Menu
              
MAP | Reproduit ici le Vendredi 11 Janvier 2019 à 10:41

Afrique. Bulletin quotidien d'informations économiques du 11/01/2019



Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 11 janvier :


Sénégal-Economie-PME

Le ministre sénégalais du Commerce Alioune Sarr a exhorté, jeudi, les Petites et moyennes entreprises (PME) à faire "des ajustements nécessaires" en vue de gagner en compétitivité et en efficacité pour devenir des champions nationaux.

"Les PME doivent avoir en conscience que pour devenir des champions, elles devront procéder en interne, aux ajustements nécessaires pour gagner en compétitivité et en efficacité", a affirmé M. Sarr, également en charge du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME.

Il intervenait à l'ouverture de la deuxième édition du Forum de la PME sénégalaise, sur le thème "Accompagner les futurs champions".

+++++

Sénégal-Economie

La Banque mondiale, par la voix de son spécialiste en charge du secteur privé au Sénégal, Laurent Corthay, a réitéré, jeudi, à Dakar, son engagement à accompagner l’agenda de la croissance et de la compétitivité des PME sénégalaises.

"Des actions sont nécessaires pour permettre aux PME de s’épanouir, de disposer d’une base solide en vue de leur promotion", a dit M. Corthay, à l’ouverture de la deuxième édition du Forum de la PME sénégalaise. 



+++++



Côte d'Ivoire-Bourses

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) et la Société financière internationale (SFI), membre du groupe de la Banque mondiale, ont signé jeudi à Abidjan un accord de coopération visant à améliorer les pratiques de bonnes gouvernance des entreprises cotées à la BRVM.

Le programme de gouvernance d'entreprise de SFI vise à améliorer la performance des entreprises africaines et à accroître la capacité du marché à attirer et à retenir les investissements.

Le Directeur général de la BRVM, Kossi Edoh Amenounve a salué un accord de coopération qui "est une étape supplémentaire dans l’accompagnement de nos partenaires financiers et techniques".
 
 

Le gouvernement envisage, par ailleurs, la possibilité d'un partenariat public-privé pour la gestion des installations. Une fois achevées, les installations pourraient être opérées par des opérateurs privés.

Gabon-CEEAC-réforme-réunion

Le processus de la réforme institutionnelle de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), est au centre des travaux du Comité technique d’experts du Comité de pilotage de la réforme institutionnelle de cette organisation sous régionale qui se tiennent du 10 au 14 janvier à Libreville.

Au cours de leurs travaux, les experts plancheront, entre autres, sur les projets : de traité révisé de la CEEAC, de cadre organique et de l’organigramme de la commission de la CEEAC et de règlement financier de la Commission de la CEEAC.

++++++

CEMAC-BM

L’activité économique devrait s’accélérer pour atteindre un taux de 3 % dans les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), selon la Banque Mondiale.

Pour l’institution financière qui vient de publier ses Perspectives pour l’économie mondiale, les pays de la sous-région ont su tirer profit de l’augmentation de la production pétrolière et de la bonne tenue des prix du pétrole durant la grande majorité de l’année 2018.

Burkina-UEMOA

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a qualifié, jeudi à Ouagadougou, de "faible" le taux des échanges au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), précisant qu’il se situe actuellement à seulement 16%, contre environ 10% en 1996.

"Je pense (…) que cette évolution, manifestement insuffisante, pourrait s’expliquer par la structure du commerce marquée par une homogénéité des biens et des services. Nous avons également de nombreux contrôles sur les corridors, des prélèvements illicites, des faux frais et en fin de longs délais pour le transport des marchandises", a déploré M. Ouattara, président en exercice de l’UEMOA, tout en plaidant pour l’effectivité de la libre-circulation des personnes et des biens au sein de l’espace communautaire.

Le chef de l’Etat ivoirien s’exprimait en présence de son homologue burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, lors de la cérémonie de célébration du 25è anniversaire de l’UEMOA, qui s’est déroulée dans la capitale burkinabè, où est basé le siège de l’Institution sous régionale.

+++++

Niger-UEMOA

L’émission de bons assimilables du Trésor, lancée par le Trésor public nigérien sur le marché des capitaux de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA), en décembre dernier, a été annulée, a annoncé la direction de l’Agence UEMOA Titres.

