Menu
eMouaten : Bulletin de Veille



eMouaten : Comment le « boom des minerais » augmente la violence en Afrique <i>La hausse du prix des minerais peut avoir… https://t.co/2NM4bjkDU5
              
MAP | Reproduit ici le Mardi 5 Février 2019 à 08:48

Maroc. Revue de presse quotidienne du 05/02/2019




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

*Le Matin. :

- La réforme de la fonction publique «passe par la révision du statut des hautes fonctions et celui des secrétaires généraux», a affirmé Mohammed Ben Abdelkader, ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la fonction publique. «Les hauts fonctionnaires constituent, en effet, la principale force de pilotage et de leadership administratif. Nous estimons dans ce sens que le rôle des secrétaires généraux par exemple doit être renforcé, mais il faudra également clarifier leurs tâches et missions à travers la mise en place d'un référentiel des tâches et d'un contrat-programme qui prévoit les objectifs à atteindre et les moyens à mettre à disposition», explique-t-il dans un entretien.

- Le Maroc n'a pas à rougir de son positionnement mondial dans le domaine du digital. Il est même mieux loti que les autres grands pays d’Afrique. C’est ce que nous pouvons conclure à la lecture de l’édition 2019 du Rapport digital annuel qui vient d’être publié par We Are Social (agence créative internationale) et Hootsuite (plateforme spécialisée dans les flux de différents réseaux sociaux). Ce rapport délivre les dernières données et tendances internationales du digital, du social media, du mobile et du e-commerce. Ainsi, il en ressort que le Maroc compte 22,57 millions d’internautes, soit un taux de pénétration de 62%.

*Aujourd'hui Le Maroc. :

- Le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, a eu des entretiens avec la ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño, axés notamment sur les moyens de développer la coopération financière et économique entre les deux pays. Benchaaboun et Mme Calviño ont, en outre, passé en revue l’état de la coopération financière entre les deux pays et échangé sur les voies et moyens de développer davantage cette coopération. Les deux ministres ont réaffirmé leur détermination à renforcer les relations de coopération bilatérale maroco-espagnole notamment à travers le renforcement des flux d’investissement entre les deux pays.

- L 'École marocaine va mal. Alors qu'une loi-cadre devrait relancer une nouvelle réforme, les parlementaires à la première chambre trouvent le temps de jouer à la surenchère et à celui qui défend le plus l'arabe comme unique langue principale, voire unique langue d'enseignement. Si des mesures sont prévues dans le cadre de la nouvelle vision de réforme pour s'ouvrir à de nouvelle langues d'enseignement, notamment concernant les matières scientifiques, des groupes parlementaires, principalement celui du PJD, première force parlementaire chez les représentants, ne l'entend pas de cette oreille. C'est une véritable guerre des langues qui s'annonce à l'occasion du débat concernant les amendements au projet de loi-cadre.

*L'Economiste. :

- Les porteurs de projets sont souvent victimes de la pression de leur entourage, mais aussi d'un environnement entrepreneurial des plus difficiles. Sur ce volet le Maroc est 47è sur 54 pays, avec une note de 4,3/10. Rareté des financements et programmes d’accompagnement, forte fiscalité, bureaucratie, manque d'éducation à l'entrepreneuriat. Les deux tiers des entrepreneurs (64%) ne prévoient de créer aucun emploi sur les 5 prochaines années. 27,3% envisagent d'embaucher une à cinq personnes, tandis que seuls 8,7% pensent recruter six salariés ou plus. Le Maroc compte aussi parmi les pays où on relève le plus d’abandons de business. Près de la moitié des activités entrepreneuriales sont abandonnés.

- La fiscalité des revenus fonciers continue à susciter des interrogations. L'organisation des comptables agréés a saisi l'administration fiscale sur le traitement de cas particuliers comme d'autres organisations. Face à la multiplicité des situations, la Direction générale des impôts a choisi de tout répertorier en vue de la publication d'une nouvelle circulaire durant les premiers jours. Parmi les cas récurrents celui des héritiers propriétaires indivisaires d'un appartement loué et qui sont en contentieux judiciaire avec le locataire. En attendant une position sur les différentes situations, des responsables à la DGI soulignent « qu'il n'ont pas de réserves » sur le traitement proposé par l'organisation des comptables agréés par rapport à deux cas précis.

*L'Opinion. :

- Les collectivités territoriales sont appelés à bien gérer leurs ressources financières même si celles-ci s'avèrent, dans bon nombre de cas, très limitées. De grands obstacles se dressent plusieurs communes qui n'arrivent pas à répondre aux besoins locaux. La loi des finances 2019 n'a apporté aucune nouveauté au niveau de la fiscalité locales même si depuis des années, il y a une grande demande pressante de faire passer le taux de 1% de l’impôt sur le revenu et celui de l’impôt sur les société accordés aux collectivités territoriales à 2%. Certains présidents avancent qu'il faut octroyer aux communes les recettes en fonction de leurs besoins et à la densité de la population.

- La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est devenue un sujet majeur pour le législateur et les organisations de toutes tailles et ce, depuis les années 1990. Aujourd’hui, les bénéfices du RSE ne sont plus à démontrer et représentent un intérêt certain pour les entreprises nationales. D'après d'éminents observateurs économiques, le Maroc s'impose en tant que leader maghrébin et arabe de la RSE. Les entreprises marocaines sont aujourd'hui de plus en plus soucieuses de leur image de marque et de leur réputation, et commencent à faire plus d'efforts pour changer leur comportement environnemental et sociétal.

*Al Bayane. :

- Le gouvernement veut réintroduire le système de plafonnement des prix des carburants abandonné depuis la libéralisation des produits pétroliers. Une décision jugée indispensable pour mettre fin aux marges excessives voire exagérées dont s'accaparent les distributeurs, depuis la fin du système de compensation de ces produits. Le Conseil de la Concurrence a été saisi de cette affaire et devra donner son avis au plus tard le 14 courant. Le retour au plafonnement des prix des carburants sera donc opérationnel dès mi-mars prochain. La régulation du secteur des hydrocarbures s'impose à nouveau pour remettre de l'ordre dans un secteur stratégique de l'économie nationale.

- Au vu de la situation critique du transport collectif urbain par autobus dans le Grand Casablanca, il semble que l’Établissement de coopération intercommunale (ECI) se dirige vers la résiliation du contrat de «M’dina Bus», dépositaire de la gestion déléguée dans 11 communes depuis maintenant près de quinze ans. A en croire le maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari, une décision finale est attendue, ce mardi, à l’occasion de la réunion de l’ECI, alors que les deux parties sont à couteaux tirés devant les tribunaux pour des accusations mutuelles de non-respect des engagements. La ville blanche est en train de mettre en œuvre un programme ambitieux de transport en commun en site propre comportant 4 lignes de Tramway et deux lignes de BHNS, qui devra améliorer les conditions de circulation des Casablancais et accompagner le développement de la ville. 

*Libération. :

- Un atelier régional sur la lutte anti-acridienne, regroupant des représentants des pays de l’Ouest et du Nord -ouest africain, à savoir l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie, la Tunisie, le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Tchad, a ouvert ses travaux hier à Oran. Initiée par la Commission de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale de l’Afrique (CLCPRO), cette rencontre devra élaborer et valider un nouveau plan de formation régional pour la période 2019 – 2022 (PFR IV). Concernant la situation dans les pays maghrébins et limitrophes, la FAO avait annoncé au début du mois de décembre dernier qu’une reproduction à petite échelle avait notamment entraîné une augmentation des effectifs acridiens dans l’ouest de la Mauritanie, le nord du Mali, et le sud de l’Algérie, près de la frontière avec le Niger et que ce processus de reproduction à petite échelle pourrait probablement se poursuivre en Mauritanie et s’étendre vers le nord du pays et les zones limitrophes du Sud du Maroc, entraînant une augmentation des effectifs acridiens. 

