MAP le Lundi 27 Juillet 2020

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine



Dakar - La presse africaine parue lundi traite plusieurs sujets d'actualité, notamment l'évolution de la situation de la pandémie de Covid-19 au Sénégal et au Gabon, l'ouverture des frontières internationales du Kenya et l'ampleur de la corruption en Afrique du Sud.


Au Sénégal, l'évolution de la situation de la Covid-19 dans le pays continue de marquer l’actualité traitée par la presse locale.

« Situation épidémiologique, les cas graves compliquent la prise en charge », écrit le quotidien à grand tirage +Le Soleil+ soulignant que la prise en charge des cas grave, en augmentation au cours de ces derniers jours, reste une contrainte majeure dans la gestion de la pandémie de la Covide-19. « La preuve, 9 patients qui étaient en réanimation, ont perdu la vie ce week-end », note la publication.

« Les choses restent toujours compliquées et on marche lentement, mais sûrement vers la barre des 200 morts », relève pour sa part +Source A+, soulignant le bilan des décès qui ne cesse de s’alourdir.

Les journaux de la place consacrent, en outre, de larges colonnes au décès, survenu dimanche, du journaliste Babakar Touré, PDG du groupe « Sud communication » et président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA).

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à l’évolution de coronavirus dans le pays. Il écrit que près de 400 nouvelles infections ont été enregistrées en deux jours dans huit des neuf provinces gabonaises, portant le nombre total de cas positifs à 6984, selon le comité de lutte contre le covid-19.

Et la publication de s’interroger s’il s’agit d’une hausse purement ponctuelle ou le début d’un rebond de l’épidémie dans le pays.

Sur un autre sujet, +Gabon Matin+ s’arrête sur le secteur de l’enseignement. Titrant "Rentrée 2020-2021/construction de 500 salles de classe : Le défi à relever", il indique que l’offre des structures d’accueil devrait être améliorée dès la prochaine rentrée scolaire. Surtout si les chantiers visités, jeudi dernier, par le ministre de l’Education sont exécutés dans les délais.

Selon le média, plus de 500 salles de classe sont à construire à court terme, estimant que ces nouvelles structures sont de nature à apporter progressivement une solution au problème des effectifs pléthoriques dans les salles de classe.

En RD Congo, + Forum des As +écrit que la Communauté des États de l'Afrique australe (SADC), saisie par Kinshasa, a donné 7 jours à l'armée zambienne pour évacuer ses troupes du territoire congolais qu'elle occupe illégalement depuis le mois de mars dernier. 

A l'issue de la mission d’une délégation d'experts civils et militaires dépêchée dans la province du Tanganyika, à l'est de la RDC, pour trouver une solution à ce différend frontalier opposant le Grand Congo et la Zambie, la SADC a attesté que les localités de Kibanga et de Kalubamba font bel et bien partie de la RDC, explique le journal.

Sur un autre registre, +L’Avenir + écrit que le nombre de jeunes sans emploi étant en constante augmentation, le ministère congolais de la Formation professionnelle a décidé d’envisager des enquêtes sur terrain afin de recueillir les données spécifiques permettant de cerner la problématique de la formation à l’emploi dont le monde du travail a besoin. 

Ces enquêtes, que l’UNESCO et le BIT se disent disposés à financer sur 11 provinces, devraient se dérouler sur dix jours sur l’ensemble du territoire national, rapporte le journal.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le président ghanéen, Nana Akufo Addo a annoncé, dimanche soir, un assoupissement important de certaines mesures de restrictions contre la pandémie de COVID-19, dont la réouverture des sites d'attractions touristiques.

"Les sites et attractions touristiques de notre pays peuvent rouvrir et commencer à recevoir les visiteurs", a fait savoir le chef d'Etat dans un discours télévisé, notant que cette décision a été prise en consultation avec l'Autorité du tourisme du Ghana et les experts de la santé.

Son confrère, +Ghanaian Times+ indique que les frontières aériennes, terrestres et maritimes, restent fermées jusqu'à nouvel ordre", notant qu’une autorisation spéciale va être accordée pour rapatrier les Ghanéens bloqués à l’étranger.

Au Rwanda, la presse commente largement l'ouverture en France d’une enquête préliminaire contre Aloys Ntiwiragabo, l’un des architectes du génocide rwandais de 1994 qui a fait plus d’un million de morts, selon l’ONU.

