Menu
              
7 Mars 2020 - Par Sofia El Aouni - MAP

Dounia Berrachid, une chercheuse qui lutte pour “gendériser” les finances entrepreneuriales



Rabat – Docteur en sciences de gestion, professeure vacataire et à la tête d’un bureau d’étude, Dounia Berrachid a su multiplier ses casquettes pour faire de sa passion un levier, dotant la femme d’une voix dans le domaine des finances entrepreneuriales et sociales.


Après son enfance à Tan-Tan, au sud du Maroc, marquée par un brillant parcours estudiantin qui lui a permis d’accéder au Parlement de l’enfant, Mme Berrachid s’est lancée dans une carrière des sciences sociales, issues de l’économie, optant pour un doctorat en anglais, intitulé  “Human and Social Capital Interplay in the Success of Social Entrepreneurs : Case of Shariah Compliant Crowdfunding Platforms”, qui lui a valu le prix de L’Économiste pour la Recherche en Economie et Gestion 2020, dans la catégorie “Meilleure thèse”.

“Benjamine de la fratrie, j’ai été fortement influencée par les préférences linguistiques de mes frères, séduits par Hollywood”, rétorque-t-elle en réponse à son choix linguistique qui n’a laissé aucun jury indifférent.

Professeure vacataire, cette chercheuse en science de gestion s’est tournée vers l’enseignement supérieur “pour la noblesse du métier”. “Avec un physique jeune comme le mien, je passe par une étudiante, alors que je suis professeure du cycle bachelor”, s’est-elle présentée dans une déclaration à la MAP, sur un air amusé.

Cette passionnée des finances entrepreneuriales a expliqué que sa thèse de doctorat a été une occasion pour découvrir les différentes plateformes du “crowdfunding” et en déduire que la gente féminine n’est pas à armes égales dans le domaine de l’entreprenariat et des finances sociales.

Les plateformes internationales du “crowdfunding” connaissent une forte présence masculine avec un taux de  64,7%, contre 33% pour les femmes, qui elles sont principalement originaires de l’Australie et du Royaume Uni, a fait observer Mme Berrachid.

Pour la chercheuse trentenaire, le “crowdfunding” est un excellent moyen pour démocratiser l’accès des femmes au financement et ainsi sécuriser leur aventure entrepreneuriale, par l’inclusion d’une approche genre.

Le programme d’appui et de financement des entreprises “Intelaka”, lancé suite à la signature devant SM le Roi Mohammed VI des conventions actant son démarrage, est une opportunité pour entamer une réflexion sur l’autonomisation de la femme, s’est-elle félicitée.

“Étant la pierre angulaire de toute société, il est nécessaire de mettre la femme marocaine au centre de tout projet social et entrepreneurial, et surtout de valoriser son savoir-faire qui touche à tous les domaines économiques”, a insisté Mme Berrchid.




Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!

Twitter
Facebook
Mobile
Rss