- «Le 20 février, il y aura une grève nationale dans le secteur de l’enseignement », a affirmé Sadek Rghioui, secrétaire général du Syndicat national de l'enseignement affilié à la FDT (SNE-FDT) dans une déclaration à Libé. Selon lui, cette grève sera organisée avec d’autres syndicats nationaux, à savoir le FNE affilié à l’UMT et le Syndicat national de l'enseignement affilié à la CDT. Le SNE-FDT avait organisé au début de janvier, en concertation avec d’autres syndicats nationaux de ce secteur, une grève suite à l’échec des séances de dialogue entre les syndicats de l’enseignement et le ministère de l’Education nationale qui ont eu lieu durant l’année écoulée.

*Akhbar Al Yaoum. :

- Un conseil des ministres est prévu mercredi à Marrakech. Plusieurs ministres y seraient présents. Les deux derniers décrets afférents à loi relative au service militaire figureraient à l'ordre du jour. Les textes de lois relatifs à l'armée doivent être adoptés en conseil des ministres. Des nominations aux hautes fonctions seraient également à l'ordre du jour. Le gouvernement a intensifié ses efforts pour parachever l'arsenal juridique relatif au service militaire qui devrait entrer en vigueur dans les mois prochains.

- Les autorités ont entamé le remboursement des agriculteurs dont le cheptel a été affecté par la fièvre aphteuse. Cette initiative a fait l'objet de vives critiques eu égard à la lenteur et aux dysfonctionnements qui entachent cette opération. Le remboursement des agriculteurs se fait conformément aux lois en vigueur, indique une source de l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), ajoutant que le montant des remboursements diffère selon l'âge, l'espèce du cheptel et le prix du marché.

*Al Ahdat Al Maghribia. :

- Le ministère de la Santé et ses cadres médicaux sont mobilisés pour prendre en charge l'ensemble des cas susceptibles d'être touchés par le virus de la grippe "H1N1", a assuré, dimanche, le Chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani. A l'occasion d'une visite effectuée, dimanche matin, au service des urgences du Centre hospitalier universitaire (CHU) Avicenne et à l'hôpital d'enfants du CHU, en compagnie du ministre de la Santé, Anass Doukkali, El Otamni a insisté sur l'importance de la vigilance chez les cadres médicaux concernés dont il a salué les efforts, soulignant qu'il n'y a pas lieu de paniquer quant à la situation épidémiologique qui reste similaire à celle des années précédentes.

- Un siècle après la réglementation des terres collectives en 1919 et la multiplication des appels à la réforme du cadre réglementaire qui régit les collectivités ethniques et la gestion de leurs biens, le ministère de l’intérieur a finalement tranché en mettant en place un nouveau projet de loi modifiant et complétant le Dahir chérifien du 27 avril 1919 relatif à l'organisation de la tutelle administrative sur les collectivités ethniques et la gestion de leurs biens. Ce texte de loi stipule de revoir le système juridique régissant l'exploitation de 15 millions de hectares de terres collectives, l'égalité homme femme et de contrecarrer le recours aux coutumes et aux traditions 

*Al Alam. :

- Selon l’édition 2019 du Rapport digital annuel qui vient d’être publié par Hootsuite, le Maroc compte 22,57 millions d’internautes, soit un taux de pénétration de 62%. Le pays renferme également 17 millions d’utilisateurs de réseaux sociaux, soit un taux de pénétration de 47%, dont 16 millions via le téléphone mobile, correspondant à un taux de pénétration de 44%. Le taux de pénétration de l’accès à Internet place le Maroc au dessus de la moyenne mondiale (57%)

