Menu
eMouaten : Recul Que dirions-nous d’une famille qui dépenserait, sans savoir ni pour quoi, ni pour qui?<p>Que dirions-no… https://t.co/bZjIPwxNbx

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Video
Radio eM
Newsletter
Rss


              
MAP | Reproduit ici le Samedi 11 Mai 2019 à 12:00

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines




Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du samedi 11 mai : 

Sénégal-Economie-Commerce

Le déficit commercial du Sénégal s'est amélioré à la fin du mois de mars dernier avec un solde négatif étant passé de 179, 8 milliards de francs CFA en février à 106, 8 milliards au troisième mois de 2019 (1 euro équivaut à 656 FCFA), a annoncé l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Cette amélioration du solde est expliquée par l’excédent vis-à-vis du Nigéria (0,1 milliard de FCFA contre -37,8 milliards de FCFA au mois précédent) et la réduction du déficit vis-à-vis de l’Ukraine (-5,5 milliards de FCFA contre -11,3 milliards de FCFA au mois précédent) et de la Belgique-Luxembourg (-14,5 milliards de FCFA contre -19,9 milliards de FCFA au mois précédent), explique la structure dans son Bulletin des statistiques du commerce extérieur.

Sénégal-Denrées-Prix

Le prix du kilogramme de farine de blé au Sénégal a augmenté de 2,5%, en rythme mensuel, au mois de mars 2019, a-t-on indiqué vendredi auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

Cette denrée s’est échangée à 391 FCFA contre 381 FCFA au mois de février 2019, soit une augmentation de 10 FCFA (1 FCFA équivaut à 0,0017 dollar).

Kenya-BM-Logement

Seuls les Kényans qui gagnent un salaire net de 47.000 shillings (environ 470 dollars) par mois bénéficieront du prêt de 219 millions d'euros (25 milliards de shillings) consenti par la Banque mondiale pour promouvoir l'habitat social et abordable au Kenya.

Selon le document d'évaluation du projet relatif à la facilité proposée, le revenu minimum mensuel est fixé à 47.143 shillings pour une facilité de crédit destinée à la construction d’un logement d’une valeur de 1,7 million de shillings.

Une personne gagnant ce montant devrait payer au moins 18.857 shillings par mois pendant 15 ans afin de régler sa dette.

Cela signifie que l'emprunteur aura payé un total de 3,4 millions de shillings au cours de la période, soit le double du montant en principal. La facilité permettra également aux emprunteurs de rembourser le prêt entre trois et sept ans. Une personne gagnant un minimum de 47.143 shillings par mois sera obligée de se séparer de 51,184 shillings par mois pour se permettre un habitat dans trois ans ou de 27 419 shillings pour sept ans.

Le fonds, qui sera géré par la Kenya Mortgage Refinance Company, facturera aux emprunteurs un intérêt annuel de 12,5%.

Une enquête auprès des ménages réalisée par Ipsos en avril dernier indiquait que près de la moitié des ménages kényans gagnaient moins de 10.000 shillings (environ 100 dollars) par mois, tandis que deux pour cent n’avaient aucun revenu.

Selon l'étude, 24% gagnent entre 10.000 et 25.000 shillings, tandis que 10% gagnent entre 25.000 et 40.000 shillings.

Burkina-BM

La Banque mondiale (BM) et le gouvernement burkinabè ont signé, vendredi, trois accords de financement d'un montant global de 137 milliards de F CFA (235 millions de dollars).

Le premier accord est un appui budgétaire octroyé sous forme de prêt, qui vise à améliorer la mobilisation des ressources intérieures et l'efficacité des dépenses publiques, à encourager une croissance plus inclusive valorisant la productivité de l'exploitation minière artisanale et de l'élevage, et à réduire les inégalités sociales par l'amélioration de l'accès universel et de la qualité.

Le deuxième accord concerne le financement du Projet de centres d'excellence africains (CEA) et la formation et la recherche appliquée dans les disciplines scientifiques, technologiques et les mathématiques.

Le dernier est destiné au Projet d'appui à l'inclusion financière au Burkina Faso (PAIF), qui a pour objectif d'accroître l'accès aux services financiers numériques et aux crédits pour les PME, les agriculteurs, les femmes et les jeunes.

Rwanda-Transport 

La compagnie aérienne rwandaise, RwandAir, lancera à compter du mois prochain une liaison directe entre Kigali et Guangzhou, sa première liaison à destination de la Chine, a annoncé vendredi RwanAir dans un communiqué. 

Le transporteur aérien effectuera trois vols directs hebdomadaires à destination de l'aéroport international de Canton, indique la compagnie, précisant que cette nouvelle liaison étendra son réseau à 28 destinations. 

La PDG de la compagnie rwandaise, Yvonne Manzi Makolo, a souligné que "ce nouveau vol contribuera à hausser les échanges commerciaux entre le Rwanda et la Chine et à créer de nouvelles opportunités d'affaires entre les deux pays". 

