Menu
eMouaten : Bulletin de veille | Santé: une faculté de médecine et un CHU en chantier à Laâyoune Kiosque360. Le ministère de l’… https://t.co/rCTcJ4gWLi

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Newsletter
Rss




              
MAP | Reproduit ici le Vendredi 1 Février 2019 à 10:37

Maroc. Revue de presse quotidienne du 01/02/2019




Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

*Le Matin. :

- Deux décès dus à la grippe H1N1 ont été enregistrés au Maroc, a indiqué, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, soulignant que les efforts de vigilance se poursuivent pour détecter d'éventuels cas dans les différents hôpitaux du Royaume. Il a fait savoir que le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a informé le conseil de ces deux cas, précisant qu'il s'agit d'une femme enceinte et d'une autre âgée de 68 ans, qui souffrait de plusieurs maladies chroniques. Le ministère de la Santé, qui assure le suivi de la situation, a mis en place un plan de communication avec les médias sur la situation de cette grippe qui n'est pas exceptionnelle, mais qui incite à la vigilance en faisant connaître les moyens de prévention et d'intervention lors de l'apparition d'éventuels cas, a expliqué Doukkali. 

- La présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Amina Bouayach, a présenté son approche "holistique" en matière de droits de l'Homme, basée sur trois piliers, et ce devant une quarantaine d'ambassadeurs accrédités au Maroc. "Depuis ma nomination, j'ai mis en place une approche holistique basée sur trois P, à savoir la prévention, la protection et la promotion", a indiqué Bouayach. "Le CNDH sera la conscience de l'État de droit", a précisé Bouayach, notant que le débat sera bientôt lancé afin que les membres du conseil puissent discuter et adopter cette stratégie. 

*Aujourd’hui Le Maroc. : 

- Le ministère public a reçu plus de 10.000 plaintes au cours de l’année. Plus de 80% d’entre elles ont été déposées par les plaignants eux-mêmes au service des plaintes à la présidence du ministère public, a indiqué Mohamed Abdennabaoui, procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du ministère publique à Rabat. L’année précédente a été une étape pour la construction des structures de l’institution et l’organisation de ses services, a ajouté Abdennabaoui à l’ouverture de l’année judiciaire 2019. Pour le Procureur du Roi la confiance du citoyen en l’institution se traduit par les résultats de la ligne téléphonique directe de signalement des affaires de corruption, qui a reçu, depuis sa création en mi-mai dernier, plus de 19.168 appels téléphoniques.

- Un total de 5.441 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation a été saisi et détruit au titre de l'année 2018 au niveau du marché local, selon l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Les contrôles des produits alimentaires effectués par les services de l'ONSSA ont concerné 11.463.318 de tonnes de divers produits, a indiqué l'Office dans un communiqué, notant qu'au niveau du marché local les inspecteurs de l'ONSSA ont réalisé 71.151 visites de contrôle sur le terrain, dont 22.528 en commissions provinciales et préfectorales. Les investigations ont, également, abouti au contrôle de 1.390.539 tonnes de produits alimentaires et à la transmission au parquet de 2.037 dossiers pour jugement, a précisé la même source.

*L'Economiste.:

- La baisse opérée au cours des quatre dernières années sur les prix des médicaments n'a pas tiré le marché privé. En effet, en 2018, le chiffre d’affaires s’est élevé à 10,1 milliards de DH contre 8,81 milliards de DH en 2014. En volume, les Marocains ont acheté 337,7 millions d’unités contre 317,26 millions il y a un peu plus de quatre ans. La dépense moyenne en produits pharmaceutiques reste bloquée à 400 DH par an et par habitant. Le chiffre d’affaires est trompeur puisque si l’on regarde de près le volume, l’on se rend compte qu’il a eu un effet d’éviction au profit des médicaments chers. La baisse des prix ne remplace pas l’accès aux soins.

- L’économie parvient difficilement à fabriquer 3% de croissance par an et cela a des répercussions néfastes sur certains de ses acteurs. 7.941 entreprises ont fait faillite en 2018 selon Inforisk. Le nombre de faillites (-0,9%) marque un recul, certes modeste, mais un recul quand même pour la première fois depuis 2009. L’âge médian d’une entreprise défaillante en 2018 était de 4,6 ans. Si la mortalité des entreprises touche surtout les petites structures, les conséquences de la faillite d’un grand donneur d’ordre sont plus lourdes, notamment l’impact social. Les entreprises de l’immobilier et du BTP subissent de plein fouet les affres de la conjoncture. Ces deux secteurs concentrent 35% des faillites.

