Menu
              
MAP | Reproduit ici le Lundi 4 Février 2019 à 11:58

Maroc. Revue de presse quotidienne du 04/02/2019




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi:

*Le Matin.:

- Pas moins de 91.000 réclamations ont été déposées au niveau du nouveau service de réclamation en ligne «chikaya», au cours de l'année 2018. Ce bilan a été établi une année après la création de ce portail qui est d'ailleurs le premier dispositif du genre à avoir permis la simplification du dépôt des réclamations à travers l’unification de la procédure de dépôt et de traitement des plaintes. Selon le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Réforme de l'administration et de la fonction publique, Mohamed Ben Abdelkader, le lancement de "chikaya.ma" constitue une nouvelle étape franchie dans l’amélioration de la qualité des services rendus aux usagers et vient répondre aux attentes et aux besoins des citoyens. Une année après son démarrage effectif, le portail national de traitement et de gestion des réclamations des usagers du service public présente l’avantage de centraliser tous les départements publics.

- L'effet fin d’année a encore joué pour le crédit bancaire. Alors qu’il était à un rythme de progression d’à peine 1,2% à fin novembre dernier, le financement de l’économie par voie bancaire a accéléré la cadence au dernier mois de l’année pour terminer avec un accroissement de 3,2% à 870,5 milliards de DH, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Le crédit bancaire a, certes, fait mieux que l’année dernière (2,9%), mais son rythme d’évolution reste en deçà des niveaux observés en 2014 (4,3%) et 2016 (4,2%).

*L'Economiste 

- Après l'ouverture de l'année judiciaire, la présidence du ministère public se prépare à présenter son rapport au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire d'ici mars 2019.Ce document, qui fait le bilan du fonctionnement du parquet et l’exécution de la politique pénale, traite des plaintes, de lutte anti-corruption, des besoins en effectif, du statut de la magistrature. Parallèlement, une autre instance doit mieux préparer son avenir. La Cour de cassation enregistre de plus en plus d'affaires.

- La réforme du transport de personnes refait parler d'elle. Cinq fédérations ont été conviées à une réunion avec le ministre de l'Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara samedi 9 février. Une journée d'étude au cours de laquelle le ministre présentera sa « vision de la réforme du secteur à la lumière de l’implémentation de la régionalisation ». La rencontre intervient 4 ans après l'ultimatum qui avait été lancé aux opérateurs avant d'activer de manière unilatérale le contrat-programme. Réforme qui n'a finalement pas vu le jour.

*L'Opinion

- Un atelier sur les bonnes pratiques en économie d'énergie dans les hammams publics vient d’être organisé par l'Agence Marocaine de l'efficacité énergétique (AMEE). Pour faire marcher les 12,000 hammams qui existent au Maroc, la demande en bois de feu ne cesse de croître accentuant ainsi le phénomène de la déforestation, de la dégradation des écosystèmes ainsi que la consommation énergétique. L'AMEE développe un prototype de chaudières à brûleur multi-combustibles, en collaboration avec les propriétaires et exploitants des Hammams publics. Pour le ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, c'est une décision stratégique. Cette initiative vise des niches qui ont besoin d'accompagnement pour réduire la facture énergétique et l’impact sur l'environnement, que ce soit pour ce qui est des activités artisanales, industrielles ou de construction.

- Le climat général des affaires aurait été "normal" selon 89% des industriels au cours du 4ème trimestre 2018 et "favorable" pour 11% d'entre eux, indique Bank Al-Maghrib (BAM).

Par branche d'activité, il a été qualifié de "normal" par l'ensemble des industriels de "l'agro-alimentaire" et du "textile et cuir". Dans la "chimie et parachimie", il aurait été jugé "normal" pour 89% des entreprises et "favorable" selon 11%, précise BAM dans une note sur les résultats trimestriels de l’enquête de conjoncture. Ces proportions sont respectivement de 69% et 31% dans la "mécanique et métallurgie", ajoute la même source.

