Menu
              
MAP | Reproduit ici le Lundi 11 Février 2019 à 11:15

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines




Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du lundi 11 février : 

Sénégal-UEMOA-Banques

Le volume des transactions interbancaires de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a enregistré une hausse de 165,20 milliards de FCFA (environ 280,840 millions de dollars) au cours du mois de décembre 2018 comparé au mois précédent, a révélé samedi la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Le volume moyen hebdomadaire des opérations interbancaires, toutes maturités confondues, s'est ainsi établi à 463,90 milliards de FCFA durant la période sous revue contre 298,7 milliards de FCFA en novembre 2018, soit une hausse de 55,3% en valeur relative.

Ghana-Automobile

Distributeur exclusif des véhicules Renault au Ghana, Premium Motors Limited a annoncé que la mise en place d'une usine d'assemblage de ses véhicules au Ghana pourrait commencer d'ici 2020. 

Selon la société, l'implantation d'une usine d'assemblage entraînera une réduction des importations des véhicules Renault dans le pays. 

Cela porte à quatre le nombre de constructeurs automobiles qui ont annoncé leur intention d'implanter des usines de montage de véhicules au Ghana. Le géant automobile allemand Volkswagen, le japonais Nissan et le chinois Sinotruk ont tous annoncé leur intention de créer des usines de montage dans le pays. 

Nigeria-Agriculture

Le manque d'installations de stockage, les industries de transformation en difficulté et les circuits de commercialisation peu développés sont responsables de la perte d'environ 50 pour cent de tomates produites au Nigeria, selon le Conseil pour la recherche-développement sur les matières premières (RMRDC).

"Même si la tomate peut être cultivée dans toutes les zones écologiques du pays, la production annuelle nationale n'est que d’environ 1,8 million de tonnes métriques, alors même que la demande nationale est estimée à 2,4 millions de tonnes", estime le RMRDC.

Nigeria-pétrole

Selon le rapport "The Nigerian Oil and Gas Upstream Report" du centre de recherche de la Banque d’investissement Afrinvest, la production nigériane de pétrole devrait entamer une phase de déclin après 2020.

Le rapport publié récemment explique que l'exploration en eaux profondes avait considérablement ralenti en raison de l'incertitude fiscale causée par l'échec de l'adoption du nouveau code pétrolier (Petroleum Industry Bill).

Rwanda-Electricité 

La centrale hydroélectrique de Rusumo, en construction à la frontière entre le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie, est achevée à 35 %, a affirmé le ministre rwandais de l'Energie, Claver Gatete. 

"Nous voulons assurer que le délai sera respecté. La centrale de Rusumo sera achevée en 2020", a affirmé le ministre rwandais, cité par des médias locaux.

Financée à hauteur de 468 millions USD par la Banque mondiale, l’infrastructure desservira trois pays que sont le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie.

Une fois achevée, la centrale, d’une capacité de 80 MW, fournira à chaque pays 26,6 MW d’électricité. L’équivalent pour le Rwanda de 13 % environ de sa puissance installée. Une quantité qui lui permettra d’alimenter 467.000 ménages.

Kenya-Ports La Kenya Ports Authority a lancé son plan quinquennal (2018-2022) visant à améliorer les services dans le port de Mombasa.

Le directeur général de KPA, Daniel Manduku, a déclaré que les performances du port se sont orientées à la hausse depuis 2014, année où il a traité pour la première fois un million de conteneurs (unités équivalentes totales).

Au cours des cinq dernières années, le trafic de conteneurs a augmenté de 28,71% pour atteindre 1,3 million d'EVP l'an dernier, contre 1,01 million d'EVP traités en 2014, selon Manduku qui a déclaré que son objectif est de traiter 1,599 million d'EVP d'ici 2022.

"Nous avons constaté une tendance à la hausse de la capacité de traitement des ports dans le trafic de conteneurs. L'année dernière, nous avons traité 1,3 million d'EVP et nous sommes impatients de traiter 1,6 million d'EVP d'ici 2022", a-t-il déclaré.

Le port, qui génère actuellement environ 40 milliards de shillings de recettes, devra augmenter ses gains à 64 milliards de shillings d'ici 2022.

Côte d'Ivoire-sucre

Le directeur général adjoint (DGA) de la Sucrerie africaine Côte d’Ivoire (SUCAF-CI), Jean-Pierre Champeaux, a révélé, lors d’une journée porte ouverte sur le site Ferké, que la fraude représente plus ou moins 20% du marché sucrier. 

"La production nationale annuelle en sucre qui est de 200.000 T, 76% sont destinés à la clientèle des ménages et 24% aux industriels. La consommation moyenne annuelle en sucre par habitant en Côte d’Ivoire est de 10 kg, soit un marché de 240.000 T. Le déficit étant comblé par des importations officielles et/ou frauduleuses", a déclaré jeudi M. Champeaux.

Pour dynamiser l’industrie sucrière ivoirienne en général et de la SUCAF-CI en particulier, Jean-Pierre Champeaux souhaite une amélioration de l’efficience de l’eau, par une sélection de meilleures technologies d’irrigation, la mécanisation accrue du secteur et une meilleure recherche agronomique.

Côte d'Ivoire-trésor

Le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Jacques Konan Assahoré, a annoncé jeudi à Yamoussoukro, qu’il place l’année 2019 sous le sceau de la digitalisation des procédures, justifiant qu’une telle orientation permet de tirer les avantages de l’usage des technologies de l’information et de la communication pour de réels gains de performance. 

« Dans cette veine, il nous a paru plus impérieux de poursuivre la transformation numérique de notre institution », a déclaré le directeur général du Trésor, à l’ouverture du séminaire bilan 2018 perspectives 2019 de la régie financière.

En cohérence avec sa vision, la direction générale du Trésor et de la comptabilité publique (DGTCP) a mis un accent particulier sur la modernisation de ses outils et méthodes de gestion avec la mise en place déjà de la plateforme web de gestion de la relation client du Trésor Public dénommée « BAOBAB » et le « e-learning ».

Bénin-agriculture

Une subvention d'un montant de 104,4 millions dollars a été accordée par le Fonds international de développement agricole (FIDA) au Bénin en vue de financer un projet d'appui au développement agricole et à l'accès au marché (PADAAM) dans ce pays. L'accord de ce financement a été signé, vendredi à Rome, par le président du FIDA, Gilbert F. Houngbo et le ministre béninois de l'Economie et des Finances, Romuald Wadagni, rapportent des médias béninois. Plus de 51 000 ménages ruraux vulnérables du Bénin bénéficieront de ce projet qui contribuera aussi à réduire les importations de produits alimentaires et à améliorer la compétitivité des produits des petits exploitants agricoles sur les marchés intérieurs et extérieurs. 

Tags : économie


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!

Le Fil | Communiqué de presse | Captures


NOUS SUIVRE
Facebook
Twitter
Instagram
Flipboard
Rss
Newsletter