L’opération a été annulée par l’Etat du Niger, indique un communiqué de l’Agence, sans fournir de précisions sur les raisons ayant motivé une telle décision.

Organisée avec le concours de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’opération avait une durée résiduelle de 42 jours et pour but de collecter 25 milliards F CFA sur le marché financier avec un taux d’intérêt multiple et une échéance fixée au 24 janvier 2019.

+++++

Burkina-agriculture-alimentation

Le Burkina Faso a adopté un plan pour lutter contre l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, évalué à plus de 35 milliards de F CFA (environ 61 millions de dollars), a annoncé le ministère en charge de l'Agriculture. Ce plan va bénéficier à plus de 3,79 millions de personnes sous stress alimentaire, à 651 770 personnes en situation de crise alimentaire et à 24 283 personnes en situation d'urgence alimentaire, selon la même source.

L'année dernière, 22 provinces du pays étaient déficitaires, huit en situation d'équilibre et 15 excédentaires, avec un bilan définitif de la campagne agricole 2017-2018, faisant ressortir un déficit céréalier de 477 000 tonnes, mettant plusieurs milliers de personnes en situation d'insécurité alimentaire.

+++++

Burkina-développement

Le Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne a signé, jeudi, des conventions de financement avec quatre organisations de la société civile burkinabè.

Ces conventions de financement se situent à hauteur de 150 millions francs CFA pour la période 2019-2020.

Ces subventions entrent dans le cadre de la composante 3 du projet dénommé Fonds d’intervention rapide, dont l’objet est de soutenir les efforts de réformes du gouvernement et la participation des Organisations de la société civile dans la gestion des finances publiques.

Togo-Certification

Longtemps confiées à des organismes étrangers, les activités d’accréditation des organismes d’évaluation, d’inspection et de certification, seront assurées dorénavant au Togo par le Système ouest-africain d’accréditation (SOAC).

Le SOAC veillera à la mise en conformité de ces organismes avec les exigences des organismes internationaux. Ces activités d’accréditation devront être réalisées conformément au règlement portant schéma d’harmonisation des activités d’accréditation, de certification, de normalisation et de métrologie dans l’UEMOA. Kenya-banques-Capital AfricInvest et Catalyst Principal Partners ont annoncé leur entrée dans le capital de la banque kényane Prime Bank, via leur véhicule d'investissement spécial conjoint AfricInvest Azure, rapporte l'agence Ecofin, qui précise que les détails de la transaction n'ont pas été dévoilés.

La même source, citant le journal local Business Daily, parle d'une acquisition de 24% du capital de la banque, pour 5,1 milliards de shillings, soit 50,10 millions de dollars, acquise auprès de la famille d’affaires locale Rasik Kantaria.

Fondée en 1992, Prime Bank détient un peu moins de 2% du total des actifs du secteur bancaire kényan, et vient de faire son entrée dans le secteur des assurances Kényan. Rwanda-gaz 

Le gouvernement rwandais s'apprête à construire une réserve nationale de gaz butane afin de se protéger d’une éventuelle pénurie ou hausse des prix, a annoncé Oreste Niyonsaba, directeur du gaz butane et du biogaz à l’Energy Development Corporation Limited, l’une des sociétés publiques en charge du secteur énergétique.

"La nouvelle réserve de gaz, proposée par le gouvernement, permettra de répondre à la demande croissante du gaz de cuisson mais aussi de se protéger d’une éventuelle pénurie ou hausse des prix", a déclaré le responsable, cité par des médias locaux.

Une première étude de faisabilité devrait être réalisée, à cet effet, au cours de l'exercice 2019-2020 afin de déterminer la demande dans tout le pays. L’objectif étant d’évaluer la demande dans les années 2021 à 2024.

L’un des principaux axes de la mesure est de satisfaire la demande pendant au moins trois mois en cas de pénurie et de favoriser le développement de l’utilisation du gaz afin de préserver la nature.
 
Côte d'Ivoire-fisc

L'annexe fiscale à la loi des finances 2019 portant budget de l’Etat ivoirien consacre un crédit d’impôt annuel accordé aux entreprises qui reçoivent en stage des élèves ou étudiants en vue de la validation de leur diplôme.

