eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
MAP | Reproduit ici le Samedi 12 Octobre 2019 à 14:52

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines




Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du samedi 12 octobre : 

Sénégal-Economie-Transport

L'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a signé vendredi avec AFCONS, une société indienne, un contrat commercial destiné à concrétiser le projet de restauration de la navigabilité sur le fleuve Sénégal dans sa partie comprise entre Saint-Louis du Sénégal et Ambidédi au Mali, sur une distance de 905 kilomètres.

Le document a été paraphé par le haut-commissaire de l’OMVS, Hamed Diané Séméga et par le directeur général de AFCONS, Gokul, Javalikar, rapporte l’agence de presse sénégalaise APS.

Sénégal-Habitat

La politique de construction de logements à des prix abordables peut favoriser une croissance durable et un renforcement de notre système financier, a souligné vendredi à Dakar, Abdou Karim Fofana, ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique.

'’La politique de construction de logements à des prix abordables est l’instrument de création d’une croissance durable qui permet de renforcer notre système financier’’, a-t-il déclaré au lancement de l’initiative dénommée Appui-conseil pour les programmes de logements sociaux en Côte d’Ivoire et au Sénégal.

Côte d'Ivoire-cacao

Le comité conjoint d'experts Ghanéens et Ivoiriens a privilégié, jeudi, la mise en place d’un mécanisme de « Prix plancher basé sur le différentiel du revenu décent » aux producteurs fixant à 400 Dollars la tonne avant les programmes de durabilité et de certification des industriels et chocolatiers.

« Une ferme décision sur la poursuite de tous les programmes de durabilité et de certification dès la campagne 2019-2020 sera communiquée aux parties prenantes par les instances dirigeantes du Conseil café-Cacao et du Ghana cocoa board lors de la réunion de partenariat de la Fondation mondiale du cacao à Berlin en Allemagne », ont décidé les experts à l’issue d’une réunion de deux jours à Abidjan.

Selon la porte-parole du secrétariat de séance, Poé Carine-Laure, « le Prix planché basé sur le différentiel du revenu décent vise l’amélioration des revenus de tous les producteurs de cacao sans exception (…) tandis que les programmes de durabilité et de certification, qui englobent les questions environnementales et sociétales, mis en œuvre par les industriels et les chocolatiers, ne touchent qu’une minorité de producteurs ».

Côte d'Ivoire-budget

Les finances publiques ivoiriennes ont affiché un déficit de 558,4 milliards FCFA, soit environ 850 millions d'euros, à fin juillet 2019 contre 484,4 milliards FCFA à la même période de l'année dernière, soit une dégradation de 15,3%.

Cette situation est la résultante d'une progression plus importante des dépenses publiques (+278,2 milliards FCFA) par rapport à celle des recettes (+204,2 milliards FCFA) sur la période.

Dans les détails, l'accroissement des recettes totales bien que favorisé par une meilleure mobilisation des recettes fiscales (+176,1 milliards FCFA) et non fiscales (+30,2 milliards FCFA), a été effacé par la croissance plus que proportionnelle des dépenses totales en lien notamment avec la hausse des dépenses de personnel (+34,2 milliards FCFA), des intérêts de la dette (+94,8 milliards FCFA), des prestations sociales (+59,8 milliards FCFA), des dépenses d'investissement (+107,7 milliards FCFA) et des dépenses de fonctionnement (+59,8 milliards FCFA).

RDC:

Pour se conformer au cadre réglementaire régissant les finances publiques en République démocratique du Congo, les experts du ministère du budget ont élaboré, depuis fin juillet 2019, un projet de loi de finances rectificative afin de pouvoir apporter les financements nécessaires à la mise en œuvre du programme d’urgence présenté, en mars dernier, par le président congolais, Félix Tshisekedi, pour couvrir les 100 premiers jours de son mandat.

Mais, une source proche du gouvernement renseigne que ce collectif budgétaire ne sera plus déposé au Parlement. « Pour résoudre la situation, nous allons intégrer les modifications de la loi de finances 2019 directement dans la loi portant reddition des comptes 2019. Pour l’instant, nos efforts sont conservés dans le projet de loi des finances 2020 », affirme un expert du ministère du Budget.

