Menu
              
Par CI | Reproduit ici le Vendredi 9 Novembre 2018 à 20:18

En Algérie, les journalistes Abdou Semmar et Merouane Boudiab remis en liberté




Placés en garde à vue le 23 octobre, les deux hommes ont été relâchés jeudi soir sur décision d’un tribunal algérois, en attendant un“complément d’information”, après deux semaines en détention préventive. Arrêtés sur plainte d’Anis Rahmani, patron d’Ennahar TV, plus grand groupe médiatique privé algérien, et d’Abdelkader Zoukh, préfet d’Alger, ils sont accusés de “diffamation, de menaces et d’atteinte à la vie privée”. D’après une information du quotidien algérien El-Watan,  le procureur aurait requis une peine d’une année de prison ferme assortie d’une amende de 200 000 dinars. Mercredi, une vingtaine de sites algériens d’information ont dénoncé une “campagne de criminalisation” de la presse électronique algérienne, dont cinq journalistes ont été incarcérés ces dernières semaines.


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!

RP | Le Fil | Focus

NOUS SUIVRE
Twitter
Rss
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER