Twitter
Facebook
Menu
           

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 13/02/2018


Mardi 13 Février 2018 Par MAP




Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 13 février : 

Sénégal-Economie-Finances

Les ressources de l'Etat du Sénégal au terme du mois de décembre 2017 ont connu une augmentation de 23,8 milliards FCFA (environ 38,080 millions de dollars) comparé à la même période de l’année 2016, a-t-on indiqué lundi auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).
Selon la DPEE, ces ressources sont constituées des recettes budgétaires, à hauteur de 1939,4 milliards FCFA, des autres recettes pour un montant de 162 milliards FCFA, des ressources du fonds de soutien au secteur de l’énergie (FSE) pour 25 milliards FCFA ainsi que des dons pour un montant estimé à 232 milliards FCFA.

Sénégal-Mauritanie-Pêche

Le secrétaire général de l’association des pêcheurs de Saint-Louis utilisant les filets dormants, Oumar Dièye, a invité, lundi, le président sénégalais, Macky Sall, et son homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, à prendre en compte ce type de pêche dans le protocole d’accord qui devrait être signé entre les deux pays.

"[Ceux qui pratiquent ce type de pêche] ne veulent pas être en rade par rapport à ces accords de pêche [qui devraient être signés], parce que la plupart des pêcheurs de Guet Ndar et de la langue de Barbarie, s’adonnent à cette forme de pêche, avec les filets dormants et lignes glaciales", a-t-il souligné lors d’un point de presse.

Cameroun-Agriculture-Produit

Le Cameroun envisage de produire annuellement d’ici les dix prochaines années, 1,2 million de tonnes de riz conformément aux objectifs de production de riz du programme de développement de la filière rizicole, a-t-on rapporté lundi de sources concordantes.

A en croire le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) qui pilote ce projet, cinq régions du pays (le Centre, l’Extrême-Nord, le Nord, le Nord-Ouest et l’Ouest) ont été choisies pour abriter les différentes rizicultures.
Ce programme bénéficie de l’appui financier et de l’expertise technique des partenaires au développement, en l’occurrence, la Chine, la Corée du sud et le Japon.

Burkina-Japon-coopération

Le japon a investi, de 1979 à 2017, plus de 249 milliards F CFA au Burkina Faso, répartis entre les domaines de l’agriculture, de l’éducation, de la santé, de l’eau potable et des infrastructures. Au niveau de la coopération multilatérale, le pays du ciel levant a consenti un investissement de 98 milliards de F CFA.

A cela s’ajoutent des échanges d’expertise réalisés dans le cadre de la formation des ressources humaines. Ainsi, 410 experts et 398 stagiaires japonais ont séjourné au Burkina Faso et 1190 stagiaires et 26 étudiants burkinabè ont bénéficié de plusieurs formations au Japon.

Burkina-céréales-déficit

Le Burkina Faso a connu, pour la saison agricole 2016-2017, un déficit céréalier de 72 677 tonnes. Dans le but de résorber ce problème, une opération d’approvisionnement des boutiques gérées par la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGES) a été lancée lundi.
Au cours de l’année 2018, ce sont 138 boutiques témoins qui seront approvisionnées en raison de 30 tonnes de céréales par boutique et par mois, selon le ministère de l’Agriculture.

Côte d'Ivoire-entreprises

La création d’entreprises a connu le plus grand progrès de 2007 à 2016, passant de 14.000 à 26.000, soit un bond de 50% avec une moyenne annuelle 17.000, révèle une étude indépendante menée par Bah Blesson & Company, cabinet conseil en management et analytics. «Les mariages d’entreprises et créations d’entreprises ont connu le plus grand progrès de plus de 50% en 10 ans (de 10 000 à plus de 16 000 pour le 1er et pour l’autre) avec une moyenne annuelle de respectivement 11 000 et 17 000. La croissance annuelle reste cependant relativement faible (environ 1%). Les chiffres les plus bas concernant ces deux évènements se situent entre 2009 et 2011 », précise le document. Cette étude dénommée « Corrélation entre les mariages, divorces, créations et faillites d’entreprises en côte d’Ivoire de 2007 à 2016» a été menée sur cinq mois du (28/08/2017 au 18/01/2018).

