eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
MAP | Reproduit ici le Samedi 13 Juillet 2019 à 12:29

Revue de presse économique hebdomadaire




Casablanca - La presse économique hebdomadaire paraissant ce vendredi aborde notamment l'évolution du marché de l'automobile, la conformité fiscale et l'impact des créances en souffrance sur le secteur bancaire. Ainsi, "Finances News" s'intéresse aux nouvelles tendances du marché de l'automobile au premier semestre 2019, soulignant que l'analyse de ce marché laisse entrevoir de nouvelles tendances tant au niveau des motorisations, des segments qu'au niveau des régions. Au cours des premiers six mois de 2019, le volume des ventes, toutes catégories confondues, a atteint 80.735 immatriculations, soit une baisse de près de 11% par rapport à la même période un an auparavant, précise la publication, ajoutant que les véhicules particuliers (VP) ont totalisé 72.510 unités, en recul de 13,79%, alors que les véhicules utilitaires légers (VUL) ont enregistré 8.225 immatriculations, en hausse de 22,49%.

Pour expliquer cette situation, les professionnels mettent en avant l'arrêt du crédit à taux zéro, le non renouvellement de la prime à la casse pour les taxis et le climat d'attentisme et d'incertitude qui n'encouragent pas les consommateurs à renouveler leur véhicule ou à acheter pour les primo-accédants, écrit l'auteur de l'article. Sous le titre "Conformité fiscale: le Maroc franchit le pas", le journal rapporte qu'en marge de la signature d'un accord de coopération à Paris entre le Royaume et l'Organisation de la coopération et de développement économique (OCDE) faisant suite à la mise en place de la première phase du "Programme-pays", le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a signé la convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales visant à prévenir l'érosion de la base d'imposition et le prix de transfert de bénéfices, plus communément appelée mesure anti-BEPS.

Cette convention, qui recèle un caractère global dans le mesure où elle rassemble plusieurs pays autour d'un même accord auquel le Maroc a adhéré, facilitera la coopération entre le Royaume et les pays de l'Union européenne afin d'éviter toutes formes de fraudes fiscales, relève la même source. Par ailleurs, "La Vie éco" écrit que les créances en souffrance, qui s'entassent depuis des années, ont atteint un niveau préoccupant, indiquant qu'en 2018, l'encours a augmenté encore de 2,5%, culminant désormais à 65 milliards de dirhams (MMDH). Citant un responsable du département recouvrement d'une grande banque, l'hebdomadaire informe que le taux d'impayés par rapport à l'encours de crédit dépasse 10% chez certains établissements. Il rapporte également que Fitch rating avait créé la polémique en annonçant que le taux réel se situe entre 12 et 14%.

Sur un autre sujet, la publication jette la lumière sur la balance commerciale du secteur agro-alimentaire qui ressort excédentaire pour la deuxième année consécutive, à la faveur de la bonne performance des exportations des produits agroalimentaires. Tel est le constat des membres du conseil d'administration de l'établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations "Morocco Foodex".

Le CA a noté que les exportations des produits agro-alimentaires sont passées d'environ 29,3 MMDH en 2010 à 57,3 MMDH en 2018, enregistrant ainsi une croissance spectaculaire de 96%, précise la même source. De son côté, "Challenge" analyse dans son spécial les performances des champions de l'emploi au Maroc à travers une comparaison entre les acteurs marocains et les filières de groupes internationaux.

Dans un tout autre registre, l'hebdomadaire fait observer que le dispositif Al Moutmir déployé par le groupe OCP est un succès. Plateforme de collaboration et d'échange entre les différents acteurs du secteur agricole, Al Moutmir participe, entre autres, à l'amélioration des rendements des agriculteurs.

L'objectif est de mieux servir les agriculteurs en les dotant d'un système de prise de décision rationnel basé sur des alternatives techniques et organisationnelles adaptées, durables, flexibles, socialement acceptables, économiquement rentables et conservatrices des ressources naturelles, poursuit l'hebdomadaire.

Et d'ajouter que le nombre total des plateformes de démonstration des céréales et légumineuses installées et suivies durant la première année de l'initiative Al Moutmir est de 1.071, auxquelles s'ajoutent 460 autres parcelles agriculteurs témoins.