eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
MAP | Reproduit ici le Lundi 5 Août 2019 à 10:03

Maroc. Revue de presse quotidienne du 05/08/2019




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi:

Aujourd'hui le Maroc :

• Ce sont 15 projets de création et reconversion de centres de formation professionnelle qui verront le jour d'ici 2022. Ils seront financés par l'agence américaine Millennium Challenge Corporation (MCC) et le gouvernement marocain à hauteur de 814 millions DH, dans le cadre du fonds «Charaka» (Partenariat) et du programme Compact Il qui prend fin à la même année. Les chiffres ont été précisés, vendredi à Rabat, par Abdelghani Lakhdar, DG de l'agence Millennium Challenge Account (MCA)-Maroc, qui détaille ces projets (9 créations et 6 reconversions) et présente les régions où ils seront implantés ainsi que les secteurs qu'ils couvrent. • Les pharmaciens responsables des établissements pharmaceutiques sont à nouveau dans le viseur du ministre de la Santé. Ce dernier a adressé le 31 juillet 2019 une circulaire à leur attention dans le but précis de leur rappeler leurs obligations et responsabilités. Ce rappel à l'ordre fait suite à la constatation d'un certain nombre de violations des dispositions législatives réglementaires en vigueur régissant le circuit de vente et de distribution des médicaments. Signalons qu'il s'agit de la deuxième circulaire en l'espace de moins de 2 mois. 

L’Economiste

• Les débats, les alertes et quelquefois les menaces sur les délais de paiement n'ont rien changé à la situation. Le mal se propage toujours, en témoigne les résultats de l'enquête de Bank Al Maghrib. Plus du tiers des entreprises règlent leurs fournisseurs au-delà de 60 jours et 1 sur cinq après 120 jours. Les situations sont variées selon les secteurs et la taille de l'entreprise. Théoriquement, les délais de paiement sont fixés à 60 jours et 90 jours contractuellement. Une population importante d'entreprises reste donc hors la loi. Les crédits interentreprises culminent à 420 milliards de DH. Leur réduction constitue un enjeu pour le bon fonctionnement de l’économie. Les TPE et les PME sont les premières à souffrir de cette situation. Les délais clients étant trop longs, beaucoup d’entre elles sont obligées de répercuter leurs difficultés de trésorerie sur leurs fournisseurs.

• La machine de production tourne au ralenti. Sur le premier semestre, la facture énergétique s’inscrit en légère baisse de 0,7% par rapport à la même période de 2018. Sa part dans le total des importations se situe à 15,3% contre 16% un an auparavant. Cette évolution résulte essentiellement du recul des volumes des achats qui se sont repliés de quelque 200.000 tonnes à 3,3 millions de tonnes. Gasoil, essence de pétrole, fuel ainsi que l’électricité reculent à l’import. Des produits largement utilisés dans les secteurs productifs, en particulier l’industrie, l’agriculture et l’agroalimentaire. Au total, la facture énergétique s’est établie à 19,14 milliards de dirhams contre 19,65 milliards un an auparavant, soit 509 millions de dirhams en moins sur un semestre. Ceci, bien que les prix aient augmenté de près de 4%.

Le Matin :

• La Caisse marocaine des retraites (CMR) planche sur une nouvelle politique de gestion des risques financiers de ses fonds de réserve (FDR). Elle vient de mandater CDG Capital pour mener l’étude de ce projet. La CMR entend ainsi réviser l’ensemble de son dispositif de gestion des risques financiers ainsi que sa formalisation. Pour ce faire, et partant des expériences et pratiques les "mieux réussies" dans le domaine, les experts de CDG Capital auront à dresser un diagnostic du dispositif de gestion actuel dans son ensemble et implémenter une méthodologie pour la modélisation et la quantification des risques auxquels sont exposés les FDR, avec la formalisation du nouveau système et de la politique de gestion de ces risques pour le Pôle gestion du portefeuille de la Caisse.

• Les OPCVM actions ont enregistré la meilleure performance annuelle à fin juin 2019. Celle-ci est de 4,73%, selon la lettre mensuelle de l’Association des sociétés de gestion et fonds d’investissement marocains (ASFIM). Les obligataires diversifiées arrivent en deuxième position avec une hausse year-to-date de 3,58%, suivies des obligataires moyen et long termes (2,93%), des obligataires à court terme (1,43%) et enfin des monétaires (1,10%). L’actif net des OPCVM s’est élevé à 451,22 milliards de DH, en progression de 3,78% sur un an.

Al Bayane :

• Le chef du Gouvernement, Saâd Dine El Otmani aspire à ce que le gouvernement parallèle des jeunes devienne un nouvel acteur qui contribue à la dynamisation de la scène politique nationale. Il a appelé les membres du gouvernement parallèle des jeunes à s'armer de l'espoir en ce qu'il est un esprit et une culture qui doivent être promus dans les programmes d'éducation et dans les médias, faisant part de sa disposition à examiner et interagir avec les propositions de ce gouvernement parallèle. 

