Menu
              
MAP | Reproduit ici le Mardi 4 Juin 2019 à 17:08

Revue de presse quotidienne




Bayane Al Yaoum :

• Dans le cadre des efforts inlassables déployés par les services de sûreté pour lutter contre le trafic de drogue et de psychotropes et combattre ses effets négatifs sur la sûreté et la santé publique, la brigade de la police judiciaire de Nador a procédé, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à la saisie de 48.800 comprimés d'ecstasy et à l'arrestation de trois personnes, dont un couple, membres présumés d'un réseau criminel de trafic de drogues. Cette opération, menée en coordination avec les services de la Gendarmerie royale territorialement compétents, a permis la saisie de grandes quantités de drogue à bord d'un taxi en provenance de Tanger et en direction d'une zone rurale relevant de la province de Driouch, dans les alentours de Nador.

• Chawki Jirari, directeur de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole au Maroc a affirmé que l’importation de la viande des États-Unis prendra encore du temps, malgré la signature du certificat sanitaire. Dans un entretien au journal, Jirari a souligné que depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre échange entre le Maroc et les États-Unis et jusqu’à présent, les deux pays n’ont abordé que la signature de ce certificat, qui comporte les conditions d’importation de la viande de volaille de ce pays.

Akhbar Al Yaoum :

• Les groupes de la majorité à la Chambre des représentants semblent avoir réglé leurs différends sur le projet de loi organique relatif à la langue amazighe. Ils se sont mis d’accord sur les amendements à introduire sur ce projet et ont décidé de le voter en plénière le 10 juin prochain. Ainsi ils ont décidé, entre autres, d’adopter le tifinagh, de prévoir le droit aux parties d’utiliser la langue amazighe dans les juridictions, les enquêtes, la notification et l’exécution. L’Etat devrait en conséquence assurer la traduction qui s’impose.

• L'Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco) a présenté le bilan de la mise en œuvre du deuxième programme de coopération "Compact II" et à la présentation des prochaines étapes de sa réalisation. A cette occasion, Saâd Dine El Otmani, chef du gouvernement, a rappelé que ce programme est entré en vigueur depuis environ deux années, parcourant ainsi presque la moitié de son chemin, mettant l'accent dans ce sens sur la nécessité d'évaluer les réalisations enregistrées dans le cadre de ce programme ainsi que de réfléchir aux meilleurs moyens à même d'accélérer davantage le rythme des réalisations lors des prochaines étapes. El Otmani a relevé que ce programme s’étale sur une durée déterminée de trois ans, ce qui requiert l'accélération de sa mise en place en vue de réussir le pari de réaliser des réformes de fond, ajoutant que ces projets interviennent dans le cadre des Hautes Orientations Royales qui mettent l'accent sur la nécessité de réformer le système de l'éducation et de la formation pour être en phase avec le marché du travail.

Aujourd’hui Le Maroc :

• L’offre de formation dans le secteur de la santé pourrait s'élargir dans les années à venir. En effet, une quinzaine de profils s’ajouterait à la panoplie des spécialités enseignées dans les centres de formation. Il s'agit pour l'essentiel de former des ressources qualifiées de niveau opérateur à technicien spécialisé. L'objectif étant de combler le besoin en compétences dans le secteur de la santé. «Ce déficit est d'autant plus problématique que le secteur privé fonctionne aussi avec du personnel soignant du secteur public. Et la situation devrait s'aggraver dans les 10 prochaines années avec le départ à la retraite de 24% des paramédicaux, soit environ 7000 personnes », relève l’OFPPT. A l'heure actuelle, le personnel paramédical du secteur public et privé est estimé à environ 36.000 personnes. Au niveau d'une population totale de 35 millions, ce personnel représente un ratio de 1 pour 1.000 habitants.

