Menu
              
MAP | Reproduit ici le Mercredi 12 Juin 2019 à 11:50

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines




Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 12 juin : 

 Sénégal-Economie-Commerce

Les importations du Sénégal au cours du mois d'avril 2019 ont connu une légère hausse de 3,9% comparées au mois précédent, rapporte mardi une note de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Ces importations sont évaluées à 322,20 milliards de FCFA contre 310,10 milliards de FCFA au mois de mars 2019, soit un relèvement de 12,10 milliards de FCFA (1 FCFA équivaut à 0,0017 dollar). 

« Cette hausse est imputable à celle des achats à l’extérieur de maïs (4,8 milliards de FCFA contre 1,4 milliard de FCFA au mois précédent), de riz (plus 36,7%) et de métaux communs (plus 16,8%)», explique l’ANSD.

 Sénégal-Afrique-Intégration

Dakar abrite, les 24 et 25 juin, un forum régional sur les enjeux liés à la mise en œuvre de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) et son impact pour les régions d’Afrique de l’Ouest et Centrale.

Initié conjointement par la Commission Économique pour l’Afrique (CEA), le gouvernement sénégalais, la Commission de l’Union Africaine et l’Union Européenne, le Forum sera placé sous le thème : '’La ZLECAf en marche : Approfondir l’intégration africaine pour un continent prospère’’, selon un communiqué des organisateurs.

 Sénégal-Energie-Salon

La 17ème édition de la Conférence & Exposition de l’énergie et du pétrole en Afrique (SIEPA) axée sur « l’avenir de la chaîne de valeur énergétique du Sénégal » s’est ouverte mardi à Dakar.

Organisée par l’Association pour le développement de l’énergie en Afrique en collaboration avec l’Association du Sénégal pour le développement de l’énergie en Afrique (ASDEA) et AME TRADE LTD, cette rencontre abordera différents thématiques liées entre autres au rôle des traders et des financiers dans le secteur pétrolier, le développement des capacités de production, et la place des énergies renouvelables dans les politiques publiques.

Kenya-Médecine-Impôts La Kenya Revenue Authority (KRA) a ordonné aux hôpitaux, aux compagnies d'assurance et aux courtiers de déposer des informations sur le paiement des honoraires des médecins depuis quatre ans dans le cadre d’une nouvelle vague de mesures de répression contre les professionnels de la santé évitant l’impôt.

La décision ciblant les médecins, les dentistes et les pharmaciens permettra aux praticiens de recevoir des factures d'impôts remontant à 2015, selon la correspondance envoyée par le percepteur aux sociétés d'assurance. La demande de divulgation repose sur la loi de finances 2016, qui donnait au percepteur accès aux données de tiers à des fins de recouvrement des impôts.

"Il est fait référence aux dispositions légales de l'article 24A de la loi de 2015 sur les procédures fiscales, qui donne au commissaire général un accès aux données de tiers. À cette fin, nous vous demandons par la présente de fournir des données sur les paiements versés aux médecins, dentistes, pharmaciens et prestataires de services médicaux", précise la lettre de demande de la KRA.

 Guinée-mines

Le gouvernement guinéen a conclu récemment avec la société indienne Ashapura une convention portant sur le développement du projet de fer de Forécariah. Précédemment détenu par Forécariah Guinea Mining SAU (une filiale de Bellzone Mining), le projet a été placé sous liquidation parce que la société manquait de moyens et a été déclarée insolvable en 2014.

Selon les termes du nouvel accord, la compagnie indienne relancera l'exploitation de la mine de fer de Forécariah, réhabilitera le port de Konta, aménagera de nombreuses autres infrastructures.

« Ce projet est important pour le pays parce qu’il permet non seulement la relance des activités de la mine de Forécariah, mais aussi l’ouverture de nouvelles opportunités sur un nouveau corridor, à travers la réhabilitation du port de Konta », a déclaré le ministre des Mines, Abdoulaye Magassouba

 Côte d'Ivoire-électricité

La Banque africaine de développement (BAD) a accordé deux prêts de premier rang pour le renforcement du réseau électrique en Côte d'Ivoire, d'une valeur totale de 150 millions d’euros.

Un prêt de 100 millions d’euros pour la construction d’une centrale thermique à cycle combiné, fonctionnant au gaz à Taboth, dans le département de Jacqueville (ouest d’Abidjan) ainsi qu’un autre de 50 millions d’euros pour l’extension de la centrale thermique à cycle combiné au gaz d’Azito.

Afin de renforcer le réseau électrique ivoirien, la centrale d’Atinkou, réalisée sur un site de 30 hectares, sera dotée d’une puissance de 390 mégawatts (MW). Le projet, exécuté en deux phases, prévoit sous 18 mois, la construction d’une turbine à gaz de 255 MW, et la réalisation sous 9 mois du cycle combiné, constitué d’une turbine à vapeur de 135 MW et d’une chaudière de récupération de chaleur. 

Côte d'Ivoire-gaz-pétrole

Le ministre ivoirien du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, Abdourahmane Cissé a appelé mardi à miser sur le potentiel des secteurs pétrolier et gazier comme source directe de créations d’emplois pour les jeunes, de transfert de technologie et de catalyseur pour le développement d’un tissu industriel.

Ouvrant mardi à Grand-Bassam, un atelier sur le contenu local dans les activités pétrolière et gazière, le ministre Abdourahmane Cissé a précisé que la vision du président de la République est de faire en sorte que les jeunes et les entreprises locales puissent effectivement bénéficier des fruits de la croissance et participer au développement de la Côte d’Ivoire notamment dans les secteurs pétrolier et gazier.

Et cela passe nécessairement par le développement du contenu local qui n’est autre que la promotion de la participation de la main d’œuvre, des biens, et des entreprises locales, dans toute la chaîne de valeur de l’industrie pétrolière et gazière en Côte d’Ivoire.

 Ghana-BM

La Banque mondiale a appelé le gouvernement ghanéen à redoubler d'efforts pour diversifier l'économie du pays et élargir l'assiette fiscale afin de faire en sorte qu'un plus grand nombre de contribuables contribue à la mobilisation des recettes intérieures. 

Le Groupe de la Banque mondiale estime qu'il faudrait se réorienter vers d'autres secteurs offrant d'énormes potentialités économiques, tels que l'agriculture. 

 Ghana-Agriculture

La Ghana Exim Bank a engagé 10 millions de cedis pour soutenir les parties prenantes de la chaîne de valeur du karité, dans le cadre de la première phase de son initiative d'autonomisation.

L'Initiative vise à donner aux agriculteurs, transformateurs et producteurs une autonomisation économique tout au long de la chaîne de valeur, a indiqué le directeur général de la Ghana Exim Bank, M. Lawrence Agyinsam.

 Gabon-Banque Mondiale

Pour accroître sa marge de manœuvre budgétaire de façon durable, il est crucial pour le Gabon de poursuivre les efforts entrepris ces dernières années pour diversifier l'économie, estime une récente étude de la Banque mondiale, intitulée "Améliorer la qualité de la dépense publique pour favoriser une croissance inclusive" 

Ce document procède à l’analyse des dépenses publiques du pays sur la période 2012 à 2017 et fait des propositions au gouvernement afin de rectifier le tir.

En diversifiant davantage son économie, soutient l’institution financière, "le Gabon serait en mesure de générer de nouvelles sources de revenus et de mobiliser davantage de recettes intérieures, tout en créant un plus grand nombre d’opportunités d’emplois pour les générations futures".