• Sans planification minutieuse, il est difficile, voire impossible de surmonter l’épineux problème récurrent de la rareté des eaux au Maroc, a souligné Abdellah Bouzidi, député du groupement parlementaire du PPS. Intervenant lors de la séance mensuelle des questions, il a souligné la nécessité de traiter le problème de la rareté des eaux à travers la mise en place d’une planification rigoureuse. Il a déploré que des conventions de partenariat avec les collectivités territoriales pour la mobilisation des eaux au profit des populations soient toujours gelées, alors que les collectivités ont déjà mobilisé leurs parts de contributions financières.

L’Opinion :

• Alors que des réunions entamées depuis la création d’une commission de suivi, en juin 2019, présidée par le chef du gouvernement, commencent à trouver des éclaircies, voilà que le congé annule des représentants gouvernementaux laisse en suspens l’avenir de 18.000 étudiants, auxquels s’ajoutent ceux qui ont été reçus au concours d’accès à la faculté de médecine cette année. La poursuite du dialogue doit, ainsi, attendre la rentrée universitaire des 11 facultés au niveau national. Une crise de confiance est également perceptible. Il y a eu des promesses orales qui ont été faites mais qui risquent de ne pas être tenues, faute de procès verbaux écrits et signés par tous les intervenants. Les étudiants ont le bénéfice du doute, puisque ces mêmes scenarii sont produits en 2015, lors de la crise des blouses blanches.

• Le gouvernement parallèle des jeunes a appelé à la création d'une chaine de télévision nationale thématique dédiée à la jeunesse. Lors d'une conférence de presse consacrée à la présentation de propositions politiques et du bilan d'action, le chef de ce gouvernement, Ismail Hamraoui, a insisté sur la nécessité de mettre en place un tel projet médiatique afin de promouvoir le débat autour des préoccupations et attentes des jeunes, mettre en valeur leurs expériences et leurs exploits et les associer au débat public. Dans le même sillage, il a plaidé pour l'encouragement, à travers des partenariats, du secteur privé en vue de produire un contenu médiatique en direction des jeunes et de réaliser des émissions thématiques radiotélévisées.

Libération :

• Le Bureau politique de l’USFP a tenu, samedi à Casablanca, une réunion d’urgence. Il a tenu à saluer l’initiative de Royale de baptiser la promotion des nouveaux officiers du nom de Abderrahmane El Youssoufi, considérant qu’il s’agit là d’une étape historique importante dans l’édification du Maroc moderne. Le Bureau politique a passé en revue le contenu du discours Royal, soulignant sa transparence et sa clarté quant aux réalisations accomplies durant les deux dernières décennies et au diagnostic du déficit enregistré sur le plan social. Il a appelé à poursuivre l’ouverture productive et à se projeter dans l’avenir avec une action sérieuse visant à placer le Maroc au rang des pays développés.

• Des évolutions positives ont été réalisées dans le domaine des prestations de services administratifs pris en charge par les administrations relevant de l’Etat et de nombreuses marges de progression ont été identifiées. Pourtant, ces prestations souffrent de l’inexistence de documents stratégiques ou de plans de portée nationale dédiés aux prestations et services publics, de la défaillance du système de gouvernance, des progrès inégalement répartis entre les départements ministériels et les bénéficiaires, de l’absence d’une loi générale sur la procédure administrative, des procédures administratives dépourvues de base légale et de l’absence d’un mécanisme central à même de jauger la performance des services publics. Tels sont les résultats de l’étude réalisée par SIGMA sur la prestation de services administratifs. 

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie a annoncé que SM le Roi Mohammed VI a nommé Abdelali Belkacem, chargé de mission au ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie, directeur du Protocole Royal et de la chancellerie.

• Le Conseil national des droits de l’Homme organise, les 6 et 7 août, des rencontres pour la remise de nouvelles décisions arbitrales au profit de 624 bénéficiaires parmi les victimes ou leurs ayants-droit, pour indemnisation des violations graves des droits de l’Homme commises à leur encontre entre 1956 et 1999. Cette opération a nécessité près de 87 millions de DH. Il s’agit de 39 bénéficiaires dont les dossiers étaient incomplets et qui ont présenté les documents manquants, 80 bénéficiaires parmi les victimes civiles enlevées par le polisario, 28 bénéficiaires parmi les ayants-droit de victimes dont le sort était inconnu et qui ont présenté les documents nécessaires en vue de la finalisation de leurs dossiers et 367 bénéficiaires appartenant au groupe des élèves de Ahermommou qui ont déposé leurs dossiers auprès de l’IER et 110 victimes ou ayants-droits ayant bénéficié de l’intégration sociale.

