Menu
           

Le digital va devenir le premier canal de diffusion des journaux


Mercredi 14 Mars 2018




Malgré le changement d'algorithme de Facebook qui diminue la part des « news » dans son fil d'actualité, les ventes numériques des principaux titres de la presse quotidienne nationale (PQN) se portent bien.

Pour certains d'entre eux, elles vont même très bien : entre janvier 2017 et janvier 2018, « Le Figaro » a ainsi vu le nombre de ses abonnés numériques passer de 58.820 à 84.252 (+30 %), quand « Le Monde » a connu lui une hausse de 24 % (124.000 abonnés, contre 100.000), selon les chiffres publiés par l'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM).

« Le Monde » vient même de passer un cap symbolique : les abonnements numériques forment désormais sa première source de diffusion payante, devant les abonnements à la version papier (86.000) et les ventes en kiosque (37.500). Le quotidien « Les Echos », qui enregistre une hausse de 8,4 % sur ses abonnements numériques en 2017 (41.228 au total), devrait être le prochain à opérer  cette bascule qu'il prévoit cette année . Plus en retrait, « Libération » progresse de 15 % à 9.900 abonnés numériques.

Un tiers des ventes en janvier

« On arrive aujourd'hui à une situation de maturité de ce mode diffusion, observe Philippe Rincé, directeur général de l'ACPM. Pour les lecteurs, le numérique apporte une valeur ajoutée : un prix abordable pour un produit comparable, une « délivrance » bien plus précoce [la plupart des titres de PQN mettent leur version numérique au format PDF en ligne dès 22h30, NDLR] et un confort de lecture. »

Si les ventes numériques individuelles des grands quotidiens connaissent une telle progression - elles représentent plus de 30 % de la diffusion payée en France en janvier -, c'est aussi en raison de la très forte actualité de 2017, marquée par l'élection présidentielle et l'affaire Fillon.

Les principaux titres de la PQN, des « précurseurs vis-à-vis de la presse en général, notamment en termes de marketing », dit Philippe Rincé, récoltent les fruits d'un chantier entamé il y a plusieurs années.

Une audience volatile

Les abonnements numériques seront-ils le principal canal de diffusion de la presse à terme ? « Il semble que nous soyons dans ce moment-là, juge Philippe Rincé. Mais qu'est-ce que recouvrera la diffusion numérique dans quelques années ? Aujourd'hui le journal en PDF est un argument marketing majeur, mais demain l'offre évoluera peut-être vers des produits plus spécifiques. »

L'autre grand défi des quotidiens est également de parvenir à retenir une audience très volatile, avec des taux de désabonnements supérieurs à 30 % pour tous les journaux. La solution pourrait venir des nouvelles offres éditoriales, depuis les newsletters aux nouveaux formats, comme les podcasts par exemple.



Source : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0301426...




View my Flipboard Magazine.