eMouaten : Bulletin de Veille


Par MAP le Jeudi 30 Janvier 2020

Maroc. Revue de presse du jeudi 30 janvier 2020




Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Le Matin :
• Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, a accordé Sa grâce royale exceptionnelle à un ensemble de détenus africains, condamnés par les différents Tribunaux du Royaume. Ces personnes sont au nombre de 201 détenus. Cette honorable grâce s’inscrit dans le cadre de l’approche humaine de Sa Majesté en s’inspirant de la démarche de clémence et de miséricorde de son grand-père le Prophète Mohammed – Que les salutations et les bénédictions d’Allah soient sur lui- pour des raisons humanitaires au profit des détenus âgés ou souffrant de maladies. Cette grâce royale est aussi un encouragement pour ceux qui ont fait preuve d’une bonne conduite et d’un bon comportement durant la période de l’exécution de leur peine infligée, en respectant les lois et les normes mises en vigueur, et qui ont répondu favorablement aux programmes de réadaptation et de réinsertion.
• Le commerce en ligne explose au Maroc. Une grande opportunité de croissance pour le marché du colis, dont Barid Al Maghrib (Poste Maroc) entend bien bénéficier. C’est ainsi que l’entreprise publique a décidé de créer une nouvelle filiale « Chrono Diali », dotée d’un capital de 30 millions de DH. Il s’agit d’une joint-venture détenue à hauteur de 51% par Barid Al Maghrib et à 49% par Geopost, la branche du groupe français La Poste dédiée à la livraison de colis express à travers le monde.

L’Economiste:
• La course contre la montre est enclenchée pour certains chefs d’entreprises. Depuis le 1er janvier 2020, un nouveau business est en train de fleurir. De nombreuses sociétés créées en 2019 sont actuellement proposées à la vente. En effet, lorsque le projet de loi de finances 2020 a été rendu public, certains opérateurs, ayant appris que l’exonération quinquennale de l’IS exportateur allait être supprimée, ont voulu s’accrocher à l’incitation fiscale. Pour cela, il fallait créer sa société et réaliser sa première opération à l’export avant le 31 décembre 2019. Au-delà, c’est le tarif de l’IS de droit commun qui s’applique. Cette perspective a inspiré des conseils pour créer des sociétés dans le but de réaliser une première exportation avant fin 2019 dans le seul but de les céder.
• Selon le président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), Othman Benjelloun, « les indicateurs financiers et de performance du secteur bancaire marocain ont reflété sa solidité et sa résilience en tant que pilier de l’économie nationale et africaine ». C’est ainsi qu’au cours de ces 2 dernières décennies, les capitaux propres des banques ont été multipliés par 8 pour atteindre 130 milliards de DH en 2018. Les ressources clientèles, en s’établissant à 920 milliards de DH, sont 7 fois plus importantes qu’il y a 20 ans. En outre, le volume des crédits à l’économie à 900 milliards de DH, est 12 fois supérieur à celui de 1999. Le réseau d’agences bancaires, avec plus de 7.800 unités, est 4 fois plus dense.

Aujourd’hui Le Maroc :
• Bank Al-Maghrib (BAM) fini par lâcher du lest concernant le taux directeur ou… presque. Le pays se retrouve, en effet, dans une situation inédite avec pratiquement deux taux directeurs appliqués par les autorités monétaires. En plus du taux directeur officiel de 2,25% resté inchangé depuis le dernier conseil d’administration fin 2019, un autre taux préférentiel sera appliqué pour les crédits d’investissement d’à peine 1,25% pour les banques qui devraient à leur tour accorder des crédits aux investisseurs. Concrètement, l’Etat va mettre en place un mécanisme de refinancement illimité par BAM de tous les crédits bancaires, qu’il s’agisse de crédits d’exploitation ou d’investissement.
• La réunion du Conseil d’Administration de l’Agence nationale des Ports (ANP), tenue récemment à Rabat, a porté sur l’examen des projets de budgets ainsi que des principaux axes du plan d’action de l’Agence au titre de l’année 2020. Ces axes concernent la consolidation du système de régulation, l’achèvement de la réalisation des grands projets structurants et la mise en place des chantiers de digitalisation et de dématérialisation, indique un communiqué de l’ANP, notant que lors de cette session, le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, président du Conseil d’Administration, a souligné l’importance de la poursuite des efforts d’investissement programmés pour la période 2020-2022 pour une enveloppe de 3,6 milliards de dirhams (MMDH). En termes de prévisions budgétaires, le chiffre d’affaires de l’Agence au titre de l’année 2020 franchira le cap de 2 MMDH, soit un rebond avoisinant 13 % par rapport aux prévisions de réalisation de l’année 2019, selon la même source.

Al Bayane :
• L’Aéroport international Mohammed V de Casablanca connaît, à l’instar des aéroports et ports des autres pays, un durcissement des mesures de prévention pour la détection de tout cas de coronavirus, en particulier chez les passagers en provenance de Chine. Ainsi, dès l’arrivée d’un vol en provenance de Pékin mardi soir, les autorités sanitaires ont lancé les procédures, dispositifs et autres mesures stricts pour contenir tout cas épidémiologique et viral potentiel à cette principale entrée au Royaume. Ils s’inscrivent dans le cadre de la décision prise par le ministère de la santé se rapportant à l’activation du contrôle et de la surveillance au niveau des aéroports et ports internationaux et ce, afin de détecter de manière précoce toute infection par ce virus.
• La création des dispositifs territoriaux intégrés de la protection de l’enfance occupe une place importante dans les programmes et les activités relatifs à la mise en œuvre de la politique publique intégrée pour la protection de l’enfance, a souligné mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani. S’exprimant lors d’une rencontre consacrée au lancement du dispositif territorial intégré de la protection de l’enfance (DTIPE), El Otmani a affirmé que le gouvernement vise à développer le système de protection de l’enfance au Maroc, ajoutant, à cet égard, que la création de dispositifs territoriaux pour la protection de l’enfance « s’inscrit dans le cadre du chantier de réforme et de gouvernance du système de la protection sociale entamé par le gouvernement ». Les enfants nécessitent tout le soin et l’attention eu égard au nombre de contraintes qui « nous poussent à revoir les politiques et les programmes de manière à promouvoir l’enfance et la protéger », a-t-il relevé.

L’Opinion :
• Moment très attendu du public féru du diagnostic de la situation économico-sociale du pays, le passage du premier président de la Cour des Comptes au parlement est un véritable trésor en matière d’informations. Sous l’amas de nouvelles, souvent mauvaises, divulguées mardi par Driss Jettou, se dessine un tableau gris et inquiétant sur les défaillances et dysfonctionnements qui entachent les activités publiques dans des secteurs névralgiques. De la réforme des caisses de retraite au redressement du régime de l’AMO, passant par l’épineux problème des déclarations de biens et de patrimoine ou celui de la faillite annoncée de l’audiovisuel public. • Quelque 221.000 élèves appartenant à 2.278 établissements scolaires ont été sensibilisés aux dangers de l’addiction à la drogue, lors de l’année scolaire en cours, a indiqué le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb. En réponse à une question orale relative au « trafic de drogue parmi les élèves », présentée par le groupe Justice et Développement à la Chambre des conseillers, Boutayeb a affirmé que depuis le début de l’année scolaire 2019-2020, plusieurs campagnes ont été lancées pour sensibiliser les élèves des établissements scolaires publics sur les dangers des stupéfiants, en particuliers les substances chimiques. Boutayeb a également affirmé que les comités provinciaux de sûreté tiennent des réunions hebdomadaires, au début de chaque nouvelle année scolaire, consacrées à la sécurisation du périmètre des établissements scolaires, dans le but de protéger les élèves contre la consommation de drogues et contre tout comportement délinquant.

