Menu
eMouaten : SM le Roi félicite M. Cyril Ramaphosa à l’occasion de son investiture président de l’Afrique du Sud https://t.co/ON2T46dnRr

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Video
Radio eM
Newsletter
Rss


              
MAP | Reproduit ici le Mercredi 6 Mars 2019 à 11:54

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine




Dakar - Les résultats définitifs de la présidentielle au Sénégal, le différend entre la Somalie et le Kenya, la polémique autour de la situation frontalière entre le Rwanda et l'Ouganda, le 62e anniversaire de l'indépendance du Ghana et le scandale de détournement de fonds publics au Kenya sont les sujets phares traités par la presse africaine de mercredi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ rapporte que le conseil constitutionnel a proclamé mardi les résultats définitifs de l'élection présidentielle du 24 février 2019, ajoutant que la haute juridiction est allée dans le même sens que la commission nationale de recensement des votes qui avait publié les résultats provisoires le 28 février dernier.

Avec 2.555.426 voix, soit 58,26 pc, le conseil constitutionnel considère que le candidat Macky Sall a eu plus que la majorité absolue et l’a déclaré vainqueur de l’élection, ajoute le journal.

Son confrère +Le Quotidien+ écrit sous le titre "Macky Sall appelle au dialogue", que Macky Sall s’est adressé hier aux Sénégalais, peu après la proclamation définitive des résultats du 24 février par le conseil constitutionnel.

Le président, réélu avec 58,26 pc des voix, a livré un discours rassembleur et invité au dialogue sur plusieurs questions et y compris ses prédécesseurs Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, poursuit la publication.

Au Gabon, +Matin Equatorial+ écrit sous le titre "Elections partielles : les sénatoriales dès le 30 mars" que le centre gabonais des élections (CGE) organisera les 30 mars et 20 avril prochains le premier et les seconds tours des élections partielles des sénatoriales et des législatives pour combler les vides des sièges dans les deux chambres du parlement gabonais.

En politique toujours, son confrère +l'Union+ indique que la proclamation des élections des présidents des conseils municipaux et départementaux ainsi que des maires d’arrondissements, attendue depuis plusieurs jours, est intervenue hier.

Et de poursuivre que c’est le conseil d’Etat, désormais compétent en la matière, qui par la voix de son premier président René Abogh Ella s’est plié à cet exercice, confirmant les résultats enregistrés lors du vote des 3, 4, 10 février, très largement en faveur du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), notant que cet épisode ouvre la voie à l’installation de ces nouveaux élus et leurs adjoints.

En Ethiopie, +FANA BC+ rapporte que le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed sont arrivés mardi soir à Nairobi au Kenya pour rencontrer le président Uhuru Kenyatta.

Sous le titre «le Premier ministre Abiy à Nairobi pour une médiation entre le Kenya et la Somalie», le groupe médiatique éthiopien souligne qu'en tant que président actuel de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) de l’Afrique de l’Est, le Premier ministre Abiy Ahmed accorde une attention particulière à la résolution du différend entre la Somalie et le Kenya.

Lors de la visite officielle du président Kenyatta et d'Abdullahi Mohamed en Ethiopie, le Premier ministre Abiy Ahmed avait eu de longues consultations avec chacun des dirigeants afin de faciliter la première rencontre entre les présidents somalien et kényan.

Au Rwanda, les quotidiens locaux consacrent leur Une à la polémique autour de la situation frontalière entre le Rwanda et l'Ouganda.

Le quotidien +Kigali Today+ écrit à ce sujet que le ministre rwandais des Affaires étrangères, Richard Sezibera, a démenti fermement mardi les « informations trompeuses et erronées » qui selon lesquelles le Rwanda aurait fermé ses frontières avec l’Ouganda voisine, affirmant que les frontières sont toujours ouvertes et permettent une libre-circulation des biens et des personnes en provenance d'Ouganda. 

Rappelant que le gouvernement ougandais avait accusé, la semaine passée, les autorités rwandaises « de refuser l’entrée en Ouganda aux véhicules privés», le média anglophone a indiqué que l’autorité fiscale rwandaise (RRA) avait préalablement adressé un courrier à son homologue ougandaise pour préciser qu’à compter du 28 février 2019, tous les camions lourds en transit par le poste frontalier de Gatuna seront temporairement détournés vers les postes-frontières de Kagitumba afin d’accélérer les travaux de construction en cours à Gatuna.

