Menu
eMouaten : Bulletin de veille | Santé: une faculté de médecine et un CHU en chantier à Laâyoune Kiosque360. Le ministère de l’… https://t.co/rCTcJ4gWLi

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Newsletter
Rss




              
MAP | Reproduit ici le Lundi 11 Février 2019 à 11:17

Bulletin écologique du Maghreb




Tunis - Plus de 18 kilomètres du littoral de Djerba en Tunisie ont été érodés et 45 mètres des plages ont également été touchées par l'érosion, au cours des 30 dernières années, selon une étude préliminaire réalisée par l'Agence tunisienne de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL).

Dans une déclaration en marge d'une visite à cette île, la Secrétaire d'Etat tunisienne en charge de l'Environnement, Besma Jebali, a précisé que le travail est axé sur l’identification des financements nécessaires pour programmer l’entretien de la partie du littoral érodé dans les projets futurs, soulignant qu’un accord de principe pour le financement des travaux d’intervention sur 7 km et demi du total des 18 km a été établi et les travaux devront démarrer, au début de 2020.

Jebali a annoncé la création d’une commission technique composée de spécialistes et d'experts de l'APAL, des acteurs de la société civile et des autorités locales et régionales pour assurer le suivi de la situation de l’île Ras Rmel classée site Ramsar.

Il s’agit, par ailleurs, d’étudier le programme d'exploitation de l'île, conformément à un cahier des charges, d’actualiser des permis accordés depuis 10 ans et de sensibiliser les exploitants au danger de l'exploitation anarchique ainsi qu'à l’importance d’une exploitation durable conformément aux législations.

Le cahier des charges, a-t-elle précisé, devra être élaboré dans 10 jours afin d’identifier le plan d’exploitation et d’occupation temporaires de l’île, soulignant que l’APAL se penche sur l’élaboration du programme d’occupation temporaire des plages qui regroupe 20 plages au Sud dont les plages de Médenine.

Ce programme devra être lancé au cours du deuxième semestre de 2019, a-t-elle encore dit.

-. L'élaboration du document relatif au Fonds des catastrophes naturelles en Tunisie est en phase finale, a souligné, vendredi, le ministre tunisien de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb.

Tout en assurant qu'"il sera procédé au dédommagement des dégâts subis par les agriculteurs dans les jours prochains", le responsable a indiqué, au cours d'une séance plénière au Parlement, que la valeur des dégâts dus aux inondations, vents et chutes de neige enregistrés au cours de la dernière période s'élève à 60,5 millions de dinars (1euro=3,46 dinars).

Il a précisé que ce dossier a été transféré à la présidence du gouvernement pour fixer le taux de dédommagement. 

-. La Secrétaire d’Etat tunisienne chargée des Affaires locales et de l’Environnement, Besma Jebali, a annoncé, samedi, le lancement de l’appel d’offres relatif au projet transitoire de la gestion des déchets à l’île de Djerba, précisant que ce projet consiste à mettre en place un mécanisme de traitement automatique et biologique des déchets.

Mme Jebali a ajouté, dans une déclaration à la presse, que la réalisation de ce projet nécessitera une période de 3 à 5 ans, notant que son département coordonne, actuellement, avec le ministère du Tourisme, pour élaborer une convention stipulant le lancement de 400 points de tri organisés dans les différentes régions de l’île. Ces points seront aménagés dans les hôtels, les restaurants touristiques et trois quartiers pilotes dans chaque délégation. 

L’objectif est d’adopter le principe de tri à la source afin d’alléger le volume des déchets, destinés aux décharges, et ce, en attendant le lancement du projet final de gestion des déchets à Djerba.

Alger -. Les participants au séminaire national sur "Environnement et société: les bases d’une sociologie de l’environnement", organisé à l’université Abdelhamid Mehri de Constantine-2, ont insisté sur la valorisation des programmes des énergies renouvelables pour opérer la transition énergétique en Algérie.

La transition énergétique reposerait sur l’énergie solaire pouvant être produite au Sud du pays et par le recyclage des déchets urbains, a déclaré à cette occasion le Dr. Lamia Bouaroudj, relevant que l’objectif de l’Algérie est d’assurer d’ici 2030 la production de 37% de la consommation nationale d’électricité à partir de l’énergie solaire et 3% à partir de celle éolienne et de s’orienter à partir de 2021 vers l’énergie solaire thermique.

L’universitaire a souligné que le recyclage des divers déchets peut produire 1,33 tonne d’équivalent pétrole par année, en indiquant que l’Algérie compte huit zones ventées à fort potentiel éolien, dont 2 sur le littoral et 3 sur les Hauts plateaux.

Tags : écologie