Menu
           

Nouveaux éléments dans l'affaire de l'agression d'une hôtesse de l'air de la RAM


Jeudi 12 Juillet 2018 Par Kaoutar Laili




TRANSPORT - L’incident du vol AT788 de la Royal Air Maroc, reliant le 29 juin dernier Casablanca à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG), est loin d’être banal. Présenté par la compagnie aérienne comme une simple perturbation de trafic due à l’agression d’une hôtesse par un voyageur, le vol a en réalité pris une tournure d’affaire d’État, comme le révèle la chaîne d’information LCI. Face à la réaction excessive et agressive d’un passager dont l’accès aux toilettes avait été momentanément refusé, les pilotes ont engagé la procédure anti-terrorisme. Au point que l’’armée française finira par dépêcher deux avions de chasse Rafale pour escorter l’AT788. 

Rappel des faits

Le communiqué de la compagnie aérienne marocaine avait évoqué l’incident en parlant d’un passager au comportement “agressif et menaçant” envers le chef de cabine (hôtesse de l’air), qu’il avait agressée verbalement et physiquement, soulignant qu’il “a également essayé d’accéder au poste de pilotage”.

“Face à cette situation, le commandant de bord a appliqué la procédure d’alerte prévue pour ce type de situations, afin de garantir la sécurité des passagers et de l’équipage de l’avion”, poursuivait la RAM, indiquant que l’avion avait atterri à l’aéroport Paris-CDG où les passagers avaient été évacués.

La chaîne française apporte des éléments nouveaux à cette histoire. Le passager mis en cause serait ainsi un voyageur français de 66 ans, installé en classe économique. L’incident se produit peu avant 16h, alors que l’avion survole l’Espagne. Pris par une envie pressante, le passager souhaite se rendre aux toilettes au moment où le personnel navigant procède au service des collations. Les chariots bloquant le passage du couloir, le voyageur décide alors de prendre la direction des toilettes de la classe affaires. Prié de regagner son siège, il force le passage et exige de parler “au patron”, poursuit la même source.

Furieux, l’homme frappe à la porte verrouillée du cockpit et devient agressif envers les hôtesses et les stewards qui tentent de le calmer. Un comportement assimilé par le pilote et son adjoint à une attaque terroriste ou un détournement d’avion, qui décident alors de suivre la procédure et enclenchent un code d’alerte, transmis en temps réel aux contrôleurs aériens espagnols et français.  

La réaction de l’armée française ne se fait pas attendre. Quelques minutes plus tard, la France fait décoller deux avions de chasse Rafale, destinés à escorter le vol de la RAM jusqu’à son atterrissage à Roissy à 17H09. L’avion de la RAM sera ensuite isolé sur le tarmac de l’aéroport parisien, le temps pour les policiers d’interpeller l’homme. Placé en garde à vue, il sera relâché le 1er juillet en attendant un procès qui se tiendra en décembre prochain au Tribunal de grande instance de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, précise LCI



Source : https://www.huffpostmaghreb.com/entry/nouveaux-ele...