MAP le Mercredi 15 Juillet 2020

Bulletin de l'écologie de l'Afrique




​Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du mercredi 15 juillet :
Bulletin de l'écologie de l'Afrique
Sénégal :

--La prise en compte de l'impact de la Covid-19 dans la sécurité de l’eau doit être considérée comme "un impératif", au regard du rôle fondamental que jouent l’eau et l’hygiène dans les mesures préventives, mais également dans la résilience économique, a soutenu Abdoulaye Sène, le secrétaire exécutif du comité préparatoire de la neuvième édition du Forum mondial de l’eau prévue en mars 2021 à Dakar.

"Cet aspect fera inévitablement l’objet d’une analyse approfondie de la part des groupes d’action pour aboutir à des propositions et recommandations pertinentes pour les décideurs politiques et tous les acteurs concernés en prévision du futur", a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse virtuelle.

Selon M. Sène, les organisateurs de la neuvième édition du Forum mondial de l’eau seront "attentifs à l’évolution de la situation", pour s’adapter en conséquence. 

"Cette question est suivie rigoureusement au plus haut niveau, avec des échanges réguliers, sous la coordination du ministère de l’Eau et de l’Assainissement", a indiqué Abdoulaye Sène.

RDC :

--La République démocratique du Congo et la France ont signé mardi une convention de financement du programme de gestion durable des forêts (PGDF) pour appuyer les ministères de l’environnement et celui du développement durable dans la bonne gouvernance forestière en RDC.

Selon le ministère de l’environnement, ce programme a pour objectif global de créer les conditions d’une gestion durable des forêts de la RDC, assurer la valorisation actuelle des ressources forestières et une amélioration significative de la gouvernance aux différentes échelles nationales, provinciales et locales.

La RDC dispose de la deuxième plus grande forêt tropicale après celle de l’Amazon.

Ghana :

--Au Ghana, les aliments biologiques gagnent en popularité à mesure que les gens essaient de rester en bonne santé pendant la pandémie de COVID-19.

Ainsi, les agriculteurs ghanéens ont créé leur propre système, avec le soutien d'organismes internationaux, pour certifier les produits biologiques, à travers un système de garantie participative (PGS).

Les agriculteurs se surveillent mutuellement pour suivre les directives biologiques, avec des vérifications ponctuelles, des examens des pratiques et le partage des connaissances. Leurs produits sont ensuite certifiés biologiques, pour être vendus sur les marchés locaux.