L’Opinion :

• Les exportations des produits d'artisanat ont enregistré en avril 2019, une croissance de 32% par rapport au même mois de l'année écoulée, selon le ministère du Tourisme, du transport aérien, de l'artisanat et de l'économie sociale. La répartition par produits fait ressortir que les articles de la dinanderie se positionnent en tête de liste des produits demandés à l’étranger avec un taux de croissance de 84% par rapport à avril 2018, suivis des produits en poterie et pierre (+62%), des vêtements traditionnels (59%), du tapis (51%) et de la bijouterie (37%), précise le ministère. 

• Le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq, a représenté Sa Majesté le Roi Mohammed VI à la cérémonie officielle des obsèques d'Étienne Tshisekedi, le père de l’actuel président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi. Cette cérémonie a eu lieu en présence de nombreux Chefs d’Etat et de Gouvernement de pays africains, dont Denis Sassou-Nguesso, président du Congo-Brazzaville, Edgar Lungu, président de la Zambie, ainsi que le Président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, venus rendre un dernier hommage au père de la démocratie congolaise. Étienne Tshisekedi est décédé il y a un peu plus de deux ans d'une embolie pulmonaire en Belgique, à l’âge de 84 ans.
 
Al Massae :

• Alors que le gouvernement tarde à instaurer une marge bénéficiaire maximum dans la vente des carburants, le débat au sein du Parlement a pris un nouveau tournant, en s'intéressant désormais à la qualité des produits pétroliers liquides vendus au Maroc. Une question qui a déjà soulevé plusieurs interrogations, notamment après que des associations de la protection du consommateur ont évoqué une baisse de la qualité des carburants par rapport aux produits vendus en Europe. Les députés PPS ont posé une question orale à Aziz Rabbah, ministre en charge de l’énergie, sur ce sujet. Une question qui intervient sur fond de craintes de voir la décision du gouvernement de fixer un bénéfice maximum provoquer une baisse de la qualité de ces produits. Le problème de la qualité des carburants avait déjà été évoqué par d’autres organisations, notamment le syndicat des salariés de la Samir.

• Le groupe PJD à la Chambre des représentants a posé une question au ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Said Amzazi, concernant la décision de l’Université Mohammed V de Rabat d’imposer des droits de réinscription variant entre 250 et 350 DH. Ces droits n’ont pas de fondement juridique, explique ce groupe, appelant Amzazi à informer le Parlement du bien-fondé de cette décision et dévoiler les mesures prises concernant ce sujet.

Al Ittihad Al Ichtirak :

• Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saïd Amzazi, qui a donné une présentation devant le conseil de gouvernement sur les examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2019, a fait état de la mobilisation des ressources supplémentaires et de la formation de 153 commissions regroupant 1.048 membres de différents secteurs qui ont procédé à l'élaboration de 459 sujets d'examen. Par ailleurs, 1.500 centres ont été affectés au déroulement des examens et 350 centres à la correction au niveau provincial, tandis que les mesures de lutte contre la triche aux examens ont été renforcées à travers le lancement de campagnes de sensibilisation provinciales, régionales et nationales.

• Le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a interpellé, lundi, sur la base de renseignements précis, trois membres d’une cellule terroriste affiliée à l’organisation "Daech" dans les villes d’Errachidia et Tinghir qui étaient en train de préparer des attaques terroristes dans le Royaume. Les investigations préliminaires ont révélé que les trois extrémistes, âgés entre 26 et 28 ans, s’étaient engagés dans la propagande de Daech et de ses discours extrémistes tout en tentant de recruter et d’enrôler d’autres éléments en préparation de leur projet terroriste, indique le BCIJ dans un communiqué.
 
