Menu
eMouaten : #Omar_Hilale : "Pas de solution à la question du #Sahara en dehors de la souveraineté du #Maroc et de son… https://t.co/r3sqXhDgSP

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Newsletter
Rss



              
MAP | Reproduit ici le Samedi 12 Janvier 2019 à 13:47

Clôture à Ifrane du 3-ème Sommet africain du commerce et de l'investissement




Ifrane - Le 3-ème Sommet africain du commerce et de l’investissement, dit ‘’Ifrane Forum’’, a pris fin vendredi soir, avec l'adoption d'une série de recommandations se rapportant notamment au renforcement de la place de la femme et des jeunes africains dans le processus de la croissance durable de l'Afrique.

Après avoir souligné le grand potentiel économique et touristique du Continent, les participants ont mis l'accent sur la nécessité du renforcement de la digitalisation industrielle, l’amélioration de l'image que les africains et les étrangers ont de l'Afrique, la création d’une plate-forme d'expression dédiée aux jeunes et la promotion des compétences des femmes. Ils ont appelé également à la démocratisation de l'accès à l'énergie dans les pays africains, à travers notamment l'incitation des pays concernés à partager leur surplus avec les Etats qui en ont besoin, et l'instauration d'un cadre réglementaire pour le Partenariat Public-Privé (PPP) dans le domaine. Au terme de cette rencontre économique et commerciale, les organisateurs ont annoncé, par ailleurs, une dizaine de ‘’pistes de partenariat stratégiques’’ initiées par des start-up africaines. De même, trois mémorandums d'entente ont été signés par des investisseurs, mobilisés par la chambre de commerce afro-américaine avec des start-up congolaise, burkinabè et marocaine. Dans une déclaration à la MAP, la présidente du Forum d'Ifrane, Khadija Idrissi Janati, a indiqué que la 3-ème édition de ce sommet a ‘’porté ses fruits en termes de connexions et de relations entre les participants’’, ajoutant que des débats fructueux ont eu lieu, deux jours durant, sur des thématiques relatives à des secteurs à fort potentiel pour le développement économique et social de l’Afrique, à savoir l’industrie, les énergies, le tourisme et les infrastructures. ‘’Le plus intéressant était aussi les débats qui se déroulaient dans les panels organisés en marge des plénières, en plus des initiatives et des rendez-vous organisés dans le cadre de ce Forum’’, a-t-elle souligné, mettant l'accent sur ‘’la plus grande organisation du Forum qui était depuis toujours plus qu'un événement, une philosophie’’.

Cette philosophie, s’est-elle félicité, ‘’a pris aujourd'hui forme à travers la constitution du conseil d'administration d'I-Afrika, l'association porteuse de ce Forum et d'autres initiatives pour le développement durable du Continent’’.

Quelque 200 intervenants d’Afrique et d'ailleurs, de différents horizons ont partagé, lors de ce forum, placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, leurs idées et expériences et tenté d'esquisser les contours d’un modèle de coopération économique intra-africain pour une croissance respectueuse du développement durable.

Dans la continuité des travaux amorcés lors des deux premières éditions, trois événements parallèles ont été organisés cette année. Il s'agit de ‘’Femmes dans l'économie africaine, mesurer l’impact et changer les paradigmes’’, ‘’Start-up africaines, se connecter pour collaborer et co-créer’’ et ‘’investissements étrangers en Afrique, construire des partenariats gagnant–gagnant’’. 

Des décideurs et experts de plusieurs autres pays, dont le Sénégal, le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Burkina Faso ou encore la République Démocratique du Congo, invité d'honneur, ont pris part au sommet.