Le quotidien +The New Times+ écrit que l'enquête pour "crimes contre l'humanité" contre le chef des renseignements militaires pendant le génocide rwandais a été ouverte à la suite d'un article du média en ligne français +Mediapart+ affirmant l'avoir retrouvé, près d'Orléans, à une centaine de km au sud-ouest de Paris.

L’ancien général de division, 71 ans, n'a pas seulement joué un rôle majeur dans les massacres des Tutsis il y a 26 ans mais est également considéré comme l’un des fondateurs de la milice terroriste FDLR, note le journal.

Son confrère +RNA+ indique que l’accusé a fait l'objet par le passé de mandats d'arrêts de la part du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui ont été levés depuis plusieurs années, ajoutant que l’ouverture de cette enquête intervient quelques semaines après l’arrestation du "financier" du génocide rwandais, Félicien Kabuga, près de Paris.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ revient sur la propagation du coronavirus dans le pays en rapportant que les autorités éthiopiennes compétentes veulent augmenter la capacité des tests après réception de la première tranche d'un million de kits de test COVID-19.

50 pc des kits ont été offerts par une entreprise locale qui commencera prochainement la production au niveau national, souligne le média qui cite le Premier ministre Abiy Ahmed.

«Les tests quotidiens seront augmentés au cours des trois prochains mois, alors que les kits de test produits localement seront disponibles d'ici octobre», a ajouté le Premier ministre cité par le média éthiopien.

Sur un autre registre, +THE ETHIOPIAN HERALD+ relève que l'Ethiopie est très probablement dans la ligne de mire de la cyberguerre, pointant du doigt des ennemis du pays ou des opposants. Le journal éthiopien note dans ce sens que l'Agence nationale de sécurité doit œuvrer sans relâche pour protéger la sécurité nationale et la souveraineté du pays.

+FANA BC+, s'intéresse quant à lui, à la baisse du nombre de décès dans les accidents de la circulation au cours de la période juillet 2019-2020.

Le nombre de décès dus aux accidents de la route a diminué de 17 pc passant de 4 597 à 3 400 cette année, souligne le média.

Au Kenya, le journal "Kenyans.co" avance que plusieurs grandes compagnies aériennes internationales devraient reprendre très prochainement leurs vols à destination et en provenance du Kenya, en prévision de l'ouverture des frontières internationales prévue le 1er août.

Le quotidien rapporte que le ministre du Tourisme, Najib Balala, a annoncé dimanche que de grandes compagnies aériennes internationales ont déjà programmé des vols vers le pays, ajoutant que les passagers sont invités à vérifier les directives publiées par les gouvernements des pays de destination avant de voyager.

Dans son dernier discours présidentiel sur Covid-19, le président avait levé les restrictions autorisant la reprise des vols internationaux à partir du samedi 1er août. La nouvelle norme concerne, cependant, les voyages aériens où le strict respect des directives destinées à freiner la propagation de la pandémie doit être strictement respecté, rappelle le journal.

"On s'attend à ce que les vols donnent un coup de pouce aux secteurs de l'économie, y compris le tourisme, même si des doutes persistent sur l'application de diverses directives sur la pandémie", note l'auteur de l'article.

En Afrique du Sud, +The Citizein+ indique que la crise économique causée par la pandémie du Covid-19 a vu la majorité des petites et moyennes entreprises (PME) subir de graves conséquences qui annoncent un avenir incertain et menacent leur survie.

Le journal qui cite une étude publiée par l'agence de notation TransUnion, fait savoir que neuf PME sur dix (90 pc) en Afrique du Sud sont en difficulté ou se trouvent temporairement fermées en raison du confinement mis en place pour faire face au coronavirus.

Près des deux tiers (59 pc) des entreprises interrogées ont fait savoir qu'elles devront réduire les salaires du personnel et 44 pc ont estimé qu'ils ne seraient pas en mesure de payer leur loyer, précise le journal.

+The South African+ revient sur l'ampleur de la corruption qui affecte les fonds destinés à la lutte contre l'impact sanitaire et économique du Covid-19, notant que le montant concerné par les malversations est estimé à plus de 2,2 milliards de rands.

La fraude concerne en particulier les marchés des équipements de protection individuelle (EPI), précise le journal. Au moins 90 entreprises sont soupçonnées d'avoir conclu des contrats frauduleux avec le département de la Santé, poursuit-il.