*Aujourd'hui le Maroc 

- L'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) a annoncé qu'il envisage de réaliser, sur la période 2019-2023, un programme d'investissements de 673 millions de dirhams pour améliorer davantage les services d’alimentation en eau potable, en électricité et en assainissement liquide dans la province d’Ouezzane. L’annonce a été faite lors d'une rencontre à Ouezzane du directeur général de l'Office Abderrahim El Hafidi avec les élus et les autorités locales, sous la présidence du gouverneur de la province, au sujet des projets d'électricité, d'eau potable et d'assainissement liquide, a indiqué l'ONEE dans un communiqué. Ces investissements ont permis d’améliorer la généralisation de l’électrification et de l’accès à l’eau potable en milieu rural ainsi que la sécurisation et la pérennisation de l’alimentation en électricité et en eau potable en milieu urbain, et ce pour accompagner le développement socio-économique que connaît la province.

- Le bras de fer entre le conseil de la ville de Casablanca et son délégataire de transport par bus atteint un point de non-retour. La mairie se dirige vers la résiliation du contrat de délégation avec M'dina bus ce mardi. Le maire de la métropole, Abdelaziz Omari, vient d'annoncer que la «résiliation du contrat» sera inscrite à l'ordre du jour mardi 5 février à l'occasion d'une réunion de l'établissement de coopération intercommunale « Al Baida ». Le président du conseil de la ville de Casablanca annonce que la ville va saisir la justice contre M'dina Bus «pour mise en danger de la vie d'autrui» en raison d’accidents répétés. Ces développements arrivent à un moment où le délégataire avait lui-même saisi la justice demandant des indemnités car il reproche à son tour à l'autorité délégante et donc la ville de Casablanca d'avoir failli à ses engagements.

*Al Bayane.:

- Les autorités marocaines ont exprimé leur rejet catégorique de la position de « Human Rights Watch » et d'Amnesty International » au sujet du jugement prononçant la dissolution de l'association « Racines », estimant que cette position représente une ingérence abusive dans les affaires de la justice. La délégation interministérielle aux droits de l'Homme a exprimé, dans un communiqué, son étonnement vis-à-vis du communiqué conjoint des deux organisations concernant le jugement du Tribunal de première instance de Casablanca daté du 26 décembre 2018, prononçant la dissolution de l'association « Racines ». Ce communiqué conjoint « contenait des évaluations et des conclusions générales injustifiées et dénuées de preuves admissibles et d'indicateurs révélateurs », a souligné la Délégation.

- Après avoir signé en 2018 l'accord de la ZELECA, le Maroc reste toujours suspendu à la décision de la CEDEAO à propos de sa demande d'adhésion à la communauté économique ouest-africaine. Et pourtant, à l'heure où l'en se dirige vers l'entrée en vigueur de la zone de Libre-échange continentale africaine (ZLECA) attendue en cette année, l'intégration régionale s'avère nécessaire pour permettre au Royaume de tirer pleinement profit de la zone économique continentale, a affirmé Abdou Diop, managing partner du cabinet Mazars Audit et Conseil, lors d'une conférence à Casablanca. « Aujourd'hui, le dossier d'adhésion du Maroc à la CEDEAO suit son cours. Il a fait l'objet de levée de bouclier. On espère qu'avec la fin des enjeux électoraux dans un certain nombre de pays africains, le dossier aura moins de tension et ceci dans l’intérêt du Maroc », précise Diop.

*Libération.:

- Davantage de protection sociale pour les agents privés de sécurité, d’entretien et d’hygiène travaillant dans les établissements et administrations publics. C’est ce qui ressort de la circulaire du chef du gouvernement adressée aux ministres d’Etat, ministres, ministres délégués, secrétaires d’Etat et hauts-commissaires. Le chef du gouvernement a souligné qu’un nombre important de salariés fait l’objet de non-respect du salaire minimum légal garanti, de violation des dispositions législatives concernant la durée du travail, les journées de congé et les jours chômés et payés ainsi que de non déclaration à la CNSS. Face à cette situation, il demande à l’ensemble des départements et établissements publics de donner l’exemple en matière de responsabilité sociale notamment au cours de la phase de préparation des marchés publics relatifs à la sécurité, à l’entretien et à l’hygiène. 

