Menu
           

Côte d'Ivoire : les travaux de valorisation de la Baie de Cocody à mi-parcours


Mardi 12 Juin 2018 Par Tribune Afrique




A mi-parcours, la société marocain MarchicaMed a dressé un bilan « satisfaisant » du projet d'aménagement et de valorisation de la baie de Cocody, à Abidjan, en Côte d'Ivoire dont elle est chargée de la réalisation. Pour marquer l'étape, MarchicaMed a organisé un atelier thématique présentant d'une part la finalisation de la composante infrastructure du projet et d'autre part le lancement de la valorisation des structures commerciales, hôtelières et de loisirs. En marge de l'événement, le 8 juin, Said Zarrou, PDG de MarchicaMed a dressé le bilan des travaux entamés il y a 3 ans sur instruction royale, en présence de Patrick Achi ministre, Secrétaire Général de la Présidence ivoirienne, d'Anne Désirée Ouloto, Ministre de l'Environnement et du Développement Durable.

« C'est un projet qui comporte à la fois un volet environnement et infrastructure, qui nécessite l'implication de plusieurs acteurs et compétences », a fait savoir le PDG de MarchicaMed.

Un projet phare et structurant de la ville d'Abidjan

Le projet d'aménagement de la baie de Cocody a été organisé autour de quatre pôles de travaux, à savoir : la réhabilitation écologique de la Baie, la réalisation de barrages, d'un canal et d'ouvrages hydrauliques et maritimes, puis la construction d'infrastructures routières, d'ouvrages de franchissement, d'un viaduc ainsi que la réalisation d'une marina et d'un parc urbain. «Les Ivoiriens sont impatients de voir l'ouvrage achevé. La Côte d'Ivoire de par son père fondateur, Houphouet Boigny, a l'habitude des grands projets qui lui ont donné un rayonnement sous-régional », a déclaré Patrick Achi.
Les travaux d'envergure prévus sur la baie visent sa valorisation et son aménagement, ainsi que son bassin versant. Il se propose aussi, en aval, de garantir à terme, un environnement socio-économique sain aux populations d'Abidjan, tout en favorisant le développement harmonieux des activités économiques, commerciales, culturelles, sportives et ludiques dans la cité des lagunes.

Pour mieux mettre en avant les atouts du site, un programme de valorisation a été mis sur pieds. Il concerne la valorisation de la Rive Plateau, de la Coulée verte du Banco et du Parc Urbain de Cocody. Sur la rive Plateau. Il s'agit, entre autres, de la mise en place de la « Maison Ivoire » qui comprend, un centre commercial, un hôtel, un centre de conférences et de congrès, ainsi que des équipements de promotion de la culture ivoirienne. Au menu des réalisations aussi, l'implantation de lieux de restauration et de loisirs tout autour de la Marina d'Abidjan.

Quant à l'aménagement de la rive de Cocody, elle verra notamment la construction d'un Parc urbain, avec trois composantes essentielles à savoir : l'aménagement d'une plaine sportive, d'un parc d'animation aquatique et d'un site d'aventures et de découvertes. Le projet inclut également une opération de reboisement massif avec la mise en place d'une liaison verte entre la forêt du Bacon, d'une superficie de 3000 hectares et la baie de Cocody. Les deux premières phases de la réalisation du projet sont en cours d'achèvement alors que quelques autres segments du projet sont en stade de passation du marché.

« La deuxième tranche est à 33% achevée. Elle devrait être bouclée à la fin de l'année et on en aura fini avec les plateformes. Maintenant, les autres activités comme l'assainissement, avec tout ce qui vient en amont comme les eaux usées seront également traitées. Et il y a tout le volet transport avec le pont à hauban et le recalibrage des échangeurs pour éviter les embouteillages, qui sera également fait, sans oublier les espaces verts...», a détaillé Pierre Dimba, Directeur Général de l'AGEROUTE, à La Tribune Afrique. Le projet devrait être entièrement bouclé en octobre 2020.

Un financement bouclé, essentiellement via des fonds arabes
Pour financer le projet, la Côte d'Ivoire a organisé en 2016 à Abidjan en collaboration avec MarchicaMed, une table-ronde réunissant les partenaires techniques et financiers du projet à savoir : la Banque Islamique de Développement (BID), la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), le Fonds Kowetien pour le Développement Economique (FKD) et le Fonds OPEC pour le Développement International (OFID). Cette initiative a été sanctionnée par le bouclage intégral du financement de l'ensemble des composantes du projet, dont le montant global est évalué à 700 millions de dollars. « Les partenaires sont essentiellement des fonds arabes qui se sont réunis pour dire qu'ils veulent de ce projet », a confirmé Patrick Achi qui s'est également exprimé sur le choix porté sur la société marocaine MarchicaMed. Le recours à l'entreprise marocaine - dans un climat de forte concurrence pour le projet également convoité par d'autres entreprises d'envergure - a fait grincer des dents en Côte d'Ivoire. Mais le Ministre Ivoirien Patrick Achi a écarté toute idée de favoritisme en rappelant quelques-uns des avantages offerts par le Maroc dans ce projet.

« Le choix du Maroc nous a permis de faire un lobbying plus rapide et plus fort. Puisque le Maroc a l'habitude de ces opérations-là. Ce qui nous a permis de gagner du temps », a -t-il précisé à La Tribune Afrique.




View my Flipboard Magazine.