Menu
Derniers tweets
Détournement de l'aide humanitaire par le polisario et l'Algérie: le coup de gueule d’un eurodéputé https://t.co/VGHO4awmV1

Bulletin de Veille

              
19 Novembre 2019 - Par MAP

Bulletin écologique du Maghreb du 19/11/2019




Tunis - Un atelier de clôture du projet "Gestion Durable des Ecosystèmes Oasiens en Tunisie" (GDEO), qui a démarré en août 2014, se tiendra du 19 au 20 novembre courant à Tunis.
Bulletin écologique du Maghreb du 19/11/2019
Ce projet GDEO, qui prendra fin le 30 novembre 2019, a été financé grâce à un don de 5,7 millions de dollars (15,96 MD), obtenu du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et à travers la Banque Mondiale (BM), a indiqué la Banque dans un communiqué publié lundi à Tunis.

Ainsi, la signature de cet accord de don du FEM s'inscrit dans le cadre du processus initié par le pays, en janvier 2013, en matière de développement durable des oasis, pour les préserver, en identifiant l’écosystème agricole en tant qu’élément de maillage de développement territorial intégré.

Cet atelier de clôture du projet GDEO vise à présenter les enjeux de développement des oasis tunisiennes, de la situation actuelle des programmes (réalisés ou en cours de préparation) de développement durable du Sud tunisien en général et des oasis en particulier, à engager des discussions et à partager les expériences de ces programmes.

Il s’agit également de partager des expériences réussies en matière de gestion et de valorisation des écosystèmes oasiens au niveau national, d'en faire la synthèse et d’analyser les résultats du projet.

Environ 150 participants représentants les différentes parties prenantes et les acteurs de développement des oasis tunisiennes au niveau international, national, régional et local devraient prendre part à cet atelier organisé par le ministère tunisien des Affaires Locales et de l’Environnement conjointement avec la BM.

-. Les poissons pêchés au large des côtes de Gabès et de Sfax (centre-est) où le phénomène de marée rouge a été constaté, ne présentent aucun danger pour la santé des consommateurs, a assuré lundi le ministère tunisien de l'Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche dans un communiqué.

La marrée rouge est une présence excessive de "Karenia brevis", un organisme unicellulaire microscopique faisant partie de la catégorie des dinoflagellés qui sont des micro-algues unicellulaires.

Ce phénomène qui a un effet néfaste sur les organismes est responsable de la couleur rougeâtre de l'eau.

Le ministère a, par ailleurs, mis en garde contre la consommation des poissons morts échoués sur les plages, précisant que les analyses de l'Institut national des sciences et technologies de la mer se poursuivent afin de déterminer les causes de l'apparition de ce phénomène.

La marrée rouge a été observée dans certaines zones côtières tunisiennes dont, Sfax, Boughrara, Ezzarat, Gabès, Oued Matline, Kerkenah, Louza, El Awabed et Chebba.

Nouakchott -. Le Premier ministre mauritanien, Ismaïl Bedde Cheikh Sidiya, s’est informé, récemment, des efforts déployés dans le cadre de l’évacuation des eaux stagnantes et de l’enlèvement des déchets solides dans plusieurs quartiers de la capitale Nouakchott.

Une opération a été récemment lancée dans la moughataa de Tavregh Zeina pour l’élimination des mares et des marécages, exécutée par le Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement par l'intermédiaire de l'Office national de l'assainissement (ONAS). Le Premier ministre s’est également informé de l’expérience du centre d’enfouissement des ordures de Tivirit situé sur la Route de l’Espoir dans le traitement des ordures en provenance de la capitale. Il a, à cette occasion, donné des instructions pour le redoublement des efforts en vue de la mise en œuvre des stratégies tracées pour l’élimination des eaux stagnantes et des ordures à Nouakchott, afin d’améliorer l’image de la capitale et de préserver la santé des populations.



Source : https://www.mafrique.info/Bulletin-ecologique-du-M...




Twitter
Mobile
Rss