Menu
eMouaten : #Omar_Hilale : "Pas de solution à la question du #Sahara en dehors de la souveraineté du #Maroc et de son… https://t.co/r3sqXhDgSP

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Newsletter
Rss



              
MAP | Reproduit ici le Samedi 12 Janvier 2019 à 11:20

Afrique. Revue de la Presse Quotidienne Internationale du 12/01/2019




Dakar – Le scrutin présidentiel de février prochain au Sénégal, la nomination d'un nouveau premier ministre et d'un président de l'assemblée nationale au Gabon, les élections annuelles du Conseil des gouverneurs au Kenya et la production pétrolière au Ghana, sont les principaux sujets qui meublent les colonnes de la presse africaine parue samedi. Au Sénégal, +L'AS+ écrit sous le titre "Parrainage pour Macky Sall, Benno brandit 3,6 millions de signatures", que devant la pléthore de candidats déclarés pour la présidentielle de février prochain, seuls quelques-uns avaient donné le nombre de parrains récoltés lors de la campagne de collecte.

Si Ousmane Sonko et Bougane Guèye Dany avaient annoncé respectivement les chiffres d’un million 500 mille parrains et de plus de 700.000 signatures, les responsables de la coalition présidentielle Benno Bokk Yaakaar (BBY) ont dévoilé le nombre exact de signatures récoltées qui s’élève à 3 millions 600 mille parrains.

Après cette collecte fructueuse, peut-on lire dans le journal, un autre travail se présente aux membres de la coalition BBY, à savoir transformer ses parrains en électeurs afin de remporter l’élection dès le premier tour.

Dans la même veine, +Enquête+ s’intéresse à l’affaire de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, candidat à la candidature à la présidentielle de février prochain.

"Dans le camp de Khalifa Sall, on se décentre du débat sur le rabat d’arrêt, sans renoncer pour autant à son caractère suspensif", écrit la publication.

"Suspensif, pas suspensif ? Le rabat d’arrêt va être introduit par les conseils de Khalifa Sall qui ont reçu notification de la décision de la Cour Suprême. Un combat feutré se mène en coulisses pour aligner les arguments de droit dans le sens de faire participer Khalifa Sall à la présidentielle, ou de l’en exclure", poursuit le quotidien.

Au Gabon, +l'Union+ qui titre "Gouvernement/Assemblée nationale : Nkoghe Bekale à la primature, Boukoubi au perchoir", écrit que Julien Nkoghe Bekale a été nommé tard dans la nuit nouveau premier ministre succédant ainsi à Emmanuel Issoze Ngondet nommé médiateur de la République.

Et de poursuivre que quelques heures plus tôt, Faustin Boukoubi, ancien secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a été élu, président de l’Assemblée Nationale gabonaise avec 126 voix sur 135, notant que cette élection à la tête de la première chambre du parlement représente une forme de consécration pour cet homme de 64 ans, ministre sans discontinuer pendant dix-huit ans. 

En économie, la presse indique qu’avec des fonds propres qui dépassent 5,8 milliards de francs et un encours de crédits bruts de 30 milliards de francs au 31 décembre 2018, la micro finance a pris du volume au point de devenir un secteur indispensable pour l’inclusion financière, relevant tout de même que les défis (monétique, digitalisation) ne manquent pas. 

Au Kenya, les principaux quotidiens s'intéressent aux tractations et jeux de lobbying qui se poursuivent depuis des semaines dans le pays en perspective des élections annuelles du Conseil des gouverneurs (CdG) prévues lundi prochain.

"Daily Nation", journal à grand tirage, souligne que cinq gouverneurs de comtés sont engagés dans la course pour diriger ce puissant organe. Josphat Nanok (Turkana), titulaire du poste, Wyclife Oparanya (Kakamega), Anyang Nyong'o de Kisumu et Jackson Mandago d’Uasin-Gishu figurent au premier rang, selon des sources au sein du secrétariat du conseil, citées par le journal.

Pour sa part, +The Star+ raporte que le chef du comté de Kwale, Salim Mvurya, qui a pendant deux ans suppléé les ex-présidents Isaac Ruto et Peter Munya, est cité également dans les discussions politiques comme candidat possible.

Selon la publication, les gouverneurs devraient parvenir à un consensus et rechercher un accord négocié pour choisir le successeur de M. Nanok afin d’éviter de scinder le corps de 47 membres en partis et en régions au cours d’une élection qui s'annonce "difficile".

Le poste créé par la loi sur les relations intergouvernementales (2012) pour superviser les activités des gouverneurs est devenu de plus en plus influent sur le plan politique au cours des quatre dernières années, ajoute le journal. Au Ghana, +Daily Graphic+ écrit que la production de pétrole du Ghana devrait augmenter substantiellement à mesure de la découverte de vastes gisements de pétrole dans le bloc de pétrole Deep Point Tano Cape Three Points dans la région occidentale.

La découverte d'un gisement de 500 millions barils par la société norvégienne, Aker Energy ASA, pourrait apporter "une nouvelle perspective à l'économie" et un financement alternatif pour des projets sociaux dans le futur, indique le journal, notant que la production commerciale devrait débuter en 2020.

Son confrère +Ghanaian Times+ rapporte qu'une collision entre un bus et un camion a fait huit morts à Boankra sur l'autoroute Kumasi-Accra dans la municipalité d'Ejisu vendredi.

Plusieurs personnes ont subi des blessures et ont été admises à l'hôpital universitaire de Komfo Anokye (KATH) à Kumasi, fait savoir le quotidien. 

Au Rwanda, +RNA+ écrit que le comité des comptes de l'Assemblée législative d’Afrique de l’Est (Eala) a dénoncé, dans un rapport publié récemment, un gaspillage des ressources financières investies en équipements, systèmes et solutions informatiques par les différents organes et institutions de la Communauté d’Afrique de l’Est (CEA).

Citant le rapport de l’organe créé en 1999 pour favoriser l’intégration économique régionale, le média électronique souligne que les investissements TIC non coordonnés qu’effectuent les divers bureaux et départements de l’organisation sous-régionale pèsent lourd sur ses caisses.

"Ce désordre est à l’origine d’une dépense en systèmes et solutions informatiques d’une valeur de 8.277.904 dollars par la communauté au cours de l’année 2016/17, une dépense dont les bénéfices sont difficilement appréciables", ajoute la publication.

Sur le plan local, +The New Times+ rapporte que la Police nationale rwandaise (RNP) a lancé, en fin de semaine, une vaste opération contre les taxi-motos clandestins, précisant que plus de 100 motos ont été saisies dans la seule ville de Kigali, au terme de la première journée de cette opération nationale. 

Citant le porte-parole du département de la circulation et de la sécurité routière, Jean Marie Vianney Ndushabandi, le média anglophone indique que "cette opération de contrôle cible principalement les chauffeurs de taxi-moto qui circulent sans agrément de transport routier, sans permis de conduire ainsi que ceux impliqués dans des infractions liées à la circulation routière".

Selon les statistiques officielles, plus de 30% des accidents de la route et des décès associés à la circulation routière, enregistrés en 2018, ont été provoqués par des conducteurs de taxi-moto, précise-t-on.