Ce dispositif légal a été présenté, mardi, aux chefs d’entreprises et aux acteurs du monde économique, à La Maison de l’entreprise, le siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci, Patronat ivoirien), par le Cabinet Mondon Conseil international.

Cette mesure fiscale intervient après l’introduction d’une mesure en faveur de la formation des jeunes dans le Code du travail qui dispose que « toute entreprise a l’obligation de recevoir en stage des élèves ou étudiants en vue de la validation de leur diplôme ». 

+++++



Côte d'Ivoire-impôts

Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean Marie Ackah, a précisé, mardi, que l’annexe fiscale 2019, est un document de transition. 

«C’est une annexe fiscale de transition. Il n’y a pas eu de grand bouleversement. C’est une annexe fiscale de continuité de transition. Et nous sommes tout à fait d’accord avec le Gouvernement pour aller à la réforme fiscale. Nous sommes mobilisés et engagés pour cette réforme fiscale », indiqué M. Ackah, lors de la présentation de l’annexe fiscale par le cabinet Mondon Conseil et la CGECI.

Le président de la CGECI a souligné que le Gouvernement a consulté le secteur privé avant l’élaboration dudit annexe fiscale.

«Nous pouvons affirmer qu’il n’y a eu des concertations entre le secteur privé et le gouvernement pour cette annexe fiscale 2019. Nous avons été consultés. Tout n’est pas peut-être pris en compte mais nous avons eu l’occasion de discuter et d’avoir des acquis, même si certains sont restés, selon nous, pendants », a relevé Jean Marie Ackah.

+++++ Ghana-télécoms

Bluetown, le fournisseur danois de services de contenu numérique et Internet présent au Ghana, annonce la signature d'un accord de partenariat avec la société américaine Microsoft pour la fourniture de l’internet sans fil à près de 800.000 personnes dans l’Est du pays.

Le projet est mené dans le cadre du "Airband Initative" de Microsoft, qui met en avant l’usage du spectre de télévision libre pour connecter à très faibles coûts des populations à Internet et leur permettre d’accéder à divers services numériques. 

"Le partenariat avec Bluetown sur la fourniture Wi-Fi est crucial pour les populations qui en bénéficieront", a indiqué Shelley McKinley, la directrice de la technologie et de la responsabilité d'entreprise chez Microsoft.

Nigeria-Banques

Stanbic IBTC, la filiale au Nigéria du groupe sud-africain Standard Bank a vu sa valorisation progresser de 222,1% en trois ans, sur le Nigerian Stock Exchange où elle est cotée, a pu constater l'Agence Ecofin sur des indicateurs de marchés.

C'est la performance la plus importante observée dans le groupe des 30 banques cotées les plus valorisées sur les marchés financiers africains. Pour les investisseurs qui sont restés dans le capital de la banque tout au long de cette période, cela représente une plus-value potentielle de 342,3 milliards de nairas soit environ 930 millions de dollars.

Cette progression fulgurante a débuté le 1er mars 2017, et n'a presque jamais été interrompu, même si on note que, depuis le pic du 1er juin 2018, lorsque la valeur de son action a atteint 52 nairas, la cote de Stanbic IBTC n'a plus beaucoup évolué.

Le gouvernement envisage, par ailleurs, la possibilité d'un partenariat public-privé pour la gestion des installations. Une fois achevées, les installations pourraient être opérées par des opérateurs privés.

Gabon-CEEAC-réforme-réunion

Le processus de la réforme institutionnelle de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), est au centre des travaux du Comité technique d’experts du Comité de pilotage de la réforme institutionnelle de cette organisation sous régionale qui se tiennent du 10 au 14 janvier à Libreville.

Au cours de leurs travaux, les experts plancheront, entre autres, sur les projets : de traité révisé de la CEEAC, de cadre organique et de l’organigramme de la commission de la CEEAC et de règlement financier de la Commission de la CEEAC.

++++++

CEMAC-BM

L’activité économique devrait s’accélérer pour atteindre un taux de 3 % dans les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), selon la Banque Mondiale.

Pour l’institution financière qui vient de publier ses Perspectives pour l’économie mondiale, les pays de la sous-région ont su tirer profit de l’augmentation de la production pétrolière et de la bonne tenue des prix du pétrole durant la grande majorité de l’année 2018.