- Une dizaine d’unités de trituration d’olives viennent d’être interdites d’exercer leurs activités dans la province de Taounate, pour non-respect des normes environnementales en vigueur.Ces unités, qui se sont vues signifier une interdiction d'activité en raison de l'atteinte à l’environnement par les margines, se situent dans les communes de Taouante et Tamazgana, relevant du cercle de Ghafsay, d’Otabouaaban à Tissa, et Moulay Bouchta et Mekansa, relevant du cercle de Kariat Ba Mohamed, indique la province de Taounate dans un communiqué. Cette décision est intervenue dans le cadre des visites de terrain effectuées par le comité provincial mixte et qui a concerné 57 unités de trituration d’olives jusqu’au 31 janvier dernier, précise-t-on

*Al Ittihad Al Ichtiraki . :

- Le secrétaire général de la fédération démocratique du travail (FDT) Abdelhamid Fatihi a annoncé que son syndicat a décidé d'entrer en grève générale et nationale dans la fonction publique et les collectivités., et ce à partir du 20 février. Cette décision s'inscrit dans le cadre des différents modes d'action entrepris par la FDT pour dénoncer les conditions sociales difficiles, la flambée des prix et la stagnation des salaires.

- L'Union du Maghreb arabe (UMA) a lancé "un appel à candidature international pour la mise en place d'une ligne ferroviaire (TGV) trans-maghrébine reliant le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. La réalisation de ce projet, qui reste tributaire d’une décision politique, permettra la réouverture de la frontière algéro-marocaine, fermée depuis 1994. Cet appel à candidature vise le recrutement d’un consultant individuel (ou représentant d’une société) pour le marketing et la publicité de l’étude de la réhabilitation et de la modernisation de la ligne de chemin de fer trans- maghrébine". L’enveloppe budgétaire alloué au TGV Maghrébin est estimé à 3.9 milliards de dirhams. Selon une étude de faisabilité ce TGV transporterait 36.000 voyageurs quotidiennement à l'horizon 2025.

*Al Massae. :

- Environ 200.000 Marocains seraient atteints de cancer. Et 40.000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année, un constat qui classe le Maroc à la 145ème place à l'échelle mondiale, selon un rapport établi par le Réseau marocain de défense du droit à la santé et du droit à la vie. Sur la liste des cancers qui affectent les Marocaines, le cancer du sein figure en tête. Les hommes quant à eux sont touchés en premier par le cancer du rein. Pour combattre cette maladie, le rapport recommande de sensibiliser aux risques des substances cancérigènes dans les produits alimentaires, dont agricoles ou fabriqués, les eaux potables et les produits cosmétiques.

- Les exportations marocaines à destination des pays de l’Union européenne se sont élevées à 102%, alors qu’elles ont augmenté de 312% à destination de l’Espagne, selon des chiffres officiels révélés par l’Espagne. Cette âpre concurrence entre les exportations marocaines et des produits espagnols a vivement inquiété les producteurs locaux, notamment avec l’entrée en vigueur de l’accord agricole.

*Bayane Alyaoum. ;

- Le ministre de la santé Anas Doukkali a affirmé que le ministère de la santé entend entamer au début d’automne de chaque année des campagnes de sensibilisation et d’éducation sur la grippe saisonnière. Le ministère compte mener ces campagnes en collaboration avec les professionnels aux niveaux des centres de santé publique ainsi qu’avec le secteur privé, déplorant que la culture de la vaccination préventive soit encore en deçà des attentes. Il a toutefois souligné que la vaccination contre la grippe n’est pas une protection à 100% mais reste le meilleur moyen de réduire le risque de contamination et le risque de développer des complications.

*Rissalat Al Oumma. :

- La commission du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants tiendrait mardi une réunion pour entendre un exposé de Driss Jettou sur le rapport que la Cour des comptes avait établi sur la CDG. Le premier président de la Cour des comptes évoquerait notamment les anomalies et les insuffisances en matière de gouvernance, de stratégie et de mobilisation et de réinvestissement des ressources. Il va également exposer devant les députés de cette commission les différentes recommandations inscrites dans le rapport.

- Mohamed Yatim, ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, a affirmé que le gouvernement est attaché à la défense des ouvrières marocaines qui travaillent dans les champs espagnols. Il a souligné que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour défendre les droits des travailleuses marocaines.