Menu
              
MAP | Reproduit ici le Lundi 9 Septembre 2019 à 09:42

Maroc. Revue de presse quotidienne du 09/09/2019




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :
Al Bayane

• Le dirham s'est déprécié de 0,11% par rapport à l'euro et de 0,76% vis-à-vis du dollar lors de la période allant du 29 août au 04 septembre, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Au cours de cette période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché des changes, indique BAM dans une note sur ses indicateurs hebdomadaires. Au 30 août, les réserves internationales nettes se sont établies à 231,8 milliards de dirhams (MMDH), en quasi-stagnation d’une semaine à l’autre et en progression de 2,7% en glissement annuel.

• Le développement économique durable des provinces du sud du Royaume a été au centre de Rencontres franco-marocaines à Bordeaux, organisées à l'initiative de la Fondation France Maroc pour la Paix et le Développement Durable et l’Association Ribat Al Fath pour le Développement Durable. Ces rencontres s’inscrivaient dans le cadre du partenariat liant les deux associations en vue de la conception et la mise en œuvre de projets de développement dans les provinces du Sud du Maroc. Elles ont été l’occasion pour la Fondation France-Maroc et l’Association Ribat Al Fath, de dresser le bilan de leur coopération et de tracer les perspectives d’avenir, indique un communiqué de l’Association Ribat Al Fath.

Libération :

• L’embauche régionale demeure un choix stratégique pour le gouvernement qui s’inscrit dans le cadre de la consolidation de la régionalisation avancée en donnant aux Académies régionales d’éducation et de formation (AREF) la possibilité de diriger leurs ressources humaines tout en garantissant la stabilité professionnelle et sociale de ces ressources ». C’est la réponse du ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à la Coordination nationale des enseignants fonctionnaires des AREF, qui ont entamé dernièrement une nouvelle manche dans leur bras de fer avec lui. Le département de tutelle a indiqué que ces enseignants n’ont pas de raison pour manifester puisqu’ils jouissent des nouveaux statuts qui ont été adoptés le 13 mars dernier par les conseils d’administration des AREF, lors d’une session extraordinaire, permettant aux enseignants cadres des AREF de jouir de tous les droits, les obligations et les garanties relatifs à la formation initiale.

• Le déficit commercial du Maroc s’est à nouveau creusé à fin juillet 2019. Selon les chiffres dévoilés par l’Office des changes, les échanges commerciaux au titre des biens ont continué d’enregistrer un accroissement des importations plus important que celui des exportations. Au titre des sept premiers mois de 2019, les échanges commerciaux ont été marqués par une hausse du déficit commercial de 4,3% à 5.066 MDH, après l’accroissement des importations à 10.376 MDH et des exportations à +5.310 MDH, a relevé l’Office soulignant que le taux de couverture s’est établi à 57,8% au lieu de 58,1% un an auparavant. 
 
Al Alam :

• Le Maroc signe une belle présence au Salon Maison & Objets de Paris, le rendez-vous bi-annuel international des professionnels de l'art de vivre, de la décoration intérieure et du design, qui se tient jusqu'à mardi au Parc des Expositions de Villepinte. Près de 15 marques marocaines ont été sélectionnées pour participer à ce Salon qui se tient en deux temps du 6 au 10 septembre puis du 17 au 21 janvier prochain. Ambassadrices du savoir vivre marocain à l'international, ces marques originaires de plusieurs villes du Royaume, représentent et mettent en avant l'unicité et la diversité artisanale marocaine : bijoux, fragrance, bougies, céramique, dinanderie, maroquinerie, artisanat et mode.

• La présidence par le Maroc depuis le 1er septembre 2019 et pour la 1ère fois, du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA), est un poste que le Royaume a largement mérité pour avoir déployé des efforts continus pour assurer la paix et la sécurité au sein de sa famille Africaine, écrit le portail malien d’information +Malijet+. "Cette présidence, est un symbole fort car le Maroc est longtemps resté hors de l’UA, qu’il avait quitté en 1984 pour protester contre l’arrivée de la fantomatique RASD, pour signer en 2017 un retour fracassant au sein de la famille Africaine", souligne l’auteur de l’article.