En dehors du programme d’urgence, dont le budget s’élève à 304 millions USD, plusieurs politiques du gouvernement ont été initiées sans qu’elles soient inscrites dans la loi de finances de l’année en cours.

Kenya:

Au Kenya, le secteur bancaire a connu une croissance plus lente au premier semestre de 2019 par rapport à la performance enregistrée à la même période l'an dernier, selon un rapport du groupe de réflexion sur les investissements, Cytonn Investment company, qui souligne que le secteur bancaire a progressé de 3,8% au premier semestre de 2019, ce qui est inférieur à 6,4% à la même période l'an dernier.

Les banques cotées au Kenya ont enregistré une augmentation moyenne de 9% de leur bénéfice par action, contre 19% au premier semestre 2018.

Cytonn Investments indique dans un rapport intitulé "Perspectives et focus sur les secteurs du secteur bancaire", que le rendement des fonds propres moyens a légèrement diminué, pour s'établir à 19,3%, contre 19,5% pour une période similaire en 2018.

La croissance des dépôts a été aussi inférieure de 8,6% à celle de 10% enregistrée au premier semestre de 2018.

Rwanda-Télécoms-TIC

L'usine de production de smartphones, annoncée au Rwanda par le groupe Mara lors de l’Africa Investment Forum 2018, vient d’être inaugurée à Kigali, rapporte la presse locale. 

L’usine a dévoilé cette semaine ses premiers smartphones, considéré par le groupe Mara comme les tout premiers smartphones « Made in Africa » vu qu’ils sont fabriqués sur le continent et pas seulement assemblés.

« Nous fabriquons les cartes mères, nous fabriquons les sous-cartes pendant tout le processus […] Il y a plus de 1000 pièces par téléphone », a affirmé le directeur et fondateur du groupe, Ashish Thakkar, indiquant que l’usine a coûté 24 millions USD et possède une capacité de production journalière de 1.200 téléphones. 

Gabon-Nigeria-pétrole

Le ministre gabonais du pétrole, du gaz et des hydrocarbures, Noël Mboumba a reçu vendredi à Libreville son homologue du Nigeria Chief Timipre Sylva, pour évoquer des questions bilatérales liées au domaine pétrolier dont l'expertise est détenue par ce pays, premier producteur africain du pétrole.

Outre la préparation du prochain sommet des Chefs d’Etat de l’Organisation des pays producteurs du pétrole (OPP) qui va se tenir en février 2020, les deux personnalités ont mis un accent particulier sur la possibilité pour le Nigeria d’assister Gabon Oil Compagny (GOC), société nationale du pétrole, en termes de gouvernance et de management technique.

Ghana-Croissance

Le Fonds monétaire international (FMI) table sur un taux de croissance de 7% de l'économie du Ghana en 2019, contre une estimation de 8,8% auparavant.

Ainsi, le FMI a appelé le gouvernement à rester vigilant face à la dette extérieure croissante du pays, rapporte la presse locale.

A noter qu’une équipe de l'institution Breton Woods, dirigée par M. Carlo AE Sdralevich, effectue une visite au Ghana pour les consultations avec le gouvernement.

Nigeria-Télécoms

Le secteur des télécommunications du Nigeria devrait être soumis à une nouvelle taxe. Ainsi, le Sénat prévoit d’imposer tous les services de communication électroniques tels que les appels vocaux, les SMS, la data fournis aussi bien par les sociétés de télécommunication que par les fournisseurs de services Internet et les fournisseurs de services de télévision. 

La taxe va être acquittée en même temps que la taxe de service de communication électronique payable au fournisseur de service par le consommateur du service.

Togo-Mines

Le Gouvernement togolais devrait bientôt se doter d'une nouvelle stratégie minière, en vue de booster la production dans ce secteur. 

Le texte, fruit d’une étude réalisée sur le secteur minier, est ainsi soumis à l’examen des acteurs, afin d’en faire une référence pour le secteur extractif.

Cette démarche s'inscrit dans le cadre du Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM), financé par le Groupe de la banque mondiale.



Source : https://www.mafrique.info/notes/Bulletin-quotidien...