Libération :
• La Cour des comptes recommande l’élaboration d’une nouvelle vision de l’investissement public qui puisse contribuer à une croissance équilibrée et inclusive, génératrice d’opportunités d’emplois et d’amélioration de revenus, compte tenu des normes de performance, de rendement et de bonne gouvernance, a indiqué le premier président de cette institution, Driss Jettou. Présentant un exposé sur les activités des juridictions financières au titre de 2018, Jettou a souligné que cette recommandation découle du constat selon lequel, en dépit des efforts consentis dans le domaine des infrastructures publiques, ces actions n’ont pas permis de réduire les inégalités sociales et les disparités territoriales, ni induit une véritable amélioration des indicateurs de développement humain.
• La Chambre des représentants a signé une convention-cadre de partenariat et de coopération scientifique avec le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le ministère délégué chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et les universités publiques afin de promouvoir la recherche scientifique en matière d’études parlementaires. Cette convention quadripartite qui regroupe notamment les universités Mohammed V, Hassan II, Sidi Mohamed Ben Abdellah, Cadi Ayyad, Mohammed 1er, Moulay Ismail, Abdelmalek Essaâdi, Ibn Tofaïl, Ibn Zohr, Chouaib Doukkali, Hassan 1er et l’université Sultan Moulay Slimane, vise à encourager la recherche scientifique, la formation des étudiants chercheurs ainsi que la mise à disposition de compétences en vue de prodiguer des consultations relatives à l’action parlementaire.

Akhbar Al Yaoum :
• La visite effectuée mardi à Meknès par une délégation officielle, composée de ministres et de hauts responsables, a laissé sous-entendre qu’un hôpital dédié au Coronavirus, sera mis en place, en cas d’apparition de ce virus au Maroc. Composée notamment du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, et du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, la délégation a visité le centre hospitalier Sidi Saïd, en réhabilitation depuis plus de deux ans. Des sources locales ont indiqué qu’il s’agit seulement de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux en vue d’une réouverture prochaine de cet hôpital. Sauf que la présence du ministre de l’Intérieur et le timing de ce déplacement, qui intervient juste après la réunion du travail tenue au Cabinet royal au sujet du Coronavirus, renforcent la théorie selon laquelle l’hôpital accueillerait les personnes éventuellement atteintes du virus.
• Au moment où les « enseignants contractuels » sont engagés dans une grève de 3 jours assortie d’une marche organisée mercredi, pour protester contre « la sourde oreille » du gouvernement, le ministère de l’Education nationale vient d’annuler une rencontre qui devait se tenir jeudi avec les syndicats du secteur les plus représentatifs. Cette rencontre était consacrée à la discussion de nombreuses questions, dont le cas des « Contractuels ». A cet effet, le Secrétaire général du Syndicat national de l’Education s’est dit étonné du report de cette réunion sans aucune raison valable. Par ailleurs, une source du ministère a fait savoir que l’annulation de cette rencontre n’a aucun lien avec les protestations des « contractuels », notant qu’il s’agit plutôt d’un changement dans le planning du ministre.

Al Massae :
• « Les régimes de retraites se dirigent vers la faillite », a indiqué le Premier président de la Cour des comptes, Driss Jettou, faisant savoir qu’ils souffrent d’une situation critique qui nécessite une intervention décisive afin d’accélérer la cadence de la réforme et, ainsi, éviter l’épuisement des réserves. Jettou a également averti lors de son exposé devant les Parlementaires des deux chambres que « la question de paternité des régimes de retraites reste d’actualité », notant que le déficit du régime des pensions civiles des caisses de retraites a atteint 5.24 milliards de dirhams à fin 2019.
• L’inspection générale de la CNSS mène une enquête sur des dossiers de remboursement de certains employés d’une clinique privée très connue de Casablanca. Et pour cause: Ces dossiers sont suspectés d’infractions. Pour les services de la CNSS, ces dossiers peuvent contenir des actions médicales fictives, en raison notamment de leurs tarifs très élevés, indiquent des sources du quotidien, précisant qu’il s’agit d’un réseau où s’activent des employés, des médecins et des pharmaciens, qui élaborent des dossiers fictifs, contenant des interventions médicales et des médicaments fictifs pour se faire rembourser.

