eMouaten : Bulletin de Veille


Adam Sfali le Jeudi 20 Juin 2019

Faut-il libéraliser l’usage des drones au Maroc ?




Faut-il libéraliser l’usage des drones au Maroc ?
Casablanca : Les drones sont un potentiel de développement technologique extraordinaire pour le royaume. Mais ils posent l’épineuse question de la sécurité et de la protection de la vie privée.

Faut-il libéraliser l’usage des drones au Maroc ?

En février 2015, les ministres marocains de l'Intérieur et du Commerce extérieur avaient publié une déclaration conjointe exigeant que toute importation des drones, UAV, UAS et multicoptères, devait préalablement être approuvée par les autorités publiques. Ces objets volants, s’ils sont importés sans autorisation, sont considérés comme illégaux et font objets de procédures de saisie. 
 

Le gouvernement Benkirane en 2015, avait justifié cette mesure restrictive par des préoccupations sécuritaires liées au terrorisme.
 

Le Maroc a aussi été parmi les premiers pays africain, à se doter d’une législation adaptée à l’usage des drones, selon un rapport de juillet 2017, de l’UA et du NEPAD.
 

UN POTENTIEL GEANT

Le royaume a donc ses raisons pour considérer la question des drones par le seul prisme sécuritaire. Mais a-t-il raison de se limiter à cet unique angle de  vue, sachant que cette technologie offre un potentiel de développement technologique extraordinaire.
 

Les drones peuvent changer notre mode de vie. Ils peuvent constituer pour le Maroc, un formidable outil de transformation de ses infrastructures urbaines et rurales et de sa productivité agricole. 
 

A ces niveaux, des exemples sont à citer. C’est le cas du géant agricole marocain, la société ‘Les Domaines Agricoles’ qui utilise des UAS (unmanned aircraft systems) pour une application efficace des engrais et améliorer la qualité de ses productions. La société agricole marocaine, utilise les drones pour l’analyse agronomique et selon elle, obtient de bons résultats en termes de rendements et de qualité des produits. Cette entreprise cultive notamment des agrumes et des plantes aromatiques.




Source : https://www.mafrique.info/Faut-il-liberaliser-l-us...