Menu
eMouaten : [Bulletin] : Finale CAN-2019  Finale CAN-2019 : 28 avions pour transporter les supporters algériens  Les autorités… https://t.co/xqNI8kRIHj

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Newsletter
Rss



              
MAP | Reproduit ici le Lundi 24 Juin 2019 à 11:13

Bulletin économique du Maghreb




Tunis - Le ministre tunisien du Tourisme et de l’artisanat, René Trabelsi, a estimé nécessaire de miser sur le numérique en tant que levier de développement durable, car aujourd'hui la digitalisation constitue la clé de voûte de toute activité économique.

Intervenant lors de la conférence organisée les 21 et 22 juin à Tunis sur "Le numérique, levier de l’économie durable en Afrique", à l’occasion du symposium africain de l’entrepreneuriat et du réseautage féminin, le ministre a indiqué que tous les pays du continent doivent œuvrer ensemble pour générer des effets de levier bénéfiques à l’Afrique toute entière et créer des synergies entre les pays africains.

Le ministre a souligné que le développement durable est considéré comme une priorité mondiale, surtout, pour les pays africains, ajoutant que le tourisme durable est un bel exemple puisqu’il participe activement à attirer touristes et investisseurs non seulement en Tunisie mais dans le monde entier.

De son côté, le ministre de la Modernisation de l’administration et de l’innovation des services publiques en Côte d'Ivoire, Raymonde Goudou Coffie a souligné que le développement du numérique permet, aujourd’hui, aux femmes entrepreneures de faire le réseautage de leurs entreprises et d’acquérir une certaines autonomisation.

D’après la présidente du Conseil international des femmes entrepreneures (CIFE), Rachida Jebnoun, cet événement auquel ont participé environ 70 femmes africaines entrepreneures vise à mettre en avant les femmes africaines et leurs rôles dans le développement économique, à créer un réseau africain générateur de business et à encourager l'adhésion des femmes aux nouvelles technologies.

-. L’Agence tunisienne de promotion de l'industrie et de l'innovation (APII), membre du réseau "Enterprise Europe Network", organise en collaboration avec Bretagne Commerce International et Invest In Bretagne une mission d’hommes d’affaires tunisiens pour participer à la 7ème édition de l’événement "Open de l'International", le forum de partenariats d'affaires internationaux, qui aura lieu à Brest en France du 01 au 02 juillet prochain.

Cet évènement de réseautage et d’information permettra de rencontrer et de nouer de nouvelles opportunités d’affaires avec des entreprises de l’ouest de la France et autres dans plus de 55 pays à travers le monde, lit-on sur le site de l'Agence.

Des rencontres d’affaires B2B ainsi que des conférences et des ateliers figurent au programme des deux journées, qui porteront des thèmes "Agri tech & food tech", "E-santé & Biotech" et "Energies renouvelables & Smartgrid".

Créé en 2008,"Enterprise Europe Network" est un réseau actif dans plus de 60 pays qui aide les entreprises à innover et à s'internationaliser. Il s'agit du réseau le plus large au monde destiné aux petites et moyennes entreprises (PME) qui ambitionnent de s'externaliser.

-. Une mission économique multisectorielle sera organisée, du 7 au 10 juillet prochain, en Jordanie par le Centre Tunisien des Exportations, en collaboration avec l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), dans le cadre de la tenue du Conseil d’affaire tuniso-jordanien.

La mission comportera des visites institutionnelles et des rencontres d’affaires multisectorielles (B to B) avec des entreprises jordaniennes dans différents domaines, à savoir l’agroalimentaire, les matériaux de construction, les équipements hôteliers, les industries électriques (disjoncteurs, transformateurs, éclairage public, armoires électriques, photovoltaïque, câbles…).

Nouakchott -. L’Union Européenne est «très soucieuse» de la durabilité des ressources halieutiques et de la transparence des captures, a affirmé l’ambassadeur-chef de la Délégation de l’UE en Mauritanie, Giacomo Durazzo.

Dans une déclaration à la presse, le diplomate a indiqué que l’accord de pêche, renouvelé en 2015 jusqu’à 2019, contribue au budget annuel de l’Etat mauritanien, au titre des licences de pêche, qui constituent un appui pour le développement du secteur de la pêche et la préservation du milieu marin.

 Plus de 292 millions d’euros de financements ont été attribués par l’UE à la Mauritanie pour l’aide humanitaire et au développement, pour la période 2016-2017, auxquels devraient s’ajouter 139 millions d’euros supplémentaires pour 2018, a-t-il précisé.

M. Durazzo a souligné qu’en Mauritanie, l’UE est également un partenaire substantiel, tant en matière d’aide publique au développement que d’aide humanitaire. Le poids de son investissement dans ce pays est fondamental, puisqu’elle y est en effet le premier bailleur de contributions délivrées sous forme de dons, grâce à l’utilisation de plusieurs instruments.

A travers le Xe Fond européen de développement (FED), elle intervient aussi bien en faveur de la décentralisation et de la gouvernance, des infrastructures (routières, eau, énergie, etc.), de l’appui budgétaire, de la sécurité alimentaire, de la prévention des conflits, ainsi que de la sécurité et du développement, a-t-il expliqué. 

Le diplomate souligne également que l’Office d’aide humanitaire de la Communauté européenne (ECHO) s’est parallèlement investi dans l’aide humanitaire à la population, notamment en faveur des réfugiés du camp de M’bera. Quant à la Banque européenne d’investissement (BEI), elle accompagne de longue date la Mauritanie via des prêts concessionnels et de l’assistance technique, par exemple auprès de la Société nationale industrielle et minière de Mauritanie (SNIM), note-t-il.

Et d’ajouter que depuis 2016, le Fonds fiduciaire d’urgence pour le Sahel de l’UE vient désormais en complément de ces instruments de coopération, se focalisant en Mauritanie sur l'appui à la formation professionnelle et l’employabilité des jeunes dans des secteurs à fort potentiel de création d’emplois (pêche, construction), la prévention de la radicalisation et le renforcement de la gestion institutionnelle des frontières et des migrations.