*Libération. :

- Une délégation parlementaire colombienne, conduite par le président de la commission des relations extérieures du Sénat, Jaime Duran Barrera, a salué la dynamique réformatrice en cours dans divers domaines au Maroc, appelant à une coopération bilatérale accrue pour répondre aux aspirations et ambitions des deux peuples amis. Le Maroc est le deuxième plus important partenaire de la Colombie dans le monde arabe, a souligné la délégation lors de ses entretiens avec le président du groupe d'amitié Maroc-Colombie et membre du bureau de la Chambre des conseillers, Mohamed Adal, et le président de la commission des affaires étrangères, des frontières, de la défense nationale et des zones marocaines occupées, Mohamed Rezma.

- Les Objectifs de développement durable (ODD) ont été au centre d'entretiens entre le Haut-Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami et la Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), Vera Songwe. A cette occasion, les deux parties ont abordé leurs travaux sur le suivi de la mise en œuvre du programme mondial 2030 et l'agenda africain 2063 pour le développement durable, les chaînes de valeurs en Afrique du Nord, les écosystèmes des données émergentes et la digitalisation des métiers du Haut-commissariat au plan (HCP). Les discussions ont porté essentiellement sur les questions fondamentales d'aujourd'hui, notamment sur le développement durable, la diversification de l'économie ou encore le processus de numérisation des économies africaines, a indiqué Lahlimi dans une déclaration à la presse à l'issue de ses entretiens avec Songwe.

*L'Opinion.:

- Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a recommandé, dans un rapport, l'adoption d'une stratégie nationale de l’économie bleue (SNEB) durable, inclusive et adaptée aux vocations régionales. Le rapport, intitulé "l'économie bleue : pilier d’un nouveau modèle de développement du Maroc", préconise aussi le déploiement de cette stratégie autour des secteurs économiques traditionnels (la pêche, le tourisme et les activités portuaires), tout en développant de nouveaux secteurs porteurs de forts potentiels de croissance (aquaculture, écotourisme, bioproduits marins ou biotechnologies, construction navale, etc.).

- La littérature en tant qu'accélérateur d'innovation a été au cœur d'une conférence-débat initiée par l'Académie du Royaume du Maroc, donnant lieu à des réflexions sur la place de la littérature et ce qu'elle représente de nos jours, avec un accent sur les inventions littéraires et esthétiques dans la littérature française moderne et contemporaine. Organisée dans le cadre du cycle de conférences "Collège de France au Maroc", en partenariat avec l’Institut français du Maroc, la conférence a été animée par le professeur Antoine Compagnon, membre du Collège de France de Paris, qui s'est penché sur la relation entre la littérature et la modernité dans un monde en plein changement qui vit au rythme de la globalisation et de la révolution numérique, ainsi que sur le principe d’un "développement irréversible" de la littérature, notant qu'elle est un facteur de conservatisme dans ce monde moderne.

*Al Bayane.:

- Le Conseil de l’Internationale socialiste (IS), réuni les 28 et 29 janvier dans la capitale de la République dominicaine, Saint Domingue, a adopté une recommandation appuyant la recherche d’une solution politique négociée à la question du Sahara marocain. Dans cette recommandation, présentée à l’initiative de Abdessalam Eddabbagh, représentant du parti de l’Union socialiste des Forces populaires (USFP) auprès de l’IS et membre du comité des relations internationales du parti, le Conseil exprime son "soutien à l’appel lancé à toutes les partis pour interagir positivement et de bonne foi avec le processus onusien visant à parvenir à une solution politique, réaliste et négociée, conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité".

- "L'évaluation de la première année de la présidence judiciaire du ministère public est considérée comme positive", a souligné, mercredi à Rabat, le Procureur général du Roi près la Cour de Cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui. L'année précédente a été une étape pour la construction des structures de l'institution et l’organisation de ses services, a indiqué Abdennabaoui à l'ouverture de l'année judiciaire 2019, placée sous le thème "La justice, une garantie des droits et des libertés". La présidence du Ministère public a réussi, malgré un manque des ressources humaines dû à des raisons juridiques, organisationnelles et réelles, à jouer son rôle dans l'encadrement de la conduite des ministères publics et la supervision de la mise en œuvre de la politique pénale, a-t-il poursuivi.