Dotée d'une flotte de 12 avions, dont deux Airbus A330 acquis l'année dernière, RwandAir dessert actuellement des destinations en Afrique de l'Est, Centrale, de l'Ouest et Australe, ainsi qu'au Moyen-Orient, en Europe et en Asie. 

Ouganda-Pétrole 

L’Ouganda vient de mettre sur le marché des enchères cinq blocs d’exploration pétrolière dans l’ouest du pays, a annoncé vendredi le ministère rwandais de l'Energie. 

L’offre, qui est valable jusqu’au 10 novembre prochain, devrait se conclure par l'octroi de licences de prospection pétrolière, d'ici décembre 2020. 

Ces périmètres, qui couvrent une superficie de 4.928 km2, sont situés dans une région où des découvertes d’huile ont déjà été faites, a assuré Irene Muloni, la ministre ougandaise en charge du secteur lors d'une conférence de presse. 

La ministre a exhorté les investisseurs à saisir cette opportunité, indiquant que les services compétents du ministère s’attendent à recevoir de nombreuses offres des compagnies internationales, étant donné qu’avec la stabilisation du marché, les compagnies ont plus de marges pour i 

Gabon-Banque mondiale

La Banque mondiale vient de publier une revue des dépenses publiques dans le but de l'amélioration de la dépense publique pour favoriser la croissance inclusive. 

Intitulée "Améliorer la qualité de la dépense publique pour favoriser une croissance inclusive", cette revue décline les défis à relever par le Gabon face au taux élevé du chômage, de la pauvreté et des inégalités et aux déséquilibres budgétaires. 

Les dépenses publiques en matière d'éducation, de protection sociale et de santé, sont entre autres, les principaux axes de cette revue qui estime ces créneaux sont d’une cruciales pour le renforcement du capital humain, la réduction de la pauvreté, et le développement socioéconomique.

Ghana-Finance

La Banque du Ghana (BoG) a mis en garde les entreprises, les institutions et les particuliers qui exercent des activités de change dans le pays et les a prié de cesser par faire des transactions et de payer des biens et services avec des devises étrangères dans le pays. 

Après cette mise en garde, la BoG a priés tous les opérateurs de faire leurs transactions légales par le biais du Ghana Cedi, la monnaie nationale du pays. La mesure vise à stabiliser le cours du Cedis par rapport aux devises.

Pour la BoG, ceux qui ne se conformeront à la directive qui est montrée et qui seront pris en flagrant délit seront punis par les lois du Ghana. 

Nigeria-Coton

Deux variétés de coton résistantes au ver de la capsule du cotonnier (Helicoverpa armigera) viennent d'être approuvées par les autorités, rapporte la presse locale, notant que le parasite qui compte parmi l’un des ravageurs principaux de la fibre en Afrique de l’Ouest peut entraîner d’après le Conseil consultatif international du coton (ICAC), jusqu’à 90% de dégâts en cas d’inaction. 

Les cultivars génétiquement modifiés ont été développés par l’Institut de la recherche agricole de l'Université Ahmadu Bello en collaboration avec la firme privée Mayco Nigeria, indique Rose Gidado, directrice adjointe de l’Agence nationale de développement de la biotechnologie. 

Côte d'Ivoire-Marchés publics

La part des marchés publics passés de gré à gré en Côte d'Ivoire est en baisse passant de plus de 25% en 2015 à 10% en 2018, a révélé vendredi à Abidjan, Moussa Sanogo, le secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé du budget et du portefeuille de l'État.

« Si vous regardez le taux d'évolution des marchés de gré à gré, on est passé de plus de 25% de parts des marchés qui étaient faits de gré à gré en 2015 à 10% en 2018. A la vérité, en mars 2019, nous sommes encore en dessous de ce chiffre de 10% », a fait savoir M. Sanogo qui était l'invité de la quatrième édition des « Rendez-vous du gouvernement », une tribune d'échanges offerte à un membre du gouvernement pour expliquer à la presse les politiques publiques.

« C'est pour dire, qu'en Côte d'Ivoire, les procédures concurrentielles se sont extrêmement renforcées et nous voulons aller encore plus loin avec la dématérialisation des opérations de passation des marchés publics », a-t-il ajouté.

Côte d'Ivoire-salariat

Les dépenses de personnel de l'Etat de Côte d'Ivoire sont en hausse, passant de 900 milliards FCFA en 2012 à 1700 milliards FCFA en 2019, a indiqué vendredi à Abidjan, Moussa Sanogo, le secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé du budget et du portefeuille de l'État.

M. Sanogo a fait cette révélation à la quatrième édition des « Rendez-vous du gouvernement», une tribune d'échanges pour expliquer les politiques publiques, où il a entretenu les journalistes sur le thème : « le budget, des ressources au service des populations ».

« Quand je regarde, les dépenses de personnel, c'est- à-dire les salaires, nous sommes passés de 900 milliards FCFA en 2012 à 1700 milliards FCFA en 2019. Cela a pratiquement doublé en l'espace de six ans. Les dépenses d'investissement sont passées de 640 milliards FCFA en 2012 à 1900 milliards FCFA en 2019», a fait savoir le secrétaire d'État, expliquant la gestion budgétaire de l'État.