi.

 • Suite aux innombrables difficultés auxquelles les Marocains font face pour l’obtention des visa Schengen dans certains consulats espagnols, le ministère espagnol des affaires étrangères a entrepris des mesures visant l’amélioration des prestations de services pour l’obtention des visas Schengen (rapprocher les rendez-vous, barrer la route aux intermédiaires). Ainsi, le ministère espagnol a choisi un nouveau prestataire devant faciliter la prise des RDV via le Net et établir des lignes téléphoniques automatiques avec les consulats.

 Al Ahdat Al Maghribia :

 • La Chambre des représentants a adopté, en séance plénière et à l'unanimité, le projet de loi organique définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh, ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique. Faisant l'objet d'un désaccord entre les groupes parlementaires, un amendement principal présenté par la majorité a été adopté à l'unanimité : la langue amazighe s'écrirait en tifinagh. 

 • Cet été, 21 plages et un port de plaisance hisseront le label international Pavillon Bleu, attribué par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, présidée par la princesse Lalla Hasna, et la Fondation internationale pour l’Education à l’Environnement. Avec 21 plages, le Maroc occupe cette année la première place dans le monde arabe et la deuxième en Afrique.

Al Alam : 

 • Les sociétés japonaises ont affiché leur volonté de saisir les opportunités d'investissement qui s'offrent dans les secteurs de l'électricité et de l'eau au Maroc, lors des rencontres tenues par le directeur général de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, avec des investisseurs nippons. Au cours de ces rencontres qui ont eu lieu en marge du sommet du Global Sustainable Electricity Partnership (GSEP) au Japon, El Hafidi a mis en avant les stratégies de développement des secteurs de l'électricité et de l'eau au Maroc ainsi que les principaux projets en cours de développement par l'Office et pouvant constituer des opportunités d'investissements, selon un communiqué de l'ONEE.

 • Au terme de l’opération de recensement relatif au service militaire qui s’est déroulée entre le 09 avril et le 07 juin 2019, le ministre de l’Intérieur annonce qu'un total de 133.820 personnes ont rempli le formulaire de recensement dont 13.614 jeunes femmes (10,17 %) qui l’ont fait d’une manière volontaire pour effectuer ce service. Les commissions provinciales tiendront des réunions, à partir du lundi 17 juin 2019, dans chaque préfecture, province et préfecture d’arrondissement, pour arrêter la liste des personnes recensées durant la période précitée et qui sont susceptibles d’être convoquées pour accomplir le service militaire, souligne le ministre dans un communiqué.

Bayane Al Yaoum :

• Quelques 7.000 médicaments sont commercialisés sur le marché national, dont moins de 5% présentent un risque de rupture, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali. Répondant à une question orale sur "La rupture continue de certains médicaments", présentée par le groupe Justice et Développement à la Chambre des représentants, Doukkali a noté que la production nationale répond à 65% des besoins en médicaments. La rupture de certains médicaments est due à plusieurs raisons, notamment les procédures légales relatives au contrôle du stock provisoire des médicaments, conformément au décret promulgué en 2002, a-t-il expliqué, notant que son département est en phase d’actualiser le texte juridique en la matière, avec le ministère des Affaires générales et de la Gouvernance.

 • Le ministre d'État chargé des droits de l'Homme, Mustapha Ramid, a souligné que l'interaction positive du Maroc avec les procédures spéciales relevant du Conseil des droits de l'Homme des Nations-unies. Répondant à une question orale sur "Le bilan de l’interaction du gouvernement avec les recommandations des procédures onusiennes spéciales relatives aux droits de l'Homme", présentée par le groupe Justice et Développement à la Chambre des représentants, Ramid a affirmé que l'ensemble des législations nationales et politiques publiques visent la mise en œuvre de ces recommandations à des niveaux divers. Il a noté, dans ce sens, que le Plan national en matière de démocratie et des droits de l'Homme prévoit, parmi ses mesures, de nombreuses recommandations émanant des Procédures spéciales des droits de l'Homme, assurant que la mise en œuvre de ces recommandations a atteint un niveau "respectable".

Al Massae :

 • Invité à s'exprimer à la Chambre des représentants sur la hausse des prix pratiqués par les cliniques privées, Anas Doukkali, ministre de la santé, a affirmé que l’Inspection générale du ministère de la Santé va effectuer 100 opérations d’inspection dans les cliniques et les cabinets. L’année dernière, seules 50 missions d’inspection ont été effectuées pour connaitre si ces cliniques et cabinets privés respectent ou non la tarification fixée. Plus de 90% des dépenses d’assurance sont destinées aux cliniques privées.

 • Un combat acharné est attendu entre les ophtalmologistes et les lunettiers au sein de la Chambre des représentants, après l’adoption par la Chambre des conseillers du projet de loi sur relatif à l'exercice des professions de rééducation, de réadaptation et de réhabilitation fonctionnelle. Cette adoption semble avoir satisfait les revendications des ophtalmologues, puisque les conseillers parlementaires ont amendé l’article 6 pour interdire aux opticiens lunettiers d’exercer des actes considérés par les ophtalmologistes comme relevant de leurs compétences. La Chambre des représentants devrait décider du contenu de ce texte controversé, ayant vivement irrité les ophtalmologistes, qui ne veulent pas voir les opticiens lunettiers se charger par exemple de la mesure de l’acuité visuelle et des lentilles fixes.

 Al Ittihad Al Ichtiraki :

 • Les services décentralisés de la police judiciaire de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ont diligenté, sous la supervision des parquets compétents, des enquêtes judiciaires à l'encontre de 49 candidats, dont six filles et quatre mineurs, pris en flagrant délit de triche à l'examen régional unifié de la première année du baccalauréat qui s'est déroulé le 08 juin. Quarante-trois des candidats ont été arrêtés en flagrant délit de triche à l'examen, indique la DGSN dans un communiqué, relevant que les six autres personnes ont été interpellées pour des actes constituant des infractions de droit commun.

 • Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki et l’ambassadeur de Russie à Rabat, Valerian Shuvaev ont souligné l'importance de la diplomatie parlementaire dans la promotion des relations bilatérales et la consolidation de la paix et de la stabilité de par le monde, au service des intérêts communs des deux pays. Lors de cette entrevue, les deux parties ont exprimé leur volonté commune de consolider les liens de coopération entre la Chambre des représentants et la Douma d'Etat de la Fédération de Russie. A cette occasion, les deux parties ont également échangé leurs points de vue sur un certain nombre de questions d’intérêt commun.

 Rissalat Al Oumma :

 • Le Maroc a été élu, en la personne de Mohamed Charef, membre du Comité des Travailleurs Migrants au cours de la 9ème Réunion des Etats parties à la Convention Internationale sur la protection des Droits de tous les travailleurs migrants et des Membres de leur famille, tenue lundi à New York. En compétition avec neuf autres candidats pour les sept sièges vacants au sein de ce Comité, Charef a été choisi au premier tour du vote avec 46 voix sur les 53 pays votants, le score le plus élevé, souligne un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

 • Les ressortissants marocains résidant en Espagne ont été à la tête des étrangers bénéficiaires de la nationalité espagnole en 2018, indique mardi l’Institut national de la statistique (INE). Ainsi, un total de 25.372 Marocains établis dans le pays ibérique ont acquis la nationalité espagnole l’année dernière, suivis notamment des Boliviens (8.157), des Équatoriens (7.996) et des Colombiens avec 6.846 individus, précise la même source dans un communiqué.