le Lundi 2 Novembre 2020

Comme annoncé, le référendum s’est déroulé en Algérie



Du jamais vu dans l’Histoire des Nations !Le référendum sur la Constitution algérienne, a vu, le 01 novembre 2020, date anniversaire de la Révolution algérienne, la participation ridicule etsans aucune conviction d’environ 20% des 24 millions d’Algériens appelés à voter. Une honte !


Voulu par le Président Tebboune, ce référendum n’a pas suscité l’adhésion et l’enthousiasme des Algériens, comme attesté par la campagne référendaire, puisqu’elle n’a point tenu les promesses faites par les autorités pour en faire une fête électorale en ce jour de Fête Nationale.

Au contraire, les Algériens ont assisté à une véritable mascarade où les mêmes acteurs, les mêmes discours racoleurs, les mêmes dérapages de Ministres en poste, de Commis de l’État et de Chefs de partis inféodés au pouvoir impliqués dans la campagne électorale ont prêché en toute impunité le discours de l’inquisition, de l’exclusion et de la division à l’encontre des voix réfractaires au référendum et au projet politique porté par le pouvoir.

Il n’y avait pas de consensus national quant à l’opportunité de son organisation et c’est pourquoi ce référendum a été dominé par l’impasse politique dans laquelle se trouve l’Algérie et son ferme rejet, dans le fond et la forme, par une grande partie de la population.

Il a été prouvé à travers l’histoire que le consensus institutionnel et clientéliste qui fonde des légitimités politiques usurpées ne concourt jamais à la stabilité politique et au renforcement de la cohésion nationale. Bien au contraire, il accentue la crise et expose immanquablement les pouvoirs, qui usent et abusent de ce genre de procédés propres aux dirigeants parachutés, à des retours de flammes qui finiront fatalement par les emporter. L’histoire est riche en enseignements en la matière.

Organisée dans une conjoncture de forte contestation populaire, ce référendum Constitutionnel n’est pas parvenue à relever le défi engagé de rassembler les Algériens autour d’un projet politique de rupture avec l’ordre ancien, comme s’y était engagé le Président Tebboune.

L’opposition avait prévenu que le scrutin ne changera rien à l’équation politique du pays tant que les hommes et les pratiques de l’ancien système sont encore en place et que le peuple ne s’est pas approprié les pouvoirs constitutionnels de décider librement de son destin à travers un processus constituant qui jettera les bases de l’Etat démocratique de demain.

Le bilan est aujourd’hui là : impasse politique, société coupée en deux avec un mouvement populaire en phase de pré-chauffage, prêt à rebondir, une économie en panne sèche et un front social en ébullition.

En somme, tous les ingrédients d’une crise endémique inscrite dans la durée, intervenant dans une conjoncture interne et externe des plus contraignantes, sont présents et les occasions ratées des véritables changements se payeront cash.

Au soir du 1er novembre, suite à la proclamation des résultats du référendum avec un très faible tauxde participation, les promesses sur l’Algérie nouvelle consignées dans la Constitution révisée ont laissé place aux dures réalités du terrain.

La leçon du scrutin présidentiel, qui avait enregistré un taux d’abstention record, ne semble pas avoir été méditée. Un scrutin auquel même les morts ont voté, soit dit en passant, tout comme lors de ce scrutin référendaire.

Sale temps en perspective pour les dirigeants algériens et ce, au moment où le Président Tebboune a apporté la preuve que l’Algérie ne dispose d’aucun moyen de lutte contre le COVID-19 puisqu’il est, lui même, hospitalisé à Cologne, en Allemagne, au frais de la princesse.

A ce sujet, il ne fait plus de doute que l’on assistera à un remake de l’ère Bouteflika dans lequel on verra lePrésident Tebboune, dans un état végétatif, ne disposant plus de toutes ses facultés mentales, aux manettes d’un pays au bord de l’explosion sociale et de la faillite économique.

En conclusion, ce fut un référendum issu du haut, un plébiscite césariste. La nouvelle Constitution n’offre pas de changement politique majeur et maintient l’essentiel du régime présidentiel et élargit même les prérogatives de l’armée. Raison pour laquelle la terre a une nouvelle fois tremblée la veille de ce référendum face à ce hold-up référendaire..

Le régime algérien entend statufier le Hirak tout en pourchassant ses militants pour les empêcher de relancer le mouvement dans la rue une fois que les conditions sanitaires s’amélioreront .Ainsi,après avoir volé leur indépendance, le régime algérien vient de dire au peuple « ferme-la et crève ». Belle perspective d’avenir pour lesAlgériens !

Au fait la presse algérienne était inscrite aux abonnés absents en ce jour de Fête Nationale et de référendum. Bizarre, Bizarre !

Farid Mnebhi
Farid Mnebhi est un écrivain marocain, licencié Physique, titulaire d'une maîtrise en sciences... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!