Bayane Al Yaoum :

• La coalition marocaine, le réseau des parlementaires et le réseau des avocates et avocats contre la peine de mort ont salué la décision de SM le Roi Mohammed VI d'accorder la grâce à 31 personnes condamnées à mort, en commuant leur peine à la prison à la perpétuité, ce qui a diminué, dans des proportions importantes, le nombre de condamnés à mort dans les différentes prisons. Dans un communiqué conjoint, les trois instances ont salué cette décision, en se disant convaincues plus que jamais que la peine de mort n'est plus justifiée dans l'arsenal pénal marocain et qu'elle est en contradiction avec la conception du châtiment fondée sur le droit et les valeurs humaines.

• La Chambre des conseillers a adopté à l'unanimité trois projets de loi relatifs aux terres des communautés ethniques, lors d'une séance plénière tenue vendredi. Il s'agit du projet de loi 62.17 relatif à la tutelle administrative sur les terres des communautés ethniques et la gestion de leurs biens et du projet de loi 63.17 sur la délimitation administrative de ces terres. Il s'agit aussi du projet de loi 64.17 modifiant le Dahir n° 1-69-30 du 10 Joumada I 1389 (25 juillet 1969) relatif aux terres collectives situées dans les périmètres d'irrigation. Présentant les trois textes de loi, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb, a souligné que ceux-ci permettront de donner corps à une réforme tant attendue, laquelle est le fruit d'une série d'acquis engrangés au cours des dernières années.

Al Massae :

• Le ministère de la Santé a annoncé, vendredi, avoir ouvert une enquête pour déterminer les circonstances du décès d'une femme enceinte, dans une clinique privée de Ksar El Kebir où elle a été admise pour accouchement. Selon un communiqué de son département, le ministre de la Santé Anass Doukkali a donné ses instructions pour qu'une enquête soit menée afin de définir les responsabilités, affirmant qu'il prendrait les mesures qui s'imposent conformément aux conclusions de l'enquête.

Akhbar Al Yaoum :

• Une première ! Le ministère de l'intérieur a adopté un nouveau système pour évaluer la compétence, le rendement et le comportement des agents d’autorité. Cette démarche préconise d’associer les citoyens et les différents acteurs et employés dans la sphère des agents d’autorité. Ce nouveau système comporte des critères objectifs, qui visent l’évaluation de la compétence, du rendement et du comportement, ainsi que de la capacité de l’agent à résoudre les problèmes. Des entretiens oraux avec les citoyens, la société civile, les forces auxiliaires, les acteurs économiques, les responsables des services externes et des élus, notamment les présidents des conseils communaux, figurent parmi les instruments utilisés pour cette évaluation.

Al Ahdath Al Maghribia :

• La Brigade nationale des douanes a mené, en fin de semaine dernière et en début de celle en cours, des interventions visant un réseau organisé qui s'active dans la contrebande ayant permis la saisie de 162 tonnes de tissus de haute qualité d'une valeur dépassant les 17 millions de dirhams. Dans un communiqué, l'Administration des douanes et des impôts indirects (ADII) indique que dans le cadre de la stratégie d'analyse de risque et de développement du renseignement enclenchée par la Douane et suite à des informations précises la Brigade nationale des douanes a mené, en fin de semaine dernière et en début de celle en cours, des interventions visant un réseau organisé qui s'active dans la contrebande. 

Al Alam :

• En 2018, le cours de référence du dirham a évolué tout au long de l’année à l’intérieur de la bande de fluctuation. Sur la période allant du 15 janvier au 31 décembre, il s’est déprécié de 3,6% face au dollar, résultat d’un effet panier baissier de 4,1%, lui-même lié à une dépréciation de l’euro de 6,7% vis-à-vis du dollar, et d’un effet marché haussier de 0,5%. A l’égard de l’euro, il s’est apprécié au cours de la même période au cours de la même période de 3,2%, relève Bank Al Maghrib dans son rapport annuel sur l’exercice 2018.

Rissalat Al Oumma :

• Le Parlement a mis fin à la polémique créée sur la langue d’enseignement des matières scientifiques dans les lycées. La Chambres conseillers a en effet adopté en séance plénière le projet de loi-cadre relatif à l’éducation, à la formation et à la recherche scientifique. Alors que la moitié des membres de la Chambre des conseillers s’était absentée, ce projet de loi a été adopté par 42 conseillers parlementaires. Trois conseillers, appartenant à la CDT, ont voté contre ce texte et 9 se sont abstenus, dont 7 appartenant au parti de l’Istiqlal et 2 au PJD



Nouveau commentaire :

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!