Menu
              
MAP | Reproduit ici le Mardi 11 Juin 2019 à 11:58

Bulletin de l'écologie de l'Afrique




Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du mardi 11 juin: 

Cap Vert :

Sandra Freire, professeure d'université, a indiqué récemment à Praia que la brume sèche était le phénomène le plus préoccupant de la pollution atmosphérique au Cabo Verde.

Un brouillard sec se forme lorsqu’il y a condensation de vapeur d’eau, mais en association avec de la poussière, de la fumée et d’autres polluants, ce qui donne un aspect grisâtre à l’air.

"Il est difficile de faire une évaluation au Cabo Verde parce que nous avons peu d’études, mais la pollution de l’air, qui peut être causée par des sources naturelles, principalement de la brume sèche, provoque de grands impacts au Cabo Verde", a déclaré la professeure.

Sandra Freire s’exprimait en marge de la conférence sur "La qualité de l’air et les défis du développement durable", promue lors des célébrations de la Journée mondiale de l’environnement.

RDC :

Le vice-gouverneur de la province Kwilu, située à l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC), a lancé, le week-end dernier, dans la ville de Bandundu, une campagne de vulgarisation de la semence améliorée du maïs JKK 981, rapporte la presse locale.

Cette variété, qui contient la vitamine A et bien d'autres protéines, est le fruit des recherches de la collaboration sino-congolaise, par l’ONGD «Appui à la communauté Rurale pour le développement durable et la protection de l’Environnement (ACORDEPE)».

Nigeria:

Une école du quartier d'Ajegunle, à Lagos, la capitale nigériane, a trouvé une solution originale pour permettre aux parents de payer les frais scolaires et de résoudre le problème de pollution, en ramassant des bouteilles en plastique.

"Les bouteilles en plastique ne sont plus vues comme un simple déchet, mais comme une solution. Je pense que c’est une première en Afrique. C’est une réelle opportunité pour les parents, qui ont maintenant la possibilité de payer à temps leurs frais scolaires. Tout le monde y gagne: école, parents et enfants", explique Alexander Akhigbe, initiateur du projet.

Guinée:

Le ministre guinéen de l'Environnement et des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui a annoncé, à Conakry, que son département envisage de réactualiser la loi «Fria» pour faire participer l’ensemble des Guinéens à des actions de reboisement.

S’exprimant au cours d’une conférence de presse sur le bilan de son département, Oyé Guilavogui a indiqué que le déboisement se pratique à vive allure dans le pays, surtout en Haute Guinée à cause de l’exploitation de l’or.

« Ce qui se passe en Haute-Guinée est très grave. Le déboisement qui a lieu là-bas n’est jamais arrivé dans une autre région », a-t-il déploré, ajoutant que les orpailleurs dégradent la nature et n’aident pas le gouvernement à restaurer l’environnement.

Pour pallier ce phénomène, la réactualisation de la loi « Fria » est « nécessaire », a souligné le ministre.

Burkina:

Le mouvement "Initiative pour la ceinture de verte de Ouagadougou" a organisé, récemment, une réunion au cours de laquelle les participants ont plaidé en faveur de la réhabilitation de cette bande qui entoure la capitale burkinabè.

Aujourd’hui, la ceinture verte de Ouagadougou connaît une dégradation avancée due, principalement, à l’action de l’homme, du fait de la pression démographique, estime le Mouvement.

Selon un bilan établi par la Direction burkinabè des eaux et forêts, environ 1050 ha sont aujourd’hui sous occupation illégale sur les 2100 ha prédéfinis.