Menu
eMouaten : Bulletin de veille | Santé: une faculté de médecine et un CHU en chantier à Laâyoune Kiosque360. Le ministère de l’… https://t.co/rCTcJ4gWLi

eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Newsletter
Rss




              
MAP | Reproduit ici le Jeudi 31 Janvier 2019 à 11:23

Afrique. Bulletin de l'écologie du 31/01/2019




Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du jeudi 31 janvier :

Sénégal :

--L'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) compte sur une plus grande volonté politique de ses membres pour arriver à des résultats plus importants dans le cadre de la mise en oeuvre des projets arrêtés, a laissé entendre son Haut-commissaire, Hamed Diané Séméga. 

"Il y a encore beaucoup à faire, car les problèmes se situent au niveau des agences d’exécution’’, la mise en œuvre se faisant à travers les agences de distribution des Etats membres, a-t-il indiqué.

Hamed Diané Séméga intervenait à l’ouverture de la 5e réunion du comité régional de pilotage de la phase 2 du PGIRE, Projet de gestion intégré des ressources en eau et de développement des usages multiples du bassin du fleuve Sénégal.

Niger :

--L’Agence du Bassin du Fleuve Niger, qui dispose d’un budget estimé à plus de 4 milliards de F CFA, prévoit d’entreprendre, au cours de cette année, la mise en œuvre d’actions urgentes destinées à sauvegarder le fleuve Niger.

Selon le ministère nigérien de l’Environnement, l’Agence a pu réaliser jusqu’ici 16 activités sur les 21 prévues, soit un taux d’exécution de 76,19%. Il s’agit, notamment du nettoyage d’une superficie de 15 ha d’îlots végétalisés dans le fleuve Niger, de la reprise des travaux d’aménagement des berges et du renforcement de la tannerie artisanale de N’Golonina.

Artère nourricière des pays riverains, le fleuve Niger est menacé de disparition à cause de la pollution et de l’ensablement. Togo :

--Le village de Donomadé au Togo bénéficiera bientôt d'une forêt communautaire, en appui au projet de conservation du parc national Togodo-sud.

Financé par le programme de micro-financement du fonds pour l'environnement mondial (PMF/FEM) à hauteur de 25,70 millions FCFA, la forêt sera étalée sur une superficie de 15 ha et comportera diverses espèces naturelles importées.

Côte d'Ivoire :

--La Société Générale de Surveillance (SGS), concessionnaire de la collecte et la gestion des déchets d’équipement électronique et électrique (DEEE) propose une solution pour la gestion de ces déchets dénommé « SGS RENOVO » qui contribuera à créer 5000 emplois. 

« Ce programme devra pouvoir créer plus 5000 emplois directs et indirects, créer des richesses et porteur de nombreuses opportunités pour les industries locales », a indiqué le Sales Manager Afrique de SGS, Moïse Yakan, lors d’une présentation du projet à des responsables du ministère en charge du Commerce à la primature à Abidjan.

La « SGS RENOVO » se décline en trois modules, à savoir l’enregistrement et inspection des produits dans le pays de destination d’origine, la collecte de l’écotaxe, enfin le développement de l’infrastructure de gestion des déchets EEE.

Guinée:

--"En 2019, le barrage hydroélectrique de Souapiti d'une capacité de 450 mégawatts prendra fin", a déclaré le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé qui a effectué, une visite à Labé (centre), la capitale de la région naturelle du Fouta-Djalon.

Selon Alpha Condé, "d’ici à cinq ans, la Guinée sera le pays le plus électrifié de toute l’Afrique. Je vous donne ma parole. Il n’y a pas de développement sans énergie. C’est l’énergie qui peut nous permettre d’industrialiser notre pays. Nous allons industrialiser et vendre nos produits finis dans les autres pays. Et rien n’empêchera cela".

financé par China EximBank, le le barrage de Souapiti, situé à Dubréka (ouest) sur le fleuve Konkouré, est un ouvrage en béton au rouleau, d’une hauteur maximale de 120 mètres et d’une longueur de 1150 mètres. Sa construction a été lancée en avril 2016. 

Gabon :

--Une dizaine de femmes commerçantes ont reçu, lundi dernier à Libreville, une formation sur l'agroalimentaire, rapporte la presse locale. 

L’objectif de cet atelier organisé par l’ONG Women of Africa était d’amener ces femmes à limiter le gaspillage alimentaire et préserver l’environnement.

Selon la présidente de l’ONG Women of africa, Sandrine Itou-Y-Maganga, la vocation de cette formation est d’aider les commerçantes des denrées périssables à éviter le gaspillage et les pertes, notamment ceux dus aux marchandises invendues. 

Tags : écologie