Menu
              
MAP | Reproduit ici le Jeudi 30 Mai 2019 à 13:07

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines




Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du jeudi 30 mai : 

Sénégal-Agriculture

Les importations du Sénégal en maïs ont connu une forte baisse de 4,688 milliards de FCFA (environ 7,969 millions de dollars) au terme du mois de mars 2019 comparées à la même période de l'année 2018, a-t-on indiqué mercredi auprès de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Selon l’Agence, ces importations se sont établies à 1,418 milliard de FCFA durant la période sous revue alors qu’elles se situaient à 6,106 milliards de FCFA en mars 2018, soit une contraction de 76,8% en valeur relative.

Kenya-économie-Croissance

La Banque centrale du Kenya a révisé à la baisse ses prévisions de croissance de l'économie du pays pour cette année en la ramenant à 5,9 pc, en raison notamment du retard des pluies.

Le retard dans le démarrage de la saison pluvieuse pourrait ainsi coûter 0,4 point de croissance à l'économie kényane en 2019, a estimé le gouverneur de la Banque centrale, Patrick Njoroge. 

Le taux de croissance économique qui a atteint 6,3% en 2018 pourrait ainsi descendre cette année à 5,9 % dans l’hypothèse d’un mauvais déroulement de la saison pluvieuse.

"Les données relatives à la croissance sur le premier trimestre, habituellement publiées en juin, pourront donner une meilleure idée des perspectives économiques pour cette année», indique M. Njoroge, cité par les médias internationaux.

Alors que les premières précipitations tombent habituellement en mars, celles-ci ne sont toujours pas une réalité jusqu’à la fin du mois d’avril. Le secteur agricole kényan qui s’est remis en 2018 de la sécheresse enregistrée, un an plus tôt, a connu une progression de 6,6% grâce à des conditions climatiques favorables. 

Guinée-mines

La Société financière internationale (SFI) et l'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA)-membres du groupe de la Banque mondiale-sont signalées dans un engagement de 460 millions de dollars dans le secteur minier en Guinée, rapportent des médias locaux.

Dans le cadre de cet engagement, la SFI accordera un prêt de 330 millions de dollars et la MIGA fournira des garanties pour un montant de 129 millions de dollars.

Ces ressources serviront à financer un projet de la firme Guinea Alumina Corporation portant sur le développement d’une mine de bauxite en Guinée.

Une autre partie de ce financement sera affectée à la réalisation d’infrastructures routière et portuaire dans le pays. 

Côte d'Ivoire-PME-financement

Près de 400 milliards de francs CFA sont disponibles auprès de trois banques pour financer les Petites et Moyennes Entreprises (PME), a annoncé samedi, à Adzopé, le secrétaire d'État chargé de la promotion des PME, Félix Anoblé lors de sa tournée d’information et de sensibilisation des acteurs des PME de la région de la Mé.

Ce sont exactement 365 milliards de francs CFA dont cinq milliards destinés exclusivement aux femmes qui sont disponibles auprès de trois structures bancaires pour aider la population à entreprendre, à savoir 350 milliards pour la société générale de Côte d’Ivoire, 10 milliards pour Coris bank et cinq milliards pour la Baci.

Pour Félix Anoblé, ces fonds permettront la création de plusieurs PME et la stabilisation de nombreuses autres déjà existantes afin d’améliorer la part des PME dans le PIB du pays.

Il a invité les populations de la région de la Mé, en particulier les femmes à constituer leurs dossiers afin de bénéficier de ces fonds, encourageant les entrepreuneurs locaux à se former et à innover en vue de sortir du secteur informel et pouvoir pérenniser ainsi leurs entreprises.

Côte d'Ivoire-Afrique-tourisme

La deuxième édition de la Conférence de l'investissement touristique et hôtelier africain (CITHA), l'un des plus grands rendez-vous francophone dédié à l'hôtellerie en Afrique, est prévue à Abidjan le 19 juin prochain, a-t-on appris sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Selon un communiqué, cette conférence est co-organisée par le groupe hôtelier Radisson Hôtel Group, la société de conseil Horwalt HTL et la société Proparco de concert avec le ministère ivoirien du tourisme et des loisirs.