Côte d'Ivoire-UMOA

La Banque africaine de développement (BAD) et le Conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers (CREPMF) ont signé à Abidjan un accord de don de près d’un million de dollars américains pour le Projet d’appui au développement du marché financier régional (PADMAFIR) de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA). L’accord de don, signé récemment, par le vice-président de la BAD en charge du Secteur privé, de l’infrastructure et de l’industrialisation Pierre Guislain et le président du CREPMF Mamadou Ndiaye, vise à contribuer à la mise en œuvre d’actions prioritaires du plan stratégique 2014-2021 du Marché financier régional (MFR). Le PADMAFIR a été structuré par la BAD et le CREPMF, en collaboration avec la Bourse régionale des valeurs mobilières – Dépositaire central / Banque de règlement (BRVM-DC/BR), l’Association professionnelle des sociétés de gestion et d’intermédiation (APSGI), l’Association des sociétés de gestion d’organismes de placements collectifs en valeurs mobilières et patrimoine (ASGOP) et l’Association professionnelle des banques teneurs de comptes conservateurs (APBTCC).

Côte d'Ivoire-BAD

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) vient d'apporter un appui budgétaire de près de 10,2 millions de dollars en appui aux réformes économiques et financières de la République centrafricaine. Le ministre centrafricain de l'économie, du plan et de la coopération, Gouverneur de la Banque, Felix Moloua et le Responsable-pays de la BAD pour la RCA, Joel Sibaye Tokindang, ont signé récemment à Bangui, cet accord de don destiné à financer la seconde phase du Programme d’appui aux réformes économiques et financières (PAREF II). Cet appui budgétaire programmatique contribuera à l’amélioration de la gestion des finances publiques et à la relance de la croissance économique qui est une des priorités du Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix pour la Centrafrique (RCPCA) adopté en octobre 2016.

Côte d'Ivoire-automobiles

Le ministre des Transports, Amadou Koné, a rassuré les importateurs des véhicules d’occasion, sur la volonté du Gouvernement, de les soutenir dans la poursuite de leurs activités. Il s’est agi, à travers cette rencontre, d’éclairer l’ensemble des acteurs et opérateurs sur les dispositions contenues dans le décret portant limitation de l’âge d’importation des véhicules d’occasion et celui portant durée d’exploitation des véhicules affectés au transport de personnes ou de marchandises. Pour ce faire, plusieurs points ont été abordés au cours des discussions. A savoir, la question de la date d’entrée en vigueur des mesures, surtout celle indiquant la date butoir d’embarquement dans les ports européens des véhicules ne répondant pas aux normes précisées dans le décret portant limitation de l’âge d’importation. Aussi, a-t-il été question des mesures d’accompagnement de ces décisions.

Kenya-TIC.

La Fondation Airbus a lancé son programme "Airbus Little Engineer" au Kenya avec le soutien de ses partenaires "The Little Engineer" et "The Travelling Telescope", ont rapporté des médias.Cette initiative vise à inciter les élèves âgés de 10 à 16 ans à s’intéresser à la technologie, et à éveiller des passions susceptibles de conduire à de fascinantes carrières dans le domaine des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques, souligne-t-on.

Rwanda-Tanzanie-Exportations.

La Tanzanie pourrait exporter 60.000 tonnes de riz vers le Rwanda en 2018, selon les prévisions du Bulletin de Commerce Transfrontalier pour l’Afrique de l’Est. Les prévisions reposent sur l’hypothèse d’un robuste approvisionnement du marché tanzanien à la faveur d’une bonne récolte durant le mois d’août, et des stocks élevés qui devraient tirer les prix vers le bas, a indiqué le bulletin, relayé par des médias locaux. 




View my Flipboard Magazine.