Menu
           

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine du 13/02/2018


Mardi 13 Février 2018 Par MAP




Dakar - Les journaux paraissant ce mardi en Afrique focalisent leur attention sur des sujets d’actualité aussi nombreux que diversifiés, notamment le Forum de la 4ème législature du Parlement de la CEDEAO, qui se déroule à Dakar, les efforts du gouvernement ivoirien pour la lutte contre la faim et la malnutrition, la situation politique au Kenya suite à l’investiture "controversée" du leader de l’opposition et les conditions de départ du président sud-africain, Jacob Zuma. Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit qu'à l’ouverture du Forum de la quatrième législature du Parlement de la CEDEAO, axé sur la libre circulation dans cet espace et la problématique de la migration, qui se déroule à Dakar du 12 au 15 février, le président Macky Sall a indiqué que le droit légitime de libre circulation doit donc désormais cohabiter avec l’impératif de contrôle sécuritaire. 

Venu présider la cérémonie d’ouverture du Forum du Parlement de la CEDEAO, le chef de l'Etat sénégalais a souligné l’idéal vers lequel la CEDEAO doit tendre. "La CEDEAO des peuples qui soit un espace sans rigidité frontalière, un espace sans tracasserie aucune pour le citoyen qui se déplace d’un pays à un autre, et sans perception indue sur le commerce des biens et des services", a-t-il affirmé devant les parlementaires de la CEDEAO.

+WalfQuotidien+ zoome, de son côté, sur l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar et titre "Khalifa jette ses dernières cartes".
"Devant le juge hier, au procès dit de la caisse d’avance, Khalifa Sall a changé de système de défense en faisant, cette fois, dans la victimisation. Une stratégie de défense bien préparée", selon la publication.
Au Burkina, +Aujourd’hui au Faso+ consacre son Edito au sort et aux conditions de départ du président sud-africain, Jacob Zuma.

Sous le titre "Cas de Jacob Zuma: l’ANC entre le marteau de l’immunité et l’enclume du coût du procès", l’éditorialiste du quotidien écrit que, de motions de défiance en déclarations de rejet, le chef de l’Eta sud-africain est toujours resté en selle, mais cette fois-ci, c’est la dernière ligne.

Il serait étonnant qu’il "survive" à ce qui semble l’ultime assaut, indique le journal, rappelant que son prédécesseur, Thabo M’béki, n’y a pas échappé il y a 9 ans, encore que lui était parti sans faire de la résistance, sous les coups de boutoirs instrumentalisés par Zuma. La convocation du Conseil national exécutif de l’ANC, hier lundi, est la surface de réparation pour tout président élu, depuis les bases du parti au pouvoir, souligne la publication, estimant qu’il est difficile, dans ce cas, que le but ne fasse pas trembler les filets: le rappel et la démission du chef de l’Etat.

Selon +Aujourd’hui au Faso+, la véritable question, c’est de savoir avec quels bagages le futur ancien président de l’Afrique du Sud va sortir du Palais présidentiel. "Seront-ils gonflés par les deux garanties qu’il négocie actuellement, l’immunité et la prise en charge des frais de justice ?", s’interroge-t-il.
"Dans tous les deux cas, l’ANC sortira perdant. Autant accompagner Zuma dehors !", renchérit la publication.

Au Kenya, la presse locale continue de focaliser son attention sur les développements de la situation politique locale, après la cérémonie d’"investiture" controversée du leader de l’opposition, Raila Odinga comme "président du peuple".
Dans ce sillage, le journal +The Star+ croit savoir que le chef du parti du Mouvement démocratique Wiper et colistier de M. Odinga lors de la présidentielle de 2017, Kalonzo Musyoka, devrait "prêter serment" en tant que "vice-président du peuple" au cours d’une cérémonie prévue le 28 février à Uhuru Park, dans le centre de Nairobi.

M. Musyoka, qui a été critiqué pour ne pas avoir pris part à la cérémonie d’"investiture" de M. Odinga, au cours de laquelle il devait aussi être investi, a "cédé à la pression", estime la publication.
D’après le quotidien, les deux autres leaders de la coalition de l’opposition, la "National Super Alliance" (NASA), à savoir les chefs des partis du Congrès national Amani (ANC) Musalia Mudavadi et de Ford Kenya, Moses Metang’ula, devraient également assister à cette cérémonie. 

De son côté, le quotidien à grand-tirage +Daily Nation+ souligne que le Parlement, qui reprend son activité ce mardi après-midi, "n’a jamais été aussi divisé comme il l’est aujourd’hui". 

Au Mali, +L'essor+ écrit que le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a présidé lundi à Bamako, la cérémonie d’ouverture du 19ème congrès international et l'exposition de l'Association africaine de l'eau autour du thème "Accès a l'assainissement et à l'eau à tous en Afrique face aux défis climatiques";
Le congrès de Bamako, estime le journal, se veut un moyen d'accélérer et d'amplifier l'accès à l'assainissement et à l'eau, si l'on sait que 60% de la population mondiale n’a pas accès à l'assainissement.

Ce 19ème congrès a précédé le 2ème Forum des femmes de l'Association africaine de l'eau sur le thème "genre et changements climatiques en Afrique", souligne la publication, rappelant que l’Association africaine de l’eau est une organisation professionnelle d’établissements, d’entreprises et d’opérateurs exerçant dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’environnement en Afrique. 
Elle élabore des programmes et soutient le partage des connaissances dans la gestion durable de l’eau par le développement professionnel, la gestion de réseau et le plaidoyer. Son congrès est un Forum scientifique et technique, destiné à faire l’état des lieux de l’essor du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’environnement en Afrique, selon le journal.

En Côte d'Ivoire, la presse traite essentiellement des efforts du gouvernement en vue de lutter contre la faim et la malnutrition, ainsi que de la situation de la pratique journalistique dans le pays. "Fraternité Matin" rapporte que le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a rassuré, lundi à Abidjan, que la "Côte d’Ivoire dispose aujourd’hui de fondement solide pour assurer la lutte contre la faim et la malnutrition".

Procédant au lancement de la feuille de route pour l’élimination de la faim et de la malnutrition en Côte d’Ivoire: horizon 2030, Daniel Kablan Duncan a invité tous les partenaires techniques et financiers à soutenir les efforts du Gouvernement dans ce projet, soulignant que la feuille de route prévoit l’élimination d’ici 2030 de la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, aient accès toute l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante.

Son confrère "Le Patriote" écrit que le ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Bruno Nabagné Koné, a assuré que l’Etat fera tout son possible pour que la presse ivoirienne puisse sortir de ses diverses difficultés.

En procédant à la clôture de la journée d’échanges et de débats sur "L’état des lieux, défis et perspectives de la presse écrite en Côte d’Ivoire", le ministre a promis que les recommandations issues de ces travaux seront étudiées dans des cercles plus restreints avec les acteurs de la presse.
L’objectif, a-t-il poursuivi, est d’avoir une presse plus rentable, plus professionnelle, plus stable, génératrice d’emplois et qui "traite mieux ses travailleurs", a affirmé Bruno Koné, par ailleurs, porte-parole du gouvernement.