eMouaten : Bulletin de Veille


Bouchra Azour – MAP le Mardi 10 Mars 2020

Amal Derouich, une femme policière qui concilie art et engagement professionnel




Kénitra – Dans les métiers de police où discipline et engagement sont les maîtres mots, quelques notes de musique sont à même d’égayer l’atmosphère générale et de stimuler l’enthousiasme au sein de la famille de la sûreté nationale, surtout lors des manifestations au Maroc comme à l’étranger.

C’est justement une tell passion innée pour la musique qui fait l’originalité du parcours d’Amal Derouich qui, titulaire d’un diplôme de copiste-bibliothèque (promotion 2007-208), exerce dans l’Institut royal de police de Kénitra (IRP). En apportant une touche artistique à un quotidien fait de rigueur et de discipline, cette “musicienne” en uniforme de police rompe avec les “stéréotypes” associés à un domaine considéré parfois comme une chasse gardée des hommes.

Avant de rejoindre les autres membres de la clique musicale relevant de l’IRP, Mme Derouich apporte les dernières retouches à ses morceaux de musique via un logiciel de musique assisté par ordinateur, puis se dirige vers l’espace ouvert de l’Institut où se trouvent ses coéquipiers qui portent leur uniforme spécial ainsi que leurs instruments musicaux.

Mme Derouich, qui est la seule femme faisant partie de la troupe musicale de l’institut, entame sa journée de travail par un programme préétabli fixant les morceaux de musique qui seront présentés. Ainsi, elle se charge de l’élaboration et éventuellement l’adaptation des partitions musicales en collaboration avec le chef d’orchestre afin que les membres du groupe puissent s’y initier.

Après des années d’exercice, cette native de Salé n’a rien perdu de sa passion pour la musique, même après avoir choisi de porter l’uniforme de la police en 2008. “Après des études au Conservatoire national de musique et de danse de Rabat, j’ai opté pour le cycle de police où j’ai fort apprécié la possibilité pour moi de continuer dans le domaine musical”, a-t-elle confié dans un entretien à la MAP, à l’occasion de la Journée mondiale de la Femme.

Son penchant pour la musique et son sens artistique lui ont permis d’achever la formation dans la spécialité de copiste-bibliothèque au sein du cycle de la police, en l’espace d’à peine 19 mois, alors que la maitrise d’une telle discipline nécessite généralement sept ans, a-t-elle fait observer, saluant à cet égard l’effort fourni par les professeurs et responsables de l’institut.

A l’initiative du Directeur général de la sûreté nationale et dans le cadre d’un partenariat entre la DGSN et les Forces Armées Royales, Mme Derouich a été sélectionnée, après avoir passé un test devant par un comité spécialisé de l’Institut de musique relevant de la première Base aérienne, pour passer un stage dans la spécialité copiste-bibliothèque. Dès lors, elle est devenue la première policière à l’IRP Kénitra et la troisième au niveau national à avoir obtenu une attestation de ce genre.

Persévérante et positivement tenace, Amal travaille avec acharnement pour développer son métier : “J’arrange chaque composition musicale selon les instruments disponibles avant de transférer le morceau final au chef du groupe musical afin d’assurer un résultat de qualité, dans les meilleurs conditions possibles”, a-t-elle dit. Au cours des répétitions, la jeune policière écoute pieusement les mélodies des musiciens et apporte les ajustements nécessaires, susceptibles de garantir la meilleure version de son chef-d’œuvre.

A ses yeux, le fait qu’elle soit la seule femme de l’orchestre ne constitue pas le moindre obstacle pour son travail. Cependant, elle ne cache pas le souhait de voir d’autres femmes intégrer le groupe de musique de l’institut, de sorte à garantir une meilleure représentativité de la femme marocaine dans ce domaine.

Avec finesse, elle assure un bon équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie de maman de deux jeunes filles. D’ailleurs elle ne manque pas l’occasion de remercier sa petite famille, “son plus grand soutien au même titre qu’une source d’inspiration”. En effet, son époux et ses parents lui sont d’une aide précieuse et lui permettent de mener à bien ses missions.

Elle a tenu en outre à remercier la DGSN, qui a œuvré ces dernières années à développer et moderniser la spécialité musicale dans le cycle de police, en ce sens que la Direction veille à améliorer les performances musicales des membres de l’orchestre relevant de l’IRP, qui a été créé en 2000 et comprend 36 musiciens. Ils sont en substance chargés d’accompagner les grands événements et manifestations à l’échelle tant nationale qu’internationale auxquels la direction prend part.

Et à l’occasion de la célébration du 8 mars, Amal Derouich se dit persuadée que la femme marocaine est en mesure d’intégrer n’importe quel domaine et pour cela “il ne faut guère baisser les bras devant les difficultés qui découragent”. “Chaque fille se doit croire en ses capacités de pouvoir aller au bout de ses rêves et ses aspirations”, conclut-elle.