« Après le succès de la première conférence CITHA l'an dernier, Radisson Hôtel group, Horwalt HTL et Proparco s'associent pour organiser la deuxième édition de l'événement à Abidjan, en Côte d'Ivoire le 19 juin 2019. La conférence sera dédiée à l'investissement hôtelier et touristique en Afrique subsaharienne», explique le communiqué.

Cet événement réunira des groupes hôteliers, des bailleurs de fonds, des institutions, des banques, des fonds d'investissement, des firmes d'ingénierie, etc.

Gabon-FMI

Le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) au Gabon, Marcos Poplawski-Ribeiro, a fait, mardi dernier, le point avec le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, du programme d'appuis budgétaires avec le FMI.

D’après Marcos Poplawski-Ribeiro, cité par la presse locale, "le Gabon reste une économie stable" en dépit des chocs exogènes et des difficultés budgétaires, affirmant que les projections de croissance du Gabon pour cette année devraient osciller autour de 3 %.

Cette embellie est le résultat de la mise en œuvre par le gouvernement des résolutions de la task force sur la bonne gouvernance, avec en toile de fond, l’exécution du Plan stratégique Gabon émergent appuyé par le FMI. 

Ouganda-Café

L'Ouganda devrait réaliser une production caféière de 4,25 millions de sacs en 2019/2020, un volume en baisse de 12% par rapport à la campagne précédente.

D’après le Département américain de l’agriculture (USDA) qui a avancé ces chiffres, cette chute attendue se base sur l'hypothèse que les conditions de sécheresse règnent dans les zones de production de la fève. 

Cela devrait contrecarrer les efforts entrepris par l’Autorité de développement du café (UCDA) dans les programmes de replantation, l’introduction de variétés améliorées et de l’amélioration de l’efficacité de la fourniture des intrants agricoles.

Selon l’USDA, les différents évènements politiques au Soudan, premier importateur Est-Africain du café ougandais devraient affecter le segment des exportations en 2019/2020.

Tanzanie-Mines

Le gouvernement tanzanien prévoit de tirer 4,6 milliards dollars USD de recettes du secteur minier durant l’exercice 2019-2020, a annoncé le ministre tanzanien des Mines, Doto Biteko.

Selon le responsable, cité mercredi par la presse locale, « l’Etat compte stimuler la production et les exportations et ouvrir 7 nouveaux centres de commerce de minéraux en plus des 21 en activité afin de réaliser cet objectif ».

« Le gouvernement mettra également en place un plan pour freiner la contrebande et assurer une supervision plus étroite de l’industrie », a souligné le ministre, ajoutant que l’objectif visé durant l’exercice 2019-2020 représente une hausse considérable par rapport aux 3 milliards de dollars USD projetés pour l’exercice en cours, qui prend fin le 30 juin.

Dans le cadre de ses actions visant à mieux gérer le secteur minier, le gouvernement tanzanien veut annuler les permis miniers non encore exploités par les grandes compagnies minières et les attribuer aux petits exploitants.

Burkina-entreprenariat

La première édition de la Foire des jeunes entrepreneurs du Burkina Faso aura lieu, du 1er au 2 juin, à Ouagadougou.

Cette Foire a pour but de mettre plus de visibilité à travers l’exposition des différents savoir-faire, selon les organisateurs. Elle sera ponctuée d’exposition, de formation make-up, en décoration, en customisation.

Niger-économie-FMI

Le taux de croissance économique du Niger s'élèverait à plus de 7% en moyenne durant les cinq prochaines années, a estimé une délégation du Fonds monétaire international (FMI), à l’issue d’une mission à Niamey.

Cette performance sera soutenue par une série de nouveaux projets, notamment la construction d'un oléoduc pour l'exportation de pétrole brut et par une dynamique plus soutenue du secteur agricole, tandis que l'inflation devrait demeurer, au cours de cette année, en-dessous de la norme de l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

"La stabilité macroéconomique reste fermement établie au Niger et la croissance économique, estimée à 6,5% en 2018, a dépassé les attentes, malgré un environnement sécuritaire plus difficile", a indiqué le chef de la délégation du FMI.