Menu
           

Afrique du Sud: la tension monte dans l'attente d'une démission de Zuma


Mercredi 14 Février 2018 Par Atlasinfo




L'Afrique du Sud attendait mercredi avec impatience une déclaration publique de son très controversé président Jacob Zuma, qui doit annoncer s'il accepte, ou non, de démissionner ainsi que le lui a ordonné son parti, le Congrès national africain (ANC).
Afrique du Sud: la tension monte dans l'attente d'une démission de Zuma
Les médias locaux bruissaient de rumeurs sur une probable déclaration du chef de l'Etat dans la matinée, depuis son bureau de Union Buildings à Pretoria. Mais la présidence les a battus froid en assurant qu'aucune intervention n'était encore programmée.

Alors que le pays était suspendu aux lèvres de Jacob Zuma, la police a perquisitionné mercredi matin le domicile à Johannesburg de la sulfureuse famille Gupta, au coeur de la plupart des scandales qui impliquent le président.

L'opération a été menée dans le cadre des enquêtes sur la "capture de l'Etat", c'est-à-dire les soupçons de trafic d'influence et de détournements de fonds publics reprochés à la fratrie d'hommes d'affaires proches du chef de l'Etat.

Après des semaines de vaines tractations qui ont plongé le pays dans une crise politique majeure, la direction de l'ANC s'est enfin décidée mardi à sommer Jacob Zuma de quitter ses fonctions.

"Le NEC (Comité exécutif national) a décidé (...) de rappeler le camarade Jacob Zuma", a annoncé le secrétaire général du parti Ace Magashule, quelques heures après une énième réunion marathon qui a illustré les divisions de l'ANC.

Depuis son arrivée à la tête du parti en décembre, le vice-président Cyril Ramaphosa cherche à pousser vers la sortie le chef de l'Etat, éclaboussé par les affaires de corruption, afin d'éviter une catastrophe aux élections générales de 2019.

Le "rappel" de Jacob Zuma a été accueilli en Afrique du Sud par un ouf de soulagement. Mais, faute d'un calendrier imposé à Jacob Zuma, les spéculations sur un nouveau bras d'honneur du chef de l'Etat à son parti ont repris de plus belle. (afp)



Source : https://www.atlasinfo.fr/Afrique-du-Sud-la-tension...