Menu
           

La réforme des soins de santé primaires va bon train


Vendredi 19 Octobre 2018 Par ALM




La réforme des soins de santé primaires va bon train
S’étendant sur une durée de 36 mois, ce projet  a  mobilisé un budget de 877.279 euros, dont 800.000 euros de subventions de l’UE.
Le Projet d’appui à la réforme des soins de santé primaires (PAR-SSP) qui est actuellement dans sa troisième année de mise en œuvre enregistre des résultats significatifs. Rappelons que ce projet est piloté par le ministère de la santé en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Union européenne. S’étendant sur une durée de 36 mois (mars 2016 à février 2019), ce projet  a  mobilisé un budget de 877.279 euros, dont 800.000 euros de subventions de l’UE. Il a ainsi pour objectif d’améliorer l’organisation et la gestion des établissements de soins de santé primaires «ESSP» et de renforcer les compétences techniques et managériales des responsables et des professionnels de santé opérant à ce niveau de soins.
La finalité étant d’améliorer l’accès équitable de la population à des soins de qualité, en perspective d’une couverture sanitaire universelle.  Plusieurs résultats  ont déjà été atteints, notamment le développement d’un modèle de circonscription sanitaire ; la conceptualisation et le pilotage de  la gestion de la relation clientèle au niveau des centres de santé urbains et ruraux pilotes et le développement des outils de l’accréditation des centres de santé. Parmi les autres résultats enregistrés figure l’appui au programme de formation en «santé de famille/ santé communautaire» au niveau de l’Ecole nationale de santé publique au profit du personnel médical et au niveau des Instituts supérieurs des professions infirmières et techniques de santé « ISPITS » au profit du personnel infirmier. Grâce à ce projet, il a été procédé au renforcement des capacités managériales des responsables des établissements de soins de santé primaires ainsi qu’à la redéfinition de la mission et du rôle des Services du réseau des établissements de santé (SRES).  On notera également le développement d’un programme de formation des médecins chefs des SRES et la formation de l’ensemble des chefs des SRES sur leur nouvelle mission.
Toujours dans le cadre de projet, un guide pratique pour l’évaluation et la prise en charge du risque cardio-vasculaire a été élaboré. Pour assurer une bonne gouvernance du projet, un comité de pilotage a été mis en place par décision du ministère de la santé, ainsi qu’un comité de suivi au niveau de la région pilote, à savoir Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Pour atteindre ces différents objectifs, le projet a mobilisé  des expertises techniques nationales et internationales  autour de trois axes d’intervention. Le premier porte sur la restructuration et le repositionnement des soins de santé primaires au sein du système de santé.  Le second   a trait au renforcement des capacités des professionnels des établissements de soins de santé primaires. Enfin le troisième axe s’articule autour du renforcement de la coordination des interventions des différents acteurs autour des déterminants sociaux de la santé et le développement de la participation communautaire.


Source




View my Flipboard Magazine.