Menu
eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Video
Radio eM
Newsletter
Rss


              
MAP | Reproduit ici le Jeudi 14 Mars 2019 à 11:37

Bulletin économique du Maghreb




Tunis - Un pacte de compétitivité de l'huile d’olive sera, signé au cours des prochaines semaines, avec le gouvernement tunisien, a annoncé, mercredi à Tunis, Chiheb Slama, président de la chambre syndicale nationale des exportateurs d’huile d’olive de Tunisie (Azzayeta). 

Intervenant lors d’un workshop sur la "promotion internationale des labels tunisiens d’huile d’olive : perspectives et stratégies", il a indiqué qu’un groupe de travail a commencé à travailler avec le ministère de l’industrie, la fédération de l’agroalimentaire et la Chambre des Exportateurs d'Huile d'Olive, pour définir un accord cadre qui engage le gouvernement, les institutions de l’Etat et les professionnels.

Et d’ajouter qu’une stratégie nationale pour le développement de l’exportation de l’huile d’olive conditionnée a été élaborée laquelle vise à atteindre, à l’horizon 2024-2025, 70 mille tonnes d’huile d’olive conditionnée labélisée.

Il s’agit, en outre, de diversifier les marchés d’exportation de l’huile d’olive conditionnée qui sont limités actuellement, à quatre pays à savoir l’Arabie Saoudite, le Canada, les Etats-Unis et la France.

Les principaux marchés à l’export de l’huile d’olive conditionnée sont le Canada (27%), la France (24%), les Etats-Unis (13%) et les pays du Golfe (15%).

Il est à noter que la Tunisie compte actuellement plus de 1700 huileries avec une capacité de production journalière s’élevant à 40 mille tonnes, 5 raffineries et 15 usines d'extraction de l’huile de grignons d'olive ainsi que 60 usines de conditionnement de l’huile d’olive.

Le secteur regroupe 200 sociétés exportatrices agréées dont plus de 50 opérant dans le domaine du conditionnement et détenant plus de 60 marques déposées. 

***

-. La Tunisie est appelée à développer la qualité de ses investissements, a affirmé le ministre tunisien du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Laadhari, rappelant que durant des décennies, les gouvernements successifs se sont intéressés seulement au volume.

"Nous tablons sur des investissements qui permettront de valoriser les compétences, développer les régions et qui favoriseront l’intégration aux chaines de valeur internationales", a-t-il avancé en marge d’un séminaire sur la promotion de l’investissement en Méditerranée.

Pour atteindre cet objectif, notre travail sera axé sur l’identification de mécanismes visant à ne pas tenir compte des aspects quantitatifs (coût d'investissement, nombre de postes d’emploi…), mais plutôt d’axer sur la qualité de l’investissement qui permet d’ouvrir des perspectives en termes de technologies et d’intégration dans l’économie mondiale, précise encore le ministre. 

Il a, dans ce cadre, rappelé le programme visant la numérisation de toutes les étapes par lesquelles l’investisseur doit passer pour investir en Tunisie.

****

-. L’économie tunisienne a réalisé un taux de croissance de 2,5%, pour toute l’année 2018, alors que ce taux a été de l’ordre de 2,2% au cours du dernier trimestre de la même année, selon l’Institut National de la Statistique (INS).

Les résultats préliminaires relatifs au dernier trimestre de l’année 2018, révèlent une hausse du Produit Intérieur Brut (PIB) de 2,2% en glissement annuel en comparaison avec le dernier trimestre 2017, selon les mêmes données publiées sur le site électronique de l’INS.

Le PIB en Tunisie a enregistré une croissance de 0,2% par rapport au troisième trimestre de l’année 2018, ce qui a entrainé une croissance positive de l’économie nationale de l’ordre de 2,5% sur toute l’année 2018, contre 1,9% au cours de l’année 2017.

La valeur ajoutée des industries manufacturières s’est repliée de 0,5%, au cours du 4ème trimestre de l’année 2018 et une croissance négative de 0,5 %, au cours de la même période de l’année 2017.

==== Tripoli -. Le directeur du marketing de la Libyan Iron and Steel Company, Ali Al-Dharrat, a déclaré que la société exportera le premier envoi d'acier d'armature, estimé à 5 000 tonnes dans les prochains jours.

Al-Dharrat a révélé dans un communiqué de presse que la société avait l'intention d'exporter d'autres quantités estimées à 92 000 tonnes vers les États-Unis d'Amérique, la Grèce et l'Afrique de l'Ouest, ajoutant qu'environ 5 000 tonnes de "rouleaux de fer" seraient exportés du port de Misurata vers l’Egypte.

Il a également nié toute baisse des prix des barres d’armature sur le marché local, attribuant l’augmentation de 20% des prix des mois précédents au refus de la société d’obtenir le dollar au prix officiel.