Bayane Al Yaoum

• Le corps de la jeune pilote marocaine Hind Barch, qui se trouvait au commande de l'avion Cessna 172, disparu il y a environ trois jours, a été retrouvé dans la région d’Estrie (Québec), a annoncé la police québécoise. Dans un communiqué, la police a affirmé que «Le décès de la jeune femme de 22 ans a été constaté». Un hélicoptère de l’armée canadienne a localisé l’appareil dans la municipalité de Racine relevant d’Estrie, a précisé la porte-parole de la police, Stéphanie Jauvin, citée dans le communiqué. Toujours selon la même source, une enquête sera menée en collaboration avec le Bureau de la sécurité des transports pour élucider les circonstance de l’accident.

• La Présidente de la HACA, Mme Latifa Akharbach, a appelé à Tunis au renforcement du rôle des radios et télévisions publiques. "Ces radios et télévisions publiques évoluent et assument désormais leur mission spécifique dans un contexte de mutations technologiques, sociales et économiques accélérées et profondes", a-t-elle expliqué lors d'un débat consacré à l’avenir des médias de service public dans le cadre de la 6e Conférence des Présidents du Réseau Francophone des régulateurs des Médias ( REFRAM), tenue dans la capitale tunisienne. La présidente de la HACA a également souligné que les radios et télévisions publiques doivent relever à la fois le défi des changements des habitudes de consommation des médias, celui du renforcement de l’offre de contenus numériques en plus du bouleversement de leur modèle économique.
 
Aujourd’hui Le Maroc :

• Le Conseil de gouvernement a adopté deux projets de décret relatifs à l'application de la loi 98.15 relative au régime de l'AMO et de la loi n° 99.15 portant création d'un régime de pensions pour les catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale. Le premier décret se rapporte aux sages-femmes et aux professionnels de la rééducation, alors que le deuxième est relatif à la profession des adouls. Ces trois professions marqueront ainsi le démarrage effectif de l’AMO et de la retraite des indépendants.

• Le Maroc organise ce lundi, au siège de l'organisation mondiale du Commerce (OMC) à Genève, un séminaire sur les enjeux et les perspectives de la réglementation de la pêche industrielle à grande échelle. Le séminaire réunira des experts de renommée internationale et de hauts responsables au sein d'organismes et d'organisations spécialisés pour débattre notamment des instruments internationaux destinés à améliorer la durabilité des pratiques de pêche, ainsi que des propositions relatives aux subventions à la pêche industrielle à large échelle au sein de l'OMC, et des principaux sujets de préoccupation des pays en développement dans les négociations en cours, précise une note de la Mission diplomatique du Maroc à Genève.

L’Opinion

• À l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de l’Union socialiste des Forces populaires (USFP), le premier secrétaire du parti, Driss Lachgar a appelé à la "réconciliation", à "l'union" et à l'ouverture sur les diverses compétences, afin de redonner vie à la famille ittihadie. C'est "une réconciliation élargie et ouverte sur l'ensemble des potentialité du parti" et un appel à l'ensemble des membres pour "le retour et la réintégration au sein de la famille ittihadie", a-t-il lancé. "Loin d'être une tentative de marquer des positions circonstancielles et temporaires, cet appel tend à faire renaître l'esprit ittihadi parmi des militants que certaines conditions ont éloignés de l'action politique", a-t-il clarifié. 

• Le Comité technique spécialisé (CTS) de l'Union africaine tiendra une réunion mardi à Rabat sur "la fonction publique, les collectivités territoriales, le développement urbain et la décentralisation". Cette réunion débattra du programme d'action 2019-2020 du comité ainsi que de la mise en œuvre des décisions adoptées lors de la troisième session ordinaire du CTS en décembre dernier à Addis Abeba, indique un communiqué du ministère chargé de la Réforme de l'administration et de la fonction publique.


Le Matin :

• Le Maroc s'est positionné comme la première destination touristique en Afrique en 2018. Le pays a enregistré 12,289 millions d’arrivées de touristes internationaux en 2018, selon les derniers chiffres de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Soit une hausse de 8,3% par rapport à 2017 et une part de 18.3% du total des arrivées en Afrique. Suit l’Égypte avec 11,346 d’arrivées (+36,8%) devant l’Afrique du Sud qui clôture le Top 3 africain avec 10,472 millions (+1,8%).