Al Alam :
• En 2019, les ventes de ciment ont considérablement régressé de 6% en comparaison avec les prix enregistrés entre 2010 et 2011, et ce, malgré une légère augmentation de 1,8% durant cette année. Les ventes du ciment se sont chiffrées à 13,5 mille tonnes durant l’année 2019, indique la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, notant que l’encours des crédits alloués au secteur immobilier s’est accru de 3,2% à fin novembre 2019. Selon des experts de l’immobilier, la stagnation du secteur de l’immobilier durant les 7 dernières années et la chute du pouvoir d’achat seraient derrière la baisse des ventes du ciment.
• Le renforcement de la coopération bilatérale dans divers domaines, notamment les questions sécuritaires et d’intérêt commun a été au centre d’entretiens, à Rabat, entre le directeur général de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) et de la Direction de la surveillance du territoire national (DGST), Abdellatif Hammouchi et son homologue mauritanien, Mohamed Ould Makt. Les deux responsables ont principalement abordé les défis et les risques auxquels la région du Sahel et du Sahara est confrontée, la diversification des domaines de coopération, notamment la sécurisation des postes frontaliers communs, la lutte contre les différentes formes de la criminalité organisée transnationale ainsi que l’échange d’expérience et d’expertise entre les deux pays.

Al Ahdath Al Maghribia :
• Le ministère de l’intérieur a distribué des téléphones satellites pour plusieurs douars menacés d’isolement à cause des chutes de neige, a fait savoir Noureddine Boutayeb, notant que cette initiative a pour but de maintenir le contact avec ces habitants. En réponse à une question sur les mesures prises pour faire face aux conditions difficiles de vie des habitants des zones enclavées, Bouateyb a précisé, à la Chambre des Conseillers, que son département a distribué 150 téléphones satellites au profit des douars menacés d’isolement lors des chutes de neige. • La difficulté d’accès des jeunes entrepreneurs aux financements bancaires est due à l’absence des garanties exigées par les banques, de la politique de proximité et de l’accompagnement, a indiqué le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri. S’exprimant à l’occasion d’un séminaire organisé par la Chambre des représentants sur le financement de l’économie nationale, Jouahri a évoqué l’organisation durant la dernière décennie de campagnes régionales d’écoute et de sensibilisation en faveur des TPME. Ces campagnes avaient pour but de sensibiliser les entrepreneurs sur les modalités d’accès au financement bancaire, a-t-il précisé, notant dans ces rencontres ont démontré que le problème ne réside pas seulement dans la problématique du financement mais aussi dans d’autres revendications qui restent loin des intérêts des banques.

Rissalat Al Oumma : • La Direction des Mosquées, relevant du ministère des Habous et des affaires islamiques a reçu le Certificat ISO 9001-2015, relatif au système de qualité. Le système de gestion de qualité ISO 9001-2015 est une norme mondiale conçue et mise en place afin de développer le système de gestion de la qualité dans les secteurs privé et public. Intervenant à cette occasion, le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Taoufiq, a souligné l’importance de la qualité au sein de l’Administration publique comme pilier pour l’efficacité et l’efficience des services publics, à travers ses multiples actions de modernisation. « Ces actions et stratégies nationales pour le développement de l’Administration publique au Maroc ont été mises en place afin de consacrer la transparence entre l’Administration et le citoyen, assurer une administration moderne, renforcer les principes de gouvernance et consolider les fondements de la gestion axée sur les résultats », a-t-il déclaré.
• Au terme de l’année 2018, l’encours de la dette du Trésor s’est établi à 722,6 milliards DH, en hausse de 30,3 milliards DH ou 4,4% par rapport à fin 2017 (692,3 milliards DH), a indiqué la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) relevant du ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration. Malgré cette hausse, le rythme de progression de l’endettement s’est inscrit dans une trajectoire descendante avec une baisse de plus de moitié entre 2017 et 2018 comparée à une progression annuelle moyenne de 9,1% entre 2010 et 2017, explique la DTFE qui vient de publier une synthèse du rapport de la dette publique au titre de l’année 2018. Rapporté au PIB, l’encours de la dette du Trésor s’est établi à 65,3% à fin 2018 contre 65,1% à fin 2017, souligne le même source, notant que ce ratio a atteint 51,9% au titre de la dette intérieure et 13,4% au titre de la dette extérieure contre respectivement 50,7% et 14,4% à fin 2017.

