le Jeudi 1 Octobre 2020

L’agence officielle de presse algérienne, APS, prise en flagrant délit de mensonge



N’en déplaise à l’APS, l’ONU a bel et bien rappelé le polisario à l’ordre c’est ce qui ressort de la déclaration ferme et limpide faite le 24 septembre 2020 par le Porte-Parole adjoint du Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur Farhan Haq,lors de son point de presse quotidien, comme l’atteste la transcription officielle de cette conférence presse, publiée sur le site officiel des Nations-Unies.


Oui, l’ONU a sommé les polisariens de ne point tenter de bloquer la circulation civile et commerciale régulière dans cette zone frontière entre le Maroc et la Mauritanie, qu’est Guerguerat.

Mais voilà que face à ce langage fort du Secrétaire Général de l’ONU, réitéré une nouvelle fois par son Porte-Parole New York, les autorités algériennes et le polisario ont cru bon de crier au mensonge en accusant faussement l’Agence marocaine de presse (MAP) d’avoir inventé cette réaction, sous prétexte qu’elle ne figure nul part sur le site officiel des Nations-Unies.

Faudrait-il encore savoir comment avoir accès au site officiel de l’ONU, mieux encore avoir l'honnêteté pour les reprendre. Les faits sont têtus. Ils ne peuvent être occultés ou brouillés par un communiqué polisarien alliant rhétorique complotiste et victimaire ni par une dépêche tressée à Alger délaissant les faits au profit de la fiction.

Face à cette vérité, Alger et son pantin polisarien ont préféré opposer un scepticisme alliant mensonges, mépris et répugnance. De quoi être la risée des novices en journalisme.

Ce qui explique la précipitation de la fumeuse agence de presse officielle algérienne, l’APS, la voix de ses maîtres algériens, à venir en aide au polisario, en perdition et ressassant sa sempiternelle stratégie de diversion au sujet de Guerguerat, dans une poussée propagandiste ridicule.

Toute honte bue, l’APS étale une ignorance pathétique des arcanes des Nations-Unies et de sa communication aussi habile que bien huilée. Et pour cause ! A la botte du pouvoir algérien, l’APS a reçu l’ordre de cracher son fiel et crier au complot. La rhétorique stérile et désuète est ainsi distillée. Il n’y a point de temps ni de place, et encore moins d’éthique ni de bonne foi, pour recueillir et diffuser l’information fiable auprès de la source autorisée qu’elle semble avoir du mal à retrouver sur le web.

La déclaration du Porte-Parole adjoint du Secrétaire Général de l’ONU est celle-ci : « La circulation civile et commerciale régulière ne doit pas être obstruée et aucune mesure ne doit être prise, qui pourrait constituer une altération du statu quo de la zone tampon ». Et c’est là où l’Algérie et le polisario peinent à digérer le message clair et sans équivoque des Nations-Unies, à quelques semaines du renouvellement par le Conseil de Sécurité du mandat de la MINURSO.

Une totale déconfiture des autorités algériennes et des polisariens qui a fait que, le 30 septembre 2020, les terropolisariens ont décidé de suspendre leur projet de bloquer le poste frontière de Guerguerat et de ramener à Rabouni le convoi à destination du passage frontalier maroc-mauritanien.

Une décision qui n’a pas été au goûtdu clan de l’algérien Mohamed Ould Bouhali qui ne désespère pas de reprendre les armes contre le Maroc, qui a ordonné à un autre convoi de se rendre de Rabouni vers Guerguerat avec pour objectif de paralyser la circulation entre deux Etats souverains que sont le Maroc et la Mauritanie.

Au fait, les autorités algériennes feraient mieux de s’occuper de la pandémie du COVID-19, de la prolifération du moustique tigre et de la prochaine invasion de criquets pèlerins sans oublier la crise économique dans laquelle elles se démènent sans résultat.

Farid Mnebhi
Farid Mnebhi est un écrivain marocain, licencié Physique, titulaire d'une maîtrise en sciences... En savoir plus sur cet auteur