• La digitalisation gagne du terrain dans le secteur bancaire. Un mouvement inéluctable et sans doute fort apprécié des clients, mais qui n’est pas sans risques sur l’emploi. Une préoccupation majeure pour le pays qui a du mal à infléchir la courbe du chômage. Le constat est là : au fur et à mesure que la transformation digitale s’installe dans le secteur, les recrutements ralentissent. Les effectifs ne se sont renforcés que de 243 nouveaux collaborateurs en 2018, soit 0,6% de plus après 1,4% en 2017 et 2,5% en 2014. Une menace à étudier, selon la Banque centrale.

L’Economiste:

• Un moratoire est entré en vigueur le 2 septembre. Durant sept mois, "aucune autorisation" ne sera accordée pour placer un système de reconnaissance faciale dans les sites. L'autorité chargée de protéger la vie privée (CNDP) s'attaque ainsi aux nouveaux systèmes de sécurité. Leurs logiciels identifient les traits des personnes tout en collectant leurs données physiques jugées sensibles. Le régulateur prévoit des règles pour éviter les abus. C'est une préoccupation pour toutes les autorités internationales faisant face au cyclone de la biométrie.

• Dans la perspective de l’élaboration du PLF 2020, la CGEM souhaite que la grille de l’IR soit revue afin d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés et relancer, par la même, la consommation. Une telle mesure, permettrait, selon le syndicat des patrons de booster les recrutements et d’améliorer le taux d’encadrement des entreprises. Le patronat souhaite également une révision du taux de la cotisation minimale, qui avait été relevé à 0.75% en 2019. L’objectif étant de le ramener à 0.50% à partir de 2020, la cotisation minimale étant un impôt sur le chiffre d’affaires que l’entreprise est obligée de payer même si elle est déficitaire.
 
Akhbar Al Yaoum:

• Le système de la fonction publique connaîtra des changements fondamentaux durant les mois et les années à venir, à travers la mise en place de nouveaux amendements et textes de loi visant l’établissement d’un nouveau modèle de l’administration basé sur le service public, la compétence, l’efficacité, l’instauration de la culture du contrat d’objectifs et le renforcement de la gouvernance et de l'intégrité. Le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader, a indiqué, lors du Conseil du gouvernement, que la réforme vise à passer graduellement d'un modèle de la fonction publique s'appuyant sur la gestion des carrières, vers un modèle basé sur la gestion des compétences.

• Les éléments de la police opérant à l’aéroport international Mohammed V à Casablanca ont avorté une tentative de trafic de 3,11 kg de cocaïne, indique la DGSN. La quantité de drogue était dissimulée sous la ceinture et les sous-vêtements d'une Brésilienne de 24 ans, arrivée à bord d'un vol en provenance de Sao Paolo (Brésil), en attendant un vol de correspondance à destination de l'aéroport de Toulouse en France.

Al Ahdath Al Maghribia :

• La Cour constitutionnelle a donné son feu vert pour la publication au Bulletin officiel de la loi organique 26.16 relative à l’officialisation de la langue amazighe afin d’appliquer les dispositions de ce texte. Dans sa décision rendu publique vendredi, la Cour constitutionnelle a indiqué que les articles de cette loi organique sont conformes à la Constitution, présentant, toutefois, des explications pour certains articles sujets de polémique chez un nombre d’acteurs s’intéressant au dossier de l’Amazigh. La Cour constitutionnelle a, par ailleurs, informé le Chef du gouvernement de sa décision au sujet de cette officialisation en vue de sa publication au Bulletin officiel.

• Une enveloppe budgétaire de 54 millions de dirhams (MDH) a été allouée pour le financement du programme de confortement et de traitement des constructions menaçant ruine dans l'ancienne médina de Tanger. Selon la convention signée entre le ministère de l'Aménagement du territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, le ministère de l’Économie et des Finances, la Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, le Conseil de la région ainsi que le Conseil de la ville de Tanger, les travaux concernent 300 bâtisses d'habitat menaçant ruine. Le financement dudit programme sera assuré par la contribution des partenaires, à hauteur de 24 MDH pour le ministère de l'Aménagement du territoire national, soit une moyenne de 80.000 dirhams par bâtisse, 20 MDH pour le Conseil de la région, ainsi que 10 MDH pour le Conseil de la ville, précise-t-on dans la convention.