Burkina-UEMOA

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a qualifié, jeudi à Ouagadougou, de "faible" le taux des échanges au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), précisant qu’il se situe actuellement à seulement 16%, contre environ 10% en 1996.

"Je pense (…) que cette évolution, manifestement insuffisante, pourrait s’expliquer par la structure du commerce marquée par une homogénéité des biens et des services. Nous avons également de nombreux contrôles sur les corridors, des prélèvements illicites, des faux frais et en fin de longs délais pour le transport des marchandises", a déploré M. Ouattara, président en exercice de l’UEMOA, tout en plaidant pour l’effectivité de la libre-circulation des personnes et des biens au sein de l’espace communautaire.

Le chef de l’Etat ivoirien s’exprimait en présence de son homologue burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, lors de la cérémonie de célébration du 25è anniversaire de l’UEMOA, qui s’est déroulée dans la capitale burkinabè, où est basé le siège de l’Institution sous régionale.

+++++

Niger-UEMOA

L’émission de bons assimilables du Trésor, lancée par le Trésor public nigérien sur le marché des capitaux de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA), en décembre dernier, a été annulée, a annoncé la direction de l’Agence UEMOA Titres.

L’opération a été annulée par l’Etat du Niger, indique un communiqué de l’Agence, sans fournir de précisions sur les raisons ayant motivé une telle décision.

Organisée avec le concours de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’opération avait une durée résiduelle de 42 jours et pour but de collecter 25 milliards F CFA sur le marché financier avec un taux d’intérêt multiple et une échéance fixée au 24 janvier 2019.

+++++

Burkina-agriculture-alimentation

Le Burkina Faso a adopté un plan pour lutter contre l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, évalué à plus de 35 milliards de F CFA (environ 61 millions de dollars), a annoncé le ministère en charge de l'Agriculture. Ce plan va bénéficier à plus de 3,79 millions de personnes sous stress alimentaire, à 651 770 personnes en situation de crise alimentaire et à 24 283 personnes en situation d'urgence alimentaire, selon la même source.

L'année dernière, 22 provinces du pays étaient déficitaires, huit en situation d'équilibre et 15 excédentaires, avec un bilan définitif de la campagne agricole 2017-2018, faisant ressortir un déficit céréalier de 477 000 tonnes, mettant plusieurs milliers de personnes en situation d'insécurité alimentaire.

+++++

Burkina-développement

Le Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne a signé, jeudi, des conventions de financement avec quatre organisations de la société civile burkinabè.

Ces conventions de financement se situent à hauteur de 150 millions francs CFA pour la période 2019-2020.

Ces subventions entrent dans le cadre de la composante 3 du projet dénommé Fonds d’intervention rapide, dont l’objet est de soutenir les efforts de réformes du gouvernement et la participation des Organisations de la société civile dans la gestion des finances publiques.


Togo-Certification

Longtemps confiées à des organismes étrangers, les activités d’accréditation des organismes d’évaluation, d’inspection et de certification, seront assurées dorénavant au Togo par le Système ouest-africain d’accréditation (SOAC).

Le SOAC veillera à la mise en conformité de ces organismes avec les exigences des organismes internationaux. Ces activités d’accréditation devront être réalisées conformément au règlement portant schéma d’harmonisation des activités d’accréditation, de certification, de normalisation et de métrologie dans l’UEMOA. Kenya-banques-Capital AfricInvest et Catalyst Principal Partners ont annoncé leur entrée dans le capital de la banque kényane Prime Bank, via leur véhicule d'investissement spécial conjoint AfricInvest Azure, rapporte l'agence Ecofin, qui précise que les détails de la transaction n'ont pas été dévoilés.

La même source, citant le journal local Business Daily, parle d'une acquisition de 24% du capital de la banque, pour 5,1 milliards de shillings, soit 50,10 millions de dollars, acquise auprès de la famille d’affaires locale Rasik Kantaria.

Fondée en 1992, Prime Bank détient un peu moins de 2% du total des actifs du secteur bancaire kényan, et vient de faire son entrée dans le secteur des assurances Kényan. Rwanda-gaz 

Le gouvernement rwandais s'apprête à construire une réserve nationale de gaz butane afin de se protéger d’une éventuelle pénurie ou hausse des prix, a annoncé Oreste Niyonsaba, directeur du gaz butane et du biogaz à l’Energy Development Corporation Limited, l’une des sociétés publiques en charge du secteur énergétique.

