Menu
           

La Culture culinaire marocaine, histoire, sémiotique et communication (Meknès, Maroc)


Lundi 10 Septembre 2018 Par escola@fabula.org (Marc Escola)




La Culture culinaire marocaine, histoire, sémiotique et communication Depuis le siècle dernier, le culinaire commence à intéresser de plus en plus les sciences humaines. Si dans les travaux de Claude Lévi-Strauss (1964), Mary Douglas (1966) passant par ceux de l’Ecole des annales (Jean-Louis Flandrin comme exemple (1983, 1986, 1992) et les essais de Roland Barthes (1957, 1970), de Greimas (1983), de Jean-Jacques Boutaud (2004, 2007) et de la sémiotique italienne (Grignaffini 2004 et Marrone 2016), la nourriture a offert un stimulant objet de réflexion, c’est parce que le manger et boire constituent le creuset de nombreuses valeurs et réalités relatives aux mentalités, à l’histoire des idées, aux mythes d’aujourd’hui et à la communication humaine en général. Lorsqu’il s’agit d’interroger les sciences humaines à propos d’une culture culinaire aussi riche que diversifiée comme l’est la culture marocaine, les choses deviennent très intéressantes. Nul ne peut nier dans le monde la richesse, la diversité et la variété vertigineuse de cette cuisine. Nul ne peut ignorer non plus que cette richesse est millénaire, car formée de plusieurs cultures qui ont marqué la culture marocaine et qui forment désormais son identité: la culture culinaire amazyghe, la culture culinaire judéo-marocaine, la culture culinaire andalouse, la culture culinaire marocaine du sud et du sahara ainsi que les autres cultures culinaires turque, moyen-oriental, asiatique, européenne et américaine. Ce cinquième congrès sur la culture culinaire marocaine voudrait créer l’occasion de s’interroger sur les signes et les significations de cette culture en histoire, en anthroplogie, en littérature, en communication et entreprenariat. S’interroger sur les signes et les significations de cette culture revient à ce que Umberto Eco qualifiait de sémiotique efficace ; nous savons maintenant depuis les tentatives de Barthes et de Greimas jusqu’aux travaux très concluants des sémioticiens italiens comme Grignaffini, Marrone et d’autres que la nourriture est un langage qui signfie en même temps qu’il communique des valeurs et modélise nos rapports et notre façon de penser. Quelles sont les valeurs liées à certains plats phares de la cuisine marocaine? et comment peut-on approcher sémiotiquement cette cuisine de façon à fixer certaines constantes de la culture marocaine même? Le second axe voudrait explorer cette culture culinaire à travers l’Histoire. En effet de nombreux ouvrages existent encore sous forme de manuscrits et méritent d’être exhumés pour révéler au grand public comment certains plats avaient connu leur âge d’or à certaines époques et comment d’autres se sont complètement éteints. Où en est l’historiographie culinaire depuis l’heureuse initiative de Benchekoun (1989) qui a exhumé un ouvrage phare de la cuisine andalouse du XIIIème siècle andaloux, celui de Tagibi et depuis des travaux prometteurs comme ceux de Abdelahad Sebti (1999)? Comment un renouveau historiographique de la question peut-il nous aider à mieux découvrir le patrimoine culinaire amazyghe, andalou, judéo-marocain, sahraoui, etc.? Le troisième axe tourne autour de la façon dont est écrite et communiquée cette culture culinaire, en littérature, en littérature sépcialisée ou à travers d’autres supports comme la photographie, la peinture ou les médias. Il s’agit de s’interroger sur les représentations de cette cuisine et sur leur évolution. Le dernier axe nous invite à réfléchir sur les diverses façons existantes et à venir pour la promotion de cette culture culinaire et pour mieux la faire découvrir en mettant à contribution des intellectuels, des entrepreneurs, des industriels et des décideurs. Axes du Congrès 1. La culture culinaire marocaine dans sa diversité amazyghe, judéo-marocaine, andalouse, sahraouie 2. Histoire culinaire, Etudes bibliographiques et historiques 3. Histoire culinaire et histoire des idées 4. Sémiotique culinaire, histoire théorique et méthodologie 5. Communication de la culture culinaire 5.1. Communication culinaire et littérature générale ou spécialisée 5.2. Culture culinaire et cinéma, peinture photographie ou médias 6. La culture culinaire marocaine et l’entreprenariat 6.1. Communication de la culture culinaire marocaine et marketing 6.2. Politiques pour promouvoir la culture culinaire marocaine * Calendreir 30 septembre 2018 : Date limite d'envoi des propositions de communication avec notice biographique. 05 Octobre : notification d'acceptation, de modification ou de rejet des propositions. 15 octobre : programme et confirmation des participations. 15/16 novembre 2018 : tenue du congrès à la Faculté des Lettres de Meknès. 30 Décembre : envoi des articles pour lecture en double aveugle. Octobre 2019 Publication en volume des articles retenus. * Responsable Mohamed Bernoussi Groupe marocain de sémiotique et association marocine de sémiotique barnoussim@ymail.com

Source : http://www.fabula.org/actualites/la-culture-culina...




View my Flipboard Magazine.