eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
AFP | Reproduit ici le Dimanche 29 Septembre 2019 à 21:45

Algérie: le frère de Bouteflika condamné, une "juste sanction", selon l'armée




Le chef d'état-major de l'armée algérienne a qualifié dimanche de "juste sanction" le jugement rendu contre le frère du président déchu, Saïd Bouteflika, deux ex-chefs du renseignement et une femme politique, condamnés à 15 ans de prison pour "complot" contre l'Etat.

Le général Ahmed Gaïd Salah, véritable homme fort de l'Algérie, a évoqué lors d'une visite à Oran (nord-ouest) "la juste sanction infligée à certains éléments de la bande" condamnés à des peines "qui concrétisent une revendication populaire pressante et légitime".

Jugés par le tribunal militaire de Blida, au sud d'Alger, Saïd Bouteflika, frère du président déchu Abdelaziz Bouteflika, le général Mohamed Mediene "Toufik" et son successeur à la tête du renseignement Athmane Tartag, ainsi que la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT, trotskistes) Louisa Hanoune, ont écopé le 25 septembre de 15 ans de prison pour "atteinte à l'autorité de l'armée" et "complot contre l'autorité de l'Etat", après un procès éclair.

Ils ont dix jours pour faire appel, selon la défense.

"Que le peuple algérien sache que nous ne connaitrons point de répit jusqu'à ce que chaque corrompu et chaque subversif ait la punition qu'il mérite. L'opération de lutte contre la corruption se poursuivra jusqu'à la fin", a promis le général Gaïd Salah.

Ce procès a lieu après une vague d'arrestations massives dans l'entourage d'Abdelaziz Bouteflika, contraint à démissionner début avril sous la pression conjuguée de l'armée et d'un mouvement de contestation inédit.

Des enquêtes judiciaires avaient ensuite été ouvertes sur des faits présumés de corruption visant d'ex-hauts responsables politiques et des hommes d'affaires, accusés d'avoir profité de leurs liens privilégiés avec le régime de M. Bouteflika.

Saïd Bouteflika et les deux ex-patrons du renseignement ont été incarcérés le 5 mai. Louisa Hanoune a été placée en détention provisoire quatre jours plus tard.

La défense de Mme Hanoune avait reconnu qu'elle avait participé à une réunion avec Saïd Bouteflika et le général "Toufik" le 27 mars, au lendemain d'une déclaration de M. Gaïd Salah demandant le départ d'Abdelaziz Bouteflika.

Quelques jours plus tard, le général Gaïd Salah avait accusé, sans les nommer, Saïd Bouteflika et les généraux Mediene et Tartag de comploter contre l'armée.

Le 2 avril, M. Gaïd Salah a réclamé la mise en œuvre de la procédure constitutionnelle prévoyant "l'empêchement" pour raison de santé d'Abdelaziz Bouteflika, qui a remis sa démission quelques heures plus tard, après 20 ans au pouvoir.

Depuis, la contestation continue de réclamer le départ de tous les symboles du pouvoir depuis deux décennies et rejette la présidentielle du 12 décembre, soutenue par le patron de l'armée.



Nouveau commentaire :

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Les commentaires trop longs peuvent ne pas être publiés en raison de leur longueur. Tous les commentaires sont modérés. eMouaten.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture et nous avons hâte d'avoir de vos nouvelles!