Al Ittihad Al Ichtiraki :
• Le système bancaire national a atteint un stade de maturité lui permettant de se placer au cœur de la dynamique de financement du développement, a souligné le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki. S’exprimant lors d’un séminaire national sur le financement de l’économie nationale initié sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, M. El Malki a indiqué que les banques marocaines sont aujourd’hui en mesure de prendre des participations dans les grandes entreprises, de contribuer à la gestion des risques et à la consécration de la bonne gouvernance dans le monde entrepreneurial, mais aussi en matière de formation et de rapatriement des projets. L’économie nationale gagnera à favoriser l’accompagnement bancaire des petites entreprises et des PME, surtout celles tournées vers les métiers de l’avenir, l’économie verte et l’exportation, a-t-il relevé, estimant qu’il importe pour les banques de s’ouvrir et de communiquer davantage puisqu’elles sont au cœur de la nouvelle étape dans laquelle s’engage le Royaume. • La région de Casablanca-Settat et la Wallonie ont signé, mardi à Namur, un accord qui définit les domaines prioritaires de leur coopération et les initiatives planifiées pour l’année 2020. En vertu de cet accord, les deux parties conviennent de concentrer leurs efforts dans les domaines de la formation et l’insertion socioprofessionnelle, l’agroalimentaire, le développement durable et les énergies renouvelables, ainsi que la gouvernance dans le sillage de la mise en œuvre par le Maroc du chantier de la régionalisation avancée. Dans une déclaration à la presse, Di Rupo a souligné que « cet accord est dans le plus grand intérêt à la fois du Maroc et de la Belgique et des régions de Casablanca-Settat et de la Wallonie ». Le ministre-président de la Wallonie a relevé l’importance pour les régions d’avoir des relations institutionnelles de coopération et d’échange parce que « les régions ont une connaissance plus approfondie des besoins des populations et de la réalité sur le terrain ». Il s’agit, selon Di Rupo, d’ »une diplomatie régionale efficace que nous entretenons et renforçons au service des deux régions et des deux pays ».

Bayane Al Yaoum :
• Le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement, El Hassan Abyaba, et la présidente de l’Université Hassan II de Casablanca (UH2C), Aawatif Hayar, ont signé une convention de coopération qui vise à faciliter et à encadrer les relations de coopération entre les deux partenaires dans le cadre de la 26ème édition du salon international de l’édition et du livre (SIEL 2020). Ainsi, l’UH2C veillera à la mobilisation des étudiants pour prendre part au programme culturel du SIEL, à l’animation de conférences par des enseignants de l’UH2C, à l’engagement des étudiants de l’Université à l’opération « Qra Tewsel » et à l’encadrement de certaines activités du SIEL 2020, prévu du 6 au 16 février prochain à Casablanca. Le département de la culture s’engage, pour sa part, à assurer le transport des étudiants de l’UH2C à destination et en provenance du SIEL, à octroyer des attestations de participation aux étudiants participant aux différentes activités du Salon et à réserver deux créneaux du programme général du Salon aux conférenciers de l’UH2C. A cette occasion, El Hassan Abyaba a indiqué que cette convention s’inscrit dans le cadre de l’ouverture du ministère sur son environnement, particulièrement le monde universitaire. • L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) a lancé, depuis le 17 janvier 2020, la campagne de vaccination de rappel pour les bovins contre la fièvre aphteuse (FA) associée à l’opération d’identification des bovins non identifiés sur tout le territoire national, indique un communiqué de cet établissement. Parallèlement, l’Office a lancé une campagne préventive de vaccination généralisée du cheptel ovin contre la clavelée et la peste des petits ruminants (PPR) et du cheptel caprin contre la PPR, ajoute le communiqué. Ces campagnes interviennent dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de l’ONSSA pour la lutte contre les maladies animales contagieuses et visent principalement le renforcement de l’immunité du cheptel national vis-à-vis de ces trois maladies animales (la fièvre aphteuse, la clavelée, et la peste des petits ruminants) qui ne sont pas transmissibles à l’homme.