Menu
           

Bulletin économique du Maghreb du 13/02/2018


Mardi 13 Février 2018 Par MAP




Tunis -Dix dessertes entre Zarzis et Marseille à bord du navire Carthage ont été programmées par la Compagnie tunisienne de navigation (CTN), à partir du 19 juin 2018 jusqu'au 30 septembre 2018.

«75 traversées sur la ligne Tunis-Marseille et 67 voyages sur la ligne Tunis-Gênes-Tunis ont été programmées par la CTN, pendant la saison estivale 2018, pour assurer le retour des Tunisiens résidents à l’étranger », a indiqué le ministère tunisien du Transport dans un communiqué. 
La capacité d’accueil est estimée à 312 390 voyageurs et 126 200 véhicules, a précisé le ministère. 

-.Les investissements déclarés dans le secteur des services destinés à l'exportation en Tunisie ont évolué en janvier 2018 de 137,5% en comparaison avec la même période de 2017, soit une valeur de 9,3 millions de dinars (euro= 2,95 dinars) contre 3,9 MD alors que les investissements orientés vers le marché local ont baissé de 40%, a indiqué l'Agence de promotion de l'industrie et de l'innovation (APII).
Les projets déclarés concernant les services exportés ont augmenté de 31,4%, passant de 172 projets en janvier 2017 à 226 projets en janvier 2018.Ces projets devraient générer 1086 emplois, soit une hausse de 27% en comparaison avec les créations d'emplois réalisées en janvier 2017 (852 emplois). 

La valeur des investissements dans le secteur des services orientés vers le marché tunisien a régressé en janvier 2018 pour s'établir à 107 MD contre 158 MD en janvier 2017.Le nombre de projets, a quant à lui, évolué pour s'élever à 943 projets en janvier 2017 contre 716 janvier en 2017, avec des prévisions d'emplois à créer de l'ordre de 3552 postes, représentant une hausse de 32% par rapport à janvier 2017. 

-. La production du secteur de la pêche et de l'aquaculture a atteint, durant l’année 2017, 129,5 mille tonnes contre 126,5 mille tonnes en 2016, soit une augmentation de 2%, selon les premières estimations du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche.

La production de l’activité de la pêche a enregistré, en 2017, une augmentation en quantité d’environ 0,9 mille tonnes, s’établissant à 111,1 mille tonnes contre 110,2 mille tonnes en 2016, alors que celle de l'aquaculture s’est établie à 18,4 mille tonnes contre 16,3 mille tonnes en 2016, soit une augmentation de 13%, selon la même source.

En ce qui concerne les exportations, elles ont atteint, à fin décembre, 20,3 mille tonnes d’une valeur de 410,4 millions de dinars, contre 20,9 mille tonnes d’une valeur de 339,9 millions de dinars en 2016, soit une diminution en quantité de 0,6 mille tonnes (2,7%) et une hausse en valeur de 70,5 millions de dinars (20,7%). 

Algérie -. La ministre algérienne de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Imane-Houda Feraoun, a souligné, lundi à Alger, lors du forum régional de développement pour les Etats arabes, la nécessité d'accélérer davantage le déploiement et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication afin de réduire la fracture numérique et réaliser les Objectifs du développement durable.

La réponse aux aspirations des peuples de la région dans l’utilisation des outils offerts par les technologies de l’information et de la communication constituent des défis qu’il y a lieu d’inscrire dans les stratégies des pays de la région pour la réalisation des OMD, a indiqué Mme Feraoun dans une allocution lue en son nom par le secrétaire général du ministère, Fouad Belkacem. Elle a souligné, dans ce sens, l’impératif d’adopter une "vision stratégique commune" en matière des nouvelles technologies qui connaissent un développement rapide, à l’instar de l’internet très haut débit fixe et de l’internet mobile de 5ème génération.

"Nous sommes appelés à concrétiser les engagements adoptés en vertu de la déclaration de Buenos Aires, notamment sur les points relatifs à l’encouragement de l’innovation en matière de communication dans les zones reculées, l’échange d’expériences et de coopération internationale dans le but d’améliorer la communication au profit des pays les moins développées et la protection des données personnelles, la garantie de la fiabilité et de la sécurité des réseaux et des services dans le domaine des TIC", a-t-elle rappelé.

-. La 5ème édition du salon international des transports, de la logistique et de la mobilité "Algeria infrastructure 2018" se tient, du 12 au 14 février en cours à Alger, avec les Pays-Bas comme invité d'honneur, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué.

Ce salon accueillera des exposants nationaux et étrangers (Pays-Bas, Afrique du Sud, Chine, France et Suisse) sur une superficie de 4.000 m2 au Palais des expositions des Pins maritimes (Alger). Selon les organisateurs, 4.000 visiteurs professionnels à la recherche d'opportunités d'échanges et de partenariat sont attendus à cette manifestation économique.

Relevant que la tenue de ce salon répond aux investissements consentis durant ces dernières années dans le secteur des transports, les organisateurs rappellent que plus de 3.000 milliards de dinars (environs 40 milliards de dollars) ont été consacrés par l'Etat aux infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires depuis 1999. Ces investissements représentent chaque année près de 3% du produit intérieur brut (PIB) du pays, souligne la même source.

La manifestation connaîtra une "offre riche, diversifiée, présentant une large palette de technologie adaptées aux investissements en Algérie", notent les organisateurs qui ajoutent que les exposants compteront des fournisseurs et distributeurs d'équipements et prestataires de services dans les différents domaines du transports et des infrastructures.

. La compagnie algérienne Sonatrach a démenti l'information relayée par certains médias selon laquelle elle serait en discussions avec des partenaires pour céder des parts et changer le contrôle de certaines de ses filiales. "Suite à l'entretien accordé lundi par le vice-président Activité Exploration et Production de Sonatrach, Salah Mekmouche, à une émission de la radio nationale, Sonatrach dément formellement l'information relayée dans certains médias selon laquelle Sonatrach serait en discussions avec des partenaires pour céder des parts de l'entreprise ainsi que le changement de contrôle de certaines de ses filiales", précise le groupe pétrolier national dans un communiqué.

A ce propos, il indique qu'en relation avec la question relative à la décision de certains partenaires de quitter I'Algérie, "le vice-président exploration et production a précisé que plusieurs opportunités de coopération étaient en cours de discussions avec des partenaires déjà présents en Algérie ou avec de nouveaux partenaires".

Le communiqué ajoute que le même responsable a précisé que "Sonatrach continue à exploiter son domaine minier avec ses partenaires historiques et reste favorable à construire de nouveaux partenariats avec des sociétés activant dans le domaine pétrolier déjà pré-qualifiées par Alnaft". Dans ce sens, le communiqué souligne que "les questions relatives à l’ouverture du capital de l’entreprise, de cession d’actions dans les filiales ou de modification de la règle 51/49%, n’ont jamais été évoquées dans l’entretien en question".