 
Al Alam : • Le gouvernement El Otmani a procédé à des prélèvements sur les salaires des enseignants ayant pris part aux grèves annoncées par les syndicats de l’enseignement de janvier au mois de mai dernier. Cette mesure du gouvernement a suscité la colère des centrales syndicales, qui ont considéré cette attitude comme une contre-attaque à l’encontre des salariés et du secteur de l’éducation et de la formation. Elles ont également dénoncé ces retenues répétitives, les jugeant dénuées de tout fondement juridique. • Vingt-cinq personnes ont trouvé la mort et 2.005 autres ont été blessées, dont 85 grièvement, dans 1.428 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain au cours de la semaine allant du 20 au 26 mai. Ces accidents sont dus particulièrement au non respect de la priorité, à l'inadvertance des conducteurs et des piétons, au non respect de la distance de sécurité, à l'excès de vitesse, au changement de direction sans usage de signal, au défaut de maîtrise des véhicules, au changement de direction non-autorisé, au non respect du stop, à la circulation sur la voie de gauche, au non respect des feux de signalisation, à la circulation en sens interdit et et au dépassement défectueux, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. Al Ahdat Al Maghribia :

• L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), en présence de représentants des autorités locales, a détruit , à Marrakech, des champs de menthe qui ne répondent pas aux normes sanitaires. "Les résultats d’analyse des échantillons prélevés, ont montré, au niveau national, des taux de non-conformité très élevés, dues soit à l’utilisation, par les producteurs, des produits chimiques non homologués ou à des taux de résidus élevés des produits homologués. Ce qui constitue un risque imminent sur la santé du consommateur", relève l’ONSSA.

• La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a remis aux préfectures de police des radars mobiles et intelligents, délivrés récemment par le ministère de l’Équipement et la Logistique, indiquent des sources du journal. La majorité des préfectures de police ont reçu ces radars, selon les mêmes sources. Ces radars seront redistribués aux zones de sécurité qui relèvent de leur ressort. Par ailleurs, le commandement régional de la Gendarmerie royale a reçu ces appareils de contrôle routier. Ils seront par la suite redistribués par le commandement général de la Gendarmerie royale aux organes régionaux, sur la base d'une étude détaillée, qui toucherait les régions qui connaissent un nombre croissant d’accidents de circulation. TRA.


Al Bayane : 

• Le blé tendre rendu moulin sera commercialisé au prix de 280 dirhams le quintal au titre de la campagne céréalière 2018/2019. Cette année, le gouvernement a décidé de mieux valoriser la production nationale comparativement aux années précédentes où le prix de vente ne dépassait pas les 200 à 250 dirhams le quintal. Cette mesure sera accompagnée par l'octroi d'une subvention forfaitaire de 5 dirhams le quintal pour l'achat du blé tendre local, du 1er juin au 31 août prochain et d'une prime de magasinage de 2 dirhams le quintal au profit des structures de stockage chaque deux semaines . Le prix de vente du blé rendu moulin a été aussi revu à la hausse pour permettre aux opérateurs de couvrir le prix de revient et tirer une petite marge bénéficiaire. L’idée derrière cette décision conjointe entre le département de l'agriculture et celui des finances est d'inciter les minoteries à s'approvisionner sur le marché local du blé tendre et l’écraser au titre de la production industrielle. Parallèlement, il a été décidé de reconduire le système d'appels d'offres pour l'approvisionnement des minoteries industrielles en blé tendre consacré à la fabrication des farines subventionnées. 

• La deuxième phase du programme du guichet unique mobile au service des Marocains du monde" sera organisée du 14 au 16 juin 2019 en Italie dans les principales villes italiennes Rome, Milan, Turin, Bologne, Naples, Vérone et Palerme, à l’initiative du ministère délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration. En effet, évalué à près de 770.000 citoyens et citoyennes d'origine marocaine, la communauté marocaine vivant en Italie joue un rôle fondamental dans le paysage économique, social et culturel en Italie. Ce programme vise, entre autres, l’accompagnement et le suivi de proximité de la situation des marocains résidant en Italie et la vulgarisation des nouveaux services mis en place par les départements et les institutions publiques concernés par les affaires des MRE. 

Libération :

• L'encours des réserves gérées par CDG prévoyance a atteint 136,1 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, en progression de 2% par rapport à 2017, selon le pôle Prévoyance du groupe Caisse de dépôt et de gestion. Quelque 87,6% de ces encours sont gérés par le Régime collectif d'allocation de retraite (RCAR) avec ses deux régimes, général et complémentaire, et 12,4% sont gérés par la Caisse nationale de retraites et d'assurances (CNRA). Malgré la baisse affichée du marché boursier, le portefeuille du RCAR réalise en 2018 des résultats positifs portant la performance moyenne nette de ses placements financiers à 7,4% sur les 5 dernières années.

