eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
Ibtissam Benchanna | Reproduit ici le Mardi 23 Avril 2019 à 16:58

Immobilier. Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger : les quartiers qui ont la cote




Des habitants de certains quartiers de Casablanca dont le centre-ville, 2Mars, Gauthier,Ghandi…chosissent de s’installer à Bouskoura ou Dar Bouazza. Rabat a vu la naissance d’un nouveau quartier, l’Orangeraie, qui attire nombre de hauts cadres. A Marrakech et Tanger, le marché se redynamise légèrement. Les promoteurs se livrent une concurrence rude pour satisfaire cette demande. Il faut savoir qu’elle ne se limite plus au logement, mais porte sur tous les services complémentaires.

Actuellement, les exigences portent sur le bien-être, la sécurité et le confort, mais aussi sur la connectivité, la disponibilité des espaces verts, l’accessibilité aux écoles, aux centres commerciaux et commerces… Dans ce cadre, à Casablanca intra muros la demande concerne les quartiers Anfa, Racine, ou encore Ain Diab et Californie. L’offre est constituée aussi bien d’appartements de haut standing que de villas. Le quartier Maarif offre des biens immobiliers composés notamment de résidences de moyen et haut standing; tout comme Maarif Extension dont les boulevards Yaacoub Al Mansour, Ghandi, Socrate, ou encore Val fleuri. Les prix n’y pointent pas à des sommets et les biens proposés sont de qualité. Les quartiers 2 Mars et le centre-ville ne sont pas en reste. Ce dernier, s’étendant jusqu’au quartier Belvédère et la Gironde, dispose d’une panoplie de logements vacants, de première comme de seconde main. Plusieurs habitants ont décidé de céder leurs biens immobiliers et de se diriger vers les quartiers périphériques dont notamment Dar Bouazza et Bouskoura, ou encore la Ferme bretonne… Ces quartiers ont toujours la cote et sont même devenus les zones périphériques les plus en vogue de la capitale économique. En tout cas, si les prix dans ces quartiers périphériques oscillent entre 10 000 et 13000 DH/m2, le quartier Aïn Diab affiche un prix moyen de 30 000 DH, Racine de 29 000 DH et Gauthier de 25000 DH. Le quartier 2Mars, lui, s’affiche à 16 000 DH contre 11000 DH/m2 pour le centre-ville.

Risque de hausse des prix à Rabat

A Rabat, la demande exprimée est également importante. Ce faisant, de nouvelles zones d’habitation sont ouvertes, à l’instar de l’Orangeraie, le nouveau quartier huppé de la ville, dans le haut de Hay Riad. Plusieurs promoteurs y ont développé leurs produits à l’instar d’Eagle Hills, Akwa Immobilier, Cara Developpement… Les biens proposés atteignent 23000 DH/m2, alors que le quartier Souissi affiche un m2 à 21 000 DH et Hay Riad à 19 000 DH en moyenne. Parallèlement, 17 000 DH est le prix du mètre carré construit dans le Haut-Agdal, 14000 DH à Hassan, 12 000 DH au Bas-Agdal, 11000 DH à Diour Jamaâ et presque autant à l’Océan. Il faut dire que Rabat est dans l’attente de l’ouverture de toute une zone à l’urbanisme. Il s’agit du plateau Akrech, qui abrite une réserve foncière des plus importantes. «En attendant la publication des plans d’aménagement depuis plus de 15 ans, la ville devra continuer à afficher ce niveau de prix. Ils pourraient même augmenter pour les logements neufs, compte tenu de la rareté du foncier dans la ville», explique un promoteur, car, il faut bien le préciser, le foncier disponible actuellement est le fait d’anciens immeubles ou villas détruits et dont le terrain est remis en vente.

A Marrakech, où l’immobilier a connu l’une des baisses les plus drastiques du pays, allant jusqu’à 35%, le marché reprend progressivement. «Les MRE reviennent timidement, suivis des étrangers et les Marocains résidant qui souhaitent acquérir une résidence secondaire», rapporte un agent immobilier de la ville ocre. Du côté des prix, le quartier hivernage s’impose avec un prix moyen de 20 000 DH/m2, contre 12 000 DH/m2 à Guéliz, 10 000 DH/m2 à Semlalia et 8000 DH à Hay Targa. Dans le Nord du pays, c’est Tanger qui donne le ton au niveau des prix. La situation n’y est pas vraiment reluisante puisque plusieurs appartements et immeubles sont inoccupés. Si l’immobilier se dynamise dans cette ville, c’est notamment grâce aux cadres qui, ayant trouvé une opportunité d’emploi intéressante, quittent leurs villes pour s’y installer. Et encore, puisque c’est la location longue durée qui est privilégiée.

En tout cas, la moyenne des prix oscille entre 19 000 DH au quartier Benkirane et 17 000 DH aux quartiers de la Plage et de Malabata.

A Lire aussi :

Louer ou acheter, que préfèrent les Marocains ?

Crédit immobilier classique : Les taux continuent de baisser.

L’article Immobilier. Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger : les quartiers qui ont la cote est apparu en premier sur Lavieeco.



Source : https://www.lavieeco.com/news/economie/immobilier-...

Tags : marrakech