eMouaten : Bulletin de Veille


MAP le Jeudi 24 Mai 2018

Bulletin d'actualités économiques européennes




Bruxelles - Voici le bulletin d'actualités économiques européennes pour la journée du jeudi 24 mai 2018: - L'économie des drones créera 1.000 emplois supplémentaires en Belgique d'ici 2020 et générera un chiffre d'affaires de 408,9 millions d'euros par an, ressort-il d’une étude publiée par la société de conseil "PWC" et la fédération de l'industrie technologique "Agoria".

Avec un chiffre d'affaires attendu de 176,3 millions d'euros, le secteur des infrastructures devrait être le plus concerné par le développement des drones, devant la défense, les médias, la sécurité, les transports et la logistique ou encore l'agriculture, précise l’étude.

Alors que la nouvelle législation européenne sur le drone entrera en vigueur début 2019, les auteurs de l'étude y voient une opportunité "pour effectuer un mouvement de rattrapage, si les autorités peuvent rapidement transposer les règles européennes".

Ils estiment que cette transposition dans la législation belge permettrait de clarifier la situation pour le secteur et favoriser ainsi l'innovation.

Cette législation, poursuivent-ils, permettrait également de favoriser la libre circulation des drones au-delà des frontières et d'introduire un permis de conduire européen.

Sept entreprises belges sur dix souffrent de pratiques commerciales déloyales, selon une étude du Secrétariat général Benelux relayée par la presse. 

L’étude explique que les commerces subissent des restrictions territoriales de l'offre à la base de prix plus chers ou de gammes de produits plus restreintes en Belgique par rapport aux pays voisins. 
Sur l'ensemble des commerces interrogés, 88% déclarent être confrontés aux restrictions territoriales de l’offre, liées à des rapports de force souvent unilatéraux entre les commerçants et les entreprises qui les approvisionnent, ajoute l’étude.

 Lisbonne – Plus de la moitié du prix de vente du carburant au Portugal provient des taxes et des impôts, notamment la taxe sur les produits pétroliers (ISP) qui représente la part la plus importante de la valeur payée par les consommateurs.

Selon les données de la Commission européenne, durant la semaine du 14 mai, le litre de diesel coûtait 1,35 euro au Portugal, le 10ème plus cher parmi les 28 pays de l'Union européenne, sachant que le prix avant impôts et taxes était de 0,62 euros.

L'essence 95 (le plus vendu) coûtait en moyenne 1,56 euro le litre, alors qu'avant la TVA, l'ISP, la contribution sur le secteur routier et le taux supplémentaire pour la taxe de carbone était de 0,61 euro par litre.

Le prix de l’essence 95 au Portugal est le cinquième plus élevé de l'UE-28, soit 26 centimes de plus qu'en Espagne. Les Pays-Bas, l'Italie, la Grèce et le Danemark sont les quatre pays où le prix de l’essence est le plus cher de l’Union durant la période de l’analyse.

-Madrid, Le secteur des services en Espagne a enregistré une augmentation de son chiffre d'affaires de 3,4% en mars dernier par rapport au même mois de 2017, selon les données provisoires publiées ce jeudi par l'Institut national de la statistique (INE).

Ce taux est toutefois inférieur de 3,2 points à celui enregistré en février, précise-t-on de même source.
Les données de l'INE montrent que l'emploi dans le secteur des services a progressé de 2,4% au troisième mois de l'année, comme en février. Avec ce rebond, le secteur enregistre désormais 48 mois de croissance de l'emploi en glissement annuel.

- Paris, Dans le cadre de la stratégie du gouvernement français en matière de commerce extérieur, le premier comité stratégique sur les industries culturelles et créatives à l'export a été réuni mercredi à l’initiative du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Plus d’une quarantaine de personnalités issues du secteur privé de l’ensemble des filières culturelles (médias, cinéma, livre, musique, jeu vidéo, architecture, etc.) étaient rassemblées pour échanger sur les enjeux économiques des industries culturelles et créatives et leurs capacités d’exportation, a indiqué le Quai d’Orsay dans un communiqué, notant qu’à la croisée des diplomaties économiques et d’influence et au cœur des enjeux du numérique, les industries culturelles et créatives constituent aujourd’hui un secteur clé de l’économie française dont le potentiel à l’international est majeur.

Au terme de la séance, l’ensemble des participants sont convenus de travailler au renforcement des outils de mesure du poids économique et du potentiel d’attractivité généré par les industries culturelles et créatives, à une concertation des opérateurs et des organismes de soutien à l’export en vue d’opérations conjointes et à la contribution de ce secteur à la politique d’aide au développement, notamment dans le cadre de la mise en œuvre du plan "Langue française et plurilinguisme", a ajouté la même source, faisant savoir que le réseau culturel et de coopération du ministère de l’Europe et des affaires étrangères sera prioritairement mis à contribution de cette mission et appelé à renforcer sa démarche export à travers la mobilisation de conseillers spécialisés et d’une implication de l’ensemble des services culturels et économiques.