Menu
           

Battons-nous pour qu’aucune Marocaine ne soit freinée dans son ambition artistique


Mercredi 10 Octobre 2018 Par huffpostmaghreb.com




SOCIÉTÉ – J’ai commencé le dessin quand j’avais 4 ans, et j’ai eu ma première tablette graphique à l’âge de 16 ans. Aujourd’hui, j’en ai 24 et je suis surtout connue en tant que dessinatrice, mais contre toute attente, je suis ingénieure en mécanique. Dans ce milieu très masculin et assez fermé j’ai eu du mal à trouver ma place à cause de mon profil un peu hors norme.
Ce malaise m’a suivie à la maison et surtout dans l’espace public. Le soir, après une journée de travail et de nombreuses frustrations accumulées, je prenais beaucoup de plaisir à me dessiner nue et à inverser les rapports de force dans mes dessins. C’est devenu ma façon de résister à l’hypocrisie et au patriarcat qui rongent notre société où il est tellement difficile de se faire respecter en tant qu’artiste, où la nudité pose encore un vrai problème et où beaucoup ne savent pas faire la différence entre critique et insulte.

J’ai publié mes dessins sur les réseaux sociaux, et c’est comme ça que j’ai été contactée pour des collaborations, notamment à l’étranger. Aujourd’hui j’ai créé mon entreprise individuelle et je suis artiste indépendante. J’utilise aussi mes compétences en mécanique pour réaliser des installations artistiques interactives, en plus de mes dessins. J’ai vite compris que dans un pays où les gens lisent peu, et face à l’urgence des sujets que je traite, l’efficacité de l’image est indiscutable. En une minute, le message est passé et c’est ce qui compte pour moi.
Mais mon combat féministe ne se limite pas à mes dessins du soir, je suis vraiment engagée à sensibiliser contre le harcèlement et les violences fait(e)s aux femmes, pour le respect de nos libertés individuelles et notre droit en tant que femmes à s’exprimer librement et être traitées avec respect. J’ai lancé, avec Jawjab et Ta7rir, une une série de résidences artistiques dédiées aux femmes baptisées “Women Power” parce que je crois en l’art comme moyen privilégié d’accomplir l’égalité des sexes. Mon projet “Hshouma” est une plateforme participative qui utilise le dessin pour libérer la parole sur les pressions que subissent les femmes dans notre société.

C’est ce projet qui m’a vraiment fait connaître à l’étranger, mon travail a été exposé à Madrid au centre de création contemporaine Matadero, en juillet 2018. J’ai beaucoup de chance d’être soutenue au Maroc et ailleurs et de pouvoir faire vivre mes projets et j’en suis très heureuse. Aujourd’hui, je voyage beaucoup grâce à mon travail, pour des expositions mais aussi des conférences et des workshops, et je me trouve en ce moment en Italie où j’ai été invitée à un festival de journalisme.
Je suis très sensible à la façon dont mon travail est perçu à l’étranger par rapport aux réactions que je provoque au Maroc. J’ai passé beaucoup de temps en Espagne, en Grèce, en Italie et ailleurs récemment. J’ai eu l’occasion de parler de mes projets, d’animer des ateliers sur l’art et le féminisme dans des universités, publier plusieurs livres. Les gens à l’étranger comprennent mieux que mon engagement féministe ne se résume pas à dessiner des femmes nues pour faire scandale, mais que j’ai une vraie vision de société, et mes combats et mes efforts sont appréciés dans leur globalité.
Je sais que le public dans mon pays n’est pas (encore) prêt à recevoir mon style de dessin mais je reviens au Maroc d’autant plus convaincue qu’il faut continuer à se battre pour qu’aucune femme marocaine ne soit freinée dans son ambition artistique pour des raisons de pression, de réputation ou autre. Le dessin a été un refuge qui me permettait de m’évader d’une réalité discriminante dans une société très conformiste et j’ai espoir que, par l’art, les choses changent pour les femmes dans notre pays.
Vous souhaitez réagir à une actualité, vous exprimer sur un sujet particulier, prendre la plume pour la première ou la énième fois? + 212 est un nouvel espace à investir et il n’attend que vous. Écrivez-nous à redaction@huffpostmaghreb.com


Source




View my Flipboard Magazine.