Sur un autre sujet, +IGIHE+ écrit que l’Institut parlementaire de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC), inauguré vendredi dernier à Nairobi, contribuera à orienter le processus d’intégration de la région et promouvoir les liens entre les peuples de la communauté est-africaine.

Citant une déclaration du président de l’Assemblée législative de l’Afrique de l’Est (EALA), Martin Ngoga, le journal électronique souligne que « le nouvel institut fournira une base de données adéquate et structurée sur les questions législatives et contribuera à promouvoir la coopération entre les pays de la région ».

La publication ajoute que le lancement de cet institut régional reflète l’engagement et la détermination des parlements des pays est-africain à accélérer le processus de l’intégration régionale. Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que Trente-trois industriels du cacao, représentant 85% de la production mondiale de cacao, ont annoncé le lancement d'un plan d'action commun avec la Côte d'Ivoire et le Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux, pour enrayer la déforestation.

Cette annonce fait partie des engagements de mise en oeuvre de l'Initiative cacao et forêts, lancée en novembre 2017 à Bonn (Allemagne) lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, fait savoir la publication.

Son confrère, +Ghanaian Times+ s'intéresse aux célébrations du 62è anniversaire de l'indépendance du Ghana à Tamalé, la capitale région du Nord.

Organisée sous le thème "Célébrer la paix et l'unité", la célébration de la fête de l’indépendance à Tamalé est historique car ce sera pour la une première fois que les célébrations nationales auront lieu en dehors de la région du Grand Accra. Au Kenya, les quotidiens rapportent que le ministre des finances Henry Rotich a été interrogé pour la deuxième fois et pendant plusieurs heures sur l'affaire de détournement présumés de fonds estimés à plus de 20 milliards de shillings destinés à la construction de deux barrages dans le comté d'Elgeyo-Marakwet.

+The Star+ écrit que le trésorier du pays qui était accompagné d'un avocat, a été pressé de fournir des détails sur la saga des barrages Arror et Kimwarer, qui fait actuellement l'objet d'enquêtes de la part de l'unité des crimes graves.

"Hier, Rotichi serait arrivé au siège de la Direction des Enquêtes Criminelles (DCI) à 6h30 du matin et qu'à 16h00, il n'avait pas encore quitté le bâtiment", ajoute le journal.

Pour sa part, +Daily Nation+ rappelle que Rotich est notamment soupçonné d'avoir autorisé le versement de plus 20 milliards de shillings aux entreprises liées aux projets des barrages "fantômes" de Kimwarer et d'Arror dans le comté d'Elgeyo-Marakwet.

Dans une déclaration relayée par certains organes de presse, Rotich avance que les informations parues dans les médias selon lesquelles 28 milliards de shillings avaient été détournés "sont dénuées de fondement et portaient atteinte à l'image du gouvernement.

"Nous voudrions souligner que tous les projets financés par des fonds nationaux ou extérieurs sont mis en œuvre dans le strict respect de la loi", a-t-il soutenu.

Au Mali +L'essor+indique que le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga a reçu, mardi, une délégation des organisateurs des Rencontres africaines de la photographie de Bamako conduite par Pierre Buhler, Président de l'Institut français, Ambassadeur chargé de l’action culturelle de la France. 

Au menu des échanges, l’organisation de la 12ème édition des rencontres de Bamako qui coïncide avec les 25 années d’existence de l’événement.

Et d'ajouter que le Premier ministre a exprimé son soutien, ainsi que celui du gouvernement pour la réussite de cet événement culturel majeur du continent africain.

Son confrère +L'indépendant+ rapporte en citant la Fédération Internationale de football Association (FIFA) que le championnat malien de première division de football devrait reprendre incessamment ses droits, avec 23 équipes.

Le football malien avait sombré depuis 2017 dans une crise sans précédent, ce qui a poussé la FIFA a intervenir et mettre sur pied un Comité de Normalisation (CONOR) qui n'avait pas arrangé la situation, selon le journal.

Prolongé à 2 reprises, cet organe de restructuration du football malien vient d'obtenir, selon le même source, "une nouvelle prorogation jusqu'en août 2019, afin de pouvoir organiser des élections à la Femafoot (Fédération malienne de football)".