"La nouvelle réserve de gaz, proposée par le gouvernement, permettra de répondre à la demande croissante du gaz de cuisson mais aussi de se protéger d’une éventuelle pénurie ou hausse des prix", a déclaré le responsable, cité par des médias locaux.

Une première étude de faisabilité devrait être réalisée, à cet effet, au cours de l'exercice 2019-2020 afin de déterminer la demande dans tout le pays. L’objectif étant d’évaluer la demande dans les années 2021 à 2024.

L’un des principaux axes de la mesure est de satisfaire la demande pendant au moins trois mois en cas de pénurie et de favoriser le développement de l’utilisation du gaz afin de préserver la nature.
 

Côte d'Ivoire-fisc

L'annexe fiscale à la loi des finances 2019 portant budget de l’Etat ivoirien consacre un crédit d’impôt annuel accordé aux entreprises qui reçoivent en stage des élèves ou étudiants en vue de la validation de leur diplôme.

Ce dispositif légal a été présenté, mardi, aux chefs d’entreprises et aux acteurs du monde économique, à La Maison de l’entreprise, le siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci, Patronat ivoirien), par le Cabinet Mondon Conseil international.

Cette mesure fiscale intervient après l’introduction d’une mesure en faveur de la formation des jeunes dans le Code du travail qui dispose que « toute entreprise a l’obligation de recevoir en stage des élèves ou étudiants en vue de la validation de leur diplôme ». 

+++++



Côte d'Ivoire-impôts

Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean Marie Ackah, a précisé, mardi, que l’annexe fiscale 2019, est un document de transition. 

«C’est une annexe fiscale de transition. Il n’y a pas eu de grand bouleversement. C’est une annexe fiscale de continuité de transition. Et nous sommes tout à fait d’accord avec le Gouvernement pour aller à la réforme fiscale. Nous sommes mobilisés et engagés pour cette réforme fiscale », indiqué M. Ackah, lors de la présentation de l’annexe fiscale par le cabinet Mondon Conseil et la CGECI.

Le président de la CGECI a souligné que le Gouvernement a consulté le secteur privé avant l’élaboration dudit annexe fiscale.

«Nous pouvons affirmer qu’il n’y a eu des concertations entre le secteur privé et le gouvernement pour cette annexe fiscale 2019. Nous avons été consultés. Tout n’est pas peut-être pris en compte mais nous avons eu l’occasion de discuter et d’avoir des acquis, même si certains sont restés, selon nous, pendants », a relevé Jean Marie Ackah.

+++++ Ghana-télécoms

Bluetown, le fournisseur danois de services de contenu numérique et Internet présent au Ghana, annonce la signature d'un accord de partenariat avec la société américaine Microsoft pour la fourniture de l’internet sans fil à près de 800.000 personnes dans l’Est du pays.

Le projet est mené dans le cadre du "Airband Initative" de Microsoft, qui met en avant l’usage du spectre de télévision libre pour connecter à très faibles coûts des populations à Internet et leur permettre d’accéder à divers services numériques. 

"Le partenariat avec Bluetown sur la fourniture Wi-Fi est crucial pour les populations qui en bénéficieront", a indiqué Shelley McKinley, la directrice de la technologie et de la responsabilité d'entreprise chez Microsoft.

Nigeria-Banques

Stanbic IBTC, la filiale au Nigéria du groupe sud-africain Standard Bank a vu sa valorisation progresser de 222,1% en trois ans, sur le Nigerian Stock Exchange où elle est cotée, a pu constater l'Agence Ecofin sur des indicateurs de marchés.

C'est la performance la plus importante observée dans le groupe des 30 banques cotées les plus valorisées sur les marchés financiers africains. Pour les investisseurs qui sont restés dans le capital de la banque tout au long de cette période, cela représente une plus-value potentielle de 342,3 milliards de nairas soit environ 930 millions de dollars.

Cette progression fulgurante a débuté le 1er mars 2017, et n'a presque jamais été interrompu, même si on note que, depuis le pic du 1er juin 2018, lorsque la valeur de son action a atteint 52 nairas, la cote de Stanbic IBTC n'a plus beaucoup évolué.