*Al Massae. :

- Les exportations marocaines vers l'Espagne ont augmenté de 5,4 % pendant les onze premiers mois de 2018 par rapport à la même période de l'année précédente, tandis que celles vers l'Union européenne (UE) ont progressé de 6,5%, selon des données publiées par l'Office statistique de l'Union européenne(Eurostat). Durant les onze premiers mois de 2018, les importations marocaines de biens d’origine espagnole ont, quant à elles, enregistré une hausse de 2,6 % en taux annuel, alors que celles de l’ensemble de l’UE ont bondi de 4,4 % durant la même période, précise l'Office européen des statistiques. 

*Al Ahdath Al Maghribia. :

- Quelque 15 longs-métrages et autant de courts-métrages seront en compétition pour décrocher les prix de la 20e édition du Festival national du film de Tanger, qui se tiendra du 1er au 9 mars prochain, a annoncé le Centre cinématographique marocain (CCM). Le centre a indiqué, dans un communiqué, qu’après avoir visionné les 22 longs métrages (fiction) et sept films documentaires candidats, la commission de sélection, présidée par le critique Omar Belkhemmar, a porté son choix sur 15 productions. La commission de sélection des courts métrages, présidée par Mohamed Mouftakir, a visionné 33 films et choisi 15 pour la compétition officielle. 

*Al Alam. :

- Le président du gouvernement des Îles Canaries, Fernando Clavijo a fait part d'une ferme volonté de renforcer et de diversifier les domaines de coopération avec le Maroc, notamment dans les secteurs de l'énergie, du transport, du tourisme et de l'économie bleue. Lors d'entretiens avec le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, le ministre des Affaires étrangères et de la coopérait internationale, Nasser Bourita, et le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, Clavijo a souligné l'importance d'établir une ligne maritime entre Tarfaya et les Îles Canaries, qui accueillent environ 16 millions de touristes chaque année, expliquant que le renforcement de la coopération dans le domaine du transport avec le Maroc contribuera au développement du tourisme et des échanges commerciaux.

* Al Ittihad Al Ichtiraki. :

- La Chambre des représentants accueille vendredi une réunion de la Commission pour la promotion de la qualité de la vie, les échanges entre les sociétés civiles et la culture relevant de l'Assemblée parlementaire de l'Union pour la Méditerranée (AP-UpM). Au cours de ce rendez-vous, des exposés seront présentés sur la thématique de "la jeunesse dans la région euro-méditerranéenne entre engagement sociétal et fascination de l'espace virtuel" avec la participation d'une pléiade de parlementaires de l'Assemblée et d'experts, indique un communiqué de la Chambre, ajoutant que les discussions de la réunion devront déboucher sur l'approbation d'un projet de recommandation de la Commission.

*Bayane Al Yaoum. :

- Les résultats de l'enquête mensuelle de conjoncture de Bank Al-Maghrib font ressortir une hausse de la production et des ventes dans l'industrie en décembre 2018, selon Bank Al-Maghrib (BAM). La progression de la production concerne une hausse dans l'"agro-alimentaire", le "textile et cuir" et "la mécanique et métallurgie", ainsi qu’une baisse dans la "chimie et parachimie", précise BAM dans une note sur les résultats de cette enquête d'opinion, menée auprès d’un échantillon représentatif comprenant près de 400 entreprises industrielles. Pour sa part, la hausse des ventes globales reflète une amélioration tant sur le marché local qu’étranger, relève BAM, précisant que par branche, les ventes auraient progressé dans le "textile et cuir", dans la "chimie et parachimie" et dans la "mécanique et métallurgie" et stagné, en revanche, dans l’"agro-alimentaire". 

*Rissalat Al Oumma. :

- L'amélioration de huit rangs (3 points) du classement du Maroc dans l'Indice de perception de corruption (IPC) est "très honorable et non circonstancielle, ce résultat étant obtenu sur deux années consécutives", a affirmé, jeudi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani. Dans son allocution à l'ouverture du Conseil de gouvernement, El Otmani a évoqué le rapport annuel de Transparency International publié mardi, affirmant que "pour la première fois le Maroc réalise un classement honorable à la fois au niveau africain et arabe qui dépasse la moyenne des groupes de pays africains, arabes, du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Le Maroc a amélioré son classement ces deux dernières années, en passant de 37points/100 en 2016 à 40/100 en 2017 puis à 43/100 (2018), a-t-il insisté.

*Akhbar Al Yaoum. :

- Le directeur général de l'Office national des aéroports (ONDA), Zouhair Mohamed El Aoufir, a affirmé que le nouveau Terminal 1 de l'aéroport international Mohammed V (Casablanca), qui a été inauguré récemment par SM le Roi Mohammed VI, est doté de nouveaux équipements et de systèmes avancés répondant aux critères internationaux. El Aoufir a souligné lors d'une visite aux différentes installations de ce terminal, organisée par l'ONDA au profit des représentants des médias, que cette nouvelle structure constitue une réalisation majeure qui vient à temps pour répondre aux attentes des voyageurs marocains et étrangers. Elle portera la capacité globale de l'aéroport à 14 millions de passagers par an, a-t-il dit.