• L’Indice des prix à la production du secteur des « Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» est reparti à la baisse après deux mois consécutifs de hausse, selon le HCP. Il a enregistré une baisse de 0,2% au cours du mois d’avril 2019 par rapport au mois de mars 2019. Ce recul résulte de la baisse des prix des «Industries alimentaires» de 0,4%, de l’«Industrie d’habillement» (1,2%), de la «Fabrication de textiles» (1,8%), de la «Fabrication d’autres produits minéraux non métalliques» (0,4%) et du «Travail du bois et fabrication d’articles en bois et en liège» (0,7%), explique le HCP.

Le Matin :

• Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a examiné, lundi à Rabat, avec son homologue espagnol, Josep Borrell, la mise en œuvre prochaine des instruments prévus par le document sur le partenariat stratégique Maroc-Espagne signé à l'occasion de la visite officielle effectuée en février dernier dans le Royaume par le Roi Felipe VI. Un mémorandum d’entente établissant un partenariat stratégique multidimensionnel entre le Royaume du Maroc et le Royaume d’Espagne avait été signé lors d’une cérémonie présidée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Souverain espagnol, à l’occasion de cette visite officielle. Le document sur le partenariat stratégique prévoit des structures pour le renforcement du dialogue politique et la coopération sécuritaire, a expliqué Bourita dans un point de presse conjoint avec son homologue espagnol à l’issue de leurs entretiens.

• Le déficit commercial repart à la hausse. Après avoir connu un allégement au cours du premier trimestre de cette année, il a repris ses droits à la hausse au début de ce deuxième trimestre. Il s’est, en effet, aggravé de 5%, passant à 67,26 milliards de DH à fin avril et le taux de couverture s’est stabilisé à 59,9% (60% un an auparavant), selon les chiffres publiés par l’Office des changes. Ce retournement de situation est dû à une montée en rythme des importations des marchandises qui sont passées d’une progression de 1,5% à fin mars à 4,7% à fin avril, s’établissant à 167,63 milliards. Leur évolution dépasse, de ce fait, celle des exportations qui se sont contentées de 4,5% à 100,37 milliards.

L’Economiste : 

• Pourquoi les autres villes y arrivent et pas Casablanca ? La question reste posée. Les habitants de Casablanca, véritable chantier à ciel ouvert, supportent tant bien que mal depuis plusieurs années un chaos indescriptible et ne voient pas encore le bout du tunnel. Voiries, accès de la ville, ouvrages d'art, projets structurants menés tous azimuts, visiblement dans un manque flagrant de coordination et de planification, voire de l'improvisation. En cause, le chevauchement des compétences entre commune, arrondissements...S'y ajoutent des cahiers des charges flous et le défaut d'entretien. Certains chantiers menés dans le cadre du plan d'action prioritaire (entamé en 2014) commencent déjà à se dégrader par manque d'entretien. Ce n'est pas pour rien que Casablanca a perdu pratiquement 80% des arrivées de croisiéristes à fin mars 2019. 

• En décidant de céder 8% du capital de Maroc Telecom en Bourse, l’État aura mobilisé une grande partie des recettes de privatisation prévues pour 2019. Il a budgétisé 10 milliards de DH. Pour ce nouvel acte, le conseil et l'arrangement ont été confiés à Upline Group et Attijari Finances Corp. Les deux entités ont soumis leur travail à l'organisme d'évaluation à qui revient la fixation du prix minimum de l'action. Idéalement, le ministère des Finances voudrait boucler cette opération avant fin juin. Sa concrétisation est conditionnée à l'obtention du visa de l'Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC). En attendant, le Trésor va encaisser 1,8 milliard de DH de dividendes dès ce mardi 4 juin.