MAP le Jeudi 13 Février 2020

La radio, ce vieil ami qui ne vieillit pas




Lorsqu’une chose a une grande valeur émotionnelle, il est difficile de s’en séparer et ça l’est encore plus encore s’il s’agit d’un objet offert par une personne spéciale, s’il évoque un souvenir, fait penser à une personne ou rappelle un épisode de la vie. C’est le cas de Hassan, un sexagénaire, qui garde encore un radio-cassette vieux de 35 ans et qui fonctionne encore. “Avec mon premier salaire de service civil, je me suis procuré un radio-cassette coûteux, d’une marque japonaise très connue”, confie-t-il à la MAP.

En noir et en gris, cet appareil de forme rectangulaire aux coins anguleux comporte de nombreux éléments en alliage: cerclage des haut-parleurs, boutons et commutateurs , a-t-il décrit.

“M’ayant accompagné depuis la mi-vingtaine jusqu’à aujourd’hui, cet appareil a une valeur sentimentale pour moi”, ajoute M. Hassan, détaillant qu’il a été témoin de plusieurs événements marquants dans sa vie personnelle et professionnelle, particulièrement sa transition du célibat à la vie de mari et de père sans oublier les changements d’adresse et d’emploi.

“Plusieurs occasions se sont présentées et j’aurais pu vendre cet appareil, mais j’ai refusé”, raconte le sexagénaire, qui n’a pas pu se détacher de son radio-cassette, reconnaissant envers cet ami qui lui a ouvert les portes du monde.

“Grâce à cette radio-cassette, j’ai écouté de la musique, j’ai eu accès à l’information et pu capter des émissions diffusées sur des chaînes radio marocaines, des chaînes internationales, notamment France inter et BBC, ainsi que des chaînes arabes, en particulier égyptiennes et palestiniennes”, se rappelle-t-il avec nostalgie.

Âgé de plus de 100 ans, le média radio au charme unique, continue de bénéficier des progrès techniques en développant plusieurs types (radio à transistor, radio-cassette, radio à piles..) et plusieurs fonctionnalités, résistant ainsi à l’épreuve du temps. Au niveau du contenu, la radio n’a cessé d’enrichir et de multiplier son contenu afin de toucher un public, de plus en plus exigeant et surtout de plus en plus diversifié. Notamment au Maroc, le paysage radiophonique se caractérise par l’existence d’une pléiade de stations de radio, surtout après la libéralisation des ondes en 2006.

D’après le site de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), ce paysage est composé de 16 services de radio du pôle public et 23 services de radios du secteur public. Sur la fiche de présentation de chaque station radio, on peut effectivement toucher cette diversité, puisqu’on trouve des radios à caractère aussi bien régional que multi-régional ou national. On trouve en outre, selon la programmation, des radios généralistes et des radios thématiques (musicale, religieuse…).

Par rapport aux préférences du public marocain, la radio Mohammed VI du Saint Coran, radio à thématique religieuse, reste la plus écoutée parmi toutes les stations confondues (privées et publiques), avec plus de 14,80% de part d’audience, selon la dernière enquête de Radiométrie Maroc, au titre du 4e trimestre 2019 (d’octobre à décembre 2019).

Tandis que Medradio, une radio qui propose une programmation diversifiée, est toujours en tête des radios privées, avec 12,56% de part d’audience un jour moyen de semaine (du lundi au vendredi), et avec une part de 10,36% durant le weekend, ajoute-t-on de même source. C’est dans cette même veine, que l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) invite, les stations de radio à promouvoir la diversité, non seulement sur les ondes mais également dans leur salle de rédaction, et ce à l’occasion de la Journée mondiale de la radio (JMR) 2020, lit-on sur le site de l’UNESCO.

Cette édition de la JMR, met l’accent sur trois sous-thèmes, à savoir plaider en faveur du pluralisme dans le paysage radiophonique avec un mix de radiodiffuseurs publics, privés et communautaires, encourager la diversité dans les salles de rédaction avec des équipes reflétant les divers groupes de et représentations de la société ainsi que promouvoir la diversité éditoriale et la diversité des programmes reflétant la variété des audiences, fait savoir la même source.

Proclamée en 2011 par les États membres de l’UNESCO et adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2012 en tant que Journée internationale, le 13 février est devenue la Journée mondiale de la radio, spécifie le site.

Cette journée a pour objectif de sensibiliser davantage le public et les médias à l’importance de la radio, indique le site des Nations-Unies.

Elle vise notamment à encourager les décideurs à développer l’accès à l’information par le biais de la radio et à renforcer la mise en réseau et la coopération internationale entre radiodiffuseurs, note la même source.