*Akhbar Al Yaoum. :

- Suite à la publication par Akhbar Al Youm d'un article intitulé "la CNOPS se prépare à relever les cotisations de plus de 3 millions de bénéficiaires", le journal a reçu une mise au point de la Caisse expliquant que ni la direction de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale ni celle de la Caisse marocaine d'assurance maladie, qui devrait la remplacer, ne peuvent procéder à l’augmentation des cotisations ou la suppression du plafond, puisque cette opération doit être accompagnée d'un décret sur proposition de l'Agence nationale de l'assurance maladie, après consultation des partenaires sociaux. La CNOPS dispose de ressources financières lui permettant de continuer à rembourser les assurés pendant plusieurs années.

- Le port Tanger-Med a conforté sa position de première plate-forme pour l’import et l’export au Maroc avec le traitement de produits d’une valeur globale de 317 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, a annoncé lundi l’autorité portuaire Tanger-Med. Elle a précisé, dans un communiqué, que 139 MMDH de produits ont été exportés par le port Tanger-Med, soit 50,6 % de l’ensemble des exportations marocaines, confirmant ainsi "sa position comme premier port d’export au service de la compétitivité de l’économie marocaine". Le tonnage global manutentionné pour l'année échue est de 52 240 806 tonnes, en évolution de 2% par rapport à l'année 2017, a détaillé l’autorité, ajoutant que les deux terminaux du port Tanger-Med 1 en 2018 est de 3 472 451 EVP, soit une croissance de 5% par rapport à l’année précédente.

*Bayane Al Yaoum. :

- Quatorze médinas sur 32 sont couvertes en plans d'aménagement et de réhabilitation homologués jusqu'à 31 décembre, soit un taux de 44%, contre sept plans d'aménagement et de réhabilitation en cours de réalisation et 10 en phase de programmation, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de l'Aménagement du Territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fihri. Lors d'une réunion de la commission de l'intérieur, des collectivités territoriales et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, Fassi Fihri a expliqué que la préservation et la réhabilitation des tissus urbains anciens sont placées au centre des préoccupations de son département, que ce soit au niveau de la planification urbaine ou de l'intervention opérationnelle, notant l'importance de ces structures qui rassemblent le patrimoine culturel et reflètent la richesse de l'identité nationale.

- La situation épidémiologique de la grippe saisonnière est normale cette année et ne suscite aucune inquiétude, à l'instar des années précédentes, a assuré, mardi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali. S'exprimant lors d’un point de presse, Doukkali a souligné que l'apparition de cas de virus de grippe saisonnière type A (H1N1) dans le Royaume demeure un fait normal, d'autant plus que le système national de veille et de surveillance épidémiologique enregistre annuellement, comme dans les autres pays, des cas de contamination par ce virus lors de la saison hivernale. Au Maroc, la surveillance sentinelle du ministère de la Santé est constituée de la surveillance épidémiologique du syndrome grippal dans le secteur public, mis en place à partir de la saison 2004-2005, et qui est constitué d’un réseau de 375 centres de santé du secteur public.

*Rissalat Al Oumma. :

- La Commission des secteurs productifs à Chambre des représentants a approuvé à l'unanimité un projet de loi portant modification de la loi n°05.12 relative à l'organisation de la profession de guide de tourisme, et qui vise à "contribuer à la création d'emplois pour les jeunes qui travaillent dans le secteur du tourisme en accordant aux personnes ayant de l'expérience dans le secteur informel la possibilité de s’intégrer au secteur formel". Le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l'artisanat et de l'économie sociale, Mohamed Sajid, qui a présenté le projet de loi aux membres de la commission, a souligné que ce projet ambitionne à "structurer et professionnaliser le métier de guide" ainsi qu’à contribuer à "l’amélioration de la qualité des services fournis".

- Le ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a indiqué que les professeurs, en tant que cadres du corps enseignant des Académies régionales d'éducation et de formation, jouissaient de tous les droits dont bénéficient le personnel des administrations publiques, y compris ceux liés à la protection sociale. Lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers, Amzazi a souligné que les droits de cette catégorie concernent notamment la couverture des risques d'accidents du travail, les maladies professionnelles, l'intégration du régime de retraite, de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale, ainsi que de la couverture médicale, entre autres.