- "La question du Sahara marocain est juste et le Maroc défend une noble cause", a déclaré le président de l'Assemblée nationale de la Guinée, Claude Kory Kondiano, à l'issue d'un entretien avec le président de la Chambre des représentants Habib El Malki. "Nous ferons en sorte que la Guinée soit toujours aux côtés du Maroc», a-t-il indiqué. Il a par ailleurs souligné le soutien de son pays à l'adhésion du Royaume à la Communauté économique de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), jugeant qu’"avec l'adhésion du Maroc, le groupe deviendra plus fort et plus intégré". 

*Al Alam. :

- Le président du Conseil national de l'ordre des pharmaciens Hamza Guedira a appelé le gouvernement à intervenir et à actualiser l'arsenal juridique relatif au secteur pharmaceutique et mettre fin aux interventions illégales en la matière. Lors d'une conférence, Guedira a déploré la «nouvelle attitude électorale» où le médicament est devenu un outil utilisé dans les activités des associations et des partis politiques, chose qui constitue un empiètement criant sur la profession et la santé des citoyen, surtout quand la source des médicaments est inconnue .

- La superficie totale labourée dans la région Casablanca-Settat durant l'actuelle campagne agricole est de 1.273.470 hectares dont 82.790 ha dans les zones irriguées, affichant un dépassement de 8% du programme agricole arrêté pour cette campagne (1.177.782 ha) et de 13% de plus par rapport à la campagne précédente. L’actuelle saison agricole se déroule dans de bonnes conditions au niveau de la région à la faveur des conditions climatiques favorables du début de la campagne et de la saison des semis de céréales d'automne qui ont contribué à l'intensification de l'activité agricole. Elle a été caractérisée par de bonnes distribution et régularité au cours des mois d’octobre et de novembre derniers et par une absence à partir de la deuxième quinzaine mois de décembre à l’instar des autres régions du Maroc. 

*Al Ittihad Al Ichtiraki.

- Quelque 5,8 millions de ménages ont bénéficié de la carte RAMED à fin octobre 2018, dont 91% dans une situation de pauvreté alors que 9% se trouve dans une situation de vulnérabilité. Le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a affirmé qu’il a été procédé à la généralisation de la carte Ramed pour faire bénéficier de larges couches sociales. Le nombre de bénéficiaires du RAMED s’est élevé à plus de 12 millions de personnes entre 2012 et octobre 2018.

*Al Massae.:

- L'opération de vaccination des bovins se poursuit dans tout le royaume pour couvrir l'ensemble du cheptel de bovin national. La campagne nationale de vaccination de rappel des bovins contre la fièvre aphteuse, lancée comme prévue en janvier 2019, a permis de vacciner plus de 500.000 têtes de bovins, soit un taux de couverture de 17%, a indiqué l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Dans certaines provinces où quelques cas de fièvre aphteuse ont été enregistrés, le taux de couverture de vaccination a atteint respectivement 45%, 43% et 30% à Khouribga, Fquih Ben Salah et Sidi Bennour.

*Bayane Al Yaoum. :

- Les réformes structurelles conduites par le gouvernement auront "un effet positif à l’avenir", a assuré le chef de gouvernement Saad Dine El Otmani. Le gouvernement "a rencontré un nombre de difficultés, mais il s’est armé de l’espoir et a pu accomplir d’importantes réalisations en moins de deux ans", a souligné El Otmani. Il a par ailleurs affirmé que des efforts inlassables sont déployés dans les domaines de l’enseignement et de la santé, estimant que les budgets alloués à ces des secteurs névralgiques doivent être augmentés pour mener à bien ces deux chantiers.

*Rissalat Al Oumma. :

- L’indice des prix à la production du secteur des «Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» a enregistré une hausse de 0,3% au cours du mois de décembre 2018 par rapport au mois de novembre 2018. Cette hausse est la résultante de la hausse des prix des «Industries alimentaires» de 0,9%, de l’«Industrie d’habillement» de 0,5%, de la «Fabrication de textiles» et du «Travail du bois et fabrication d’articles en bois et en liège» de 0,2% et de la «Fabrication de machines et équipements» de 0,1%. Elle est également la conséquence de la baisse enregistrée dans la «Fabrication d’autres produits minéraux non métalliques» de 0,3% et de la «Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques» de 0,1%, précise le HCP.



Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!

Le Fil | Communiqué de presse | Captures


NOUS SUIVRE
Facebook
Twitter